Back to Hogwarts

Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Mer 2 Déc - 12:57:43

Quelque part, ses paroles le frustrèrent. Il s'attendait à autre chose, un je ne sais quoi qui lui ôterait définitivement ce goût amer de la bouche lorsqu'il parlait de lui.

- Tout dépend du sens que tu donnes au mot brillant.

Effectivement. Lui s'était battu, mais dans le mauvais sens et pour les mauvaises raisons. Elinor s'était démenée dans le bon sens, devenant une élève reconnue pour ses facultés et son travail, le tout en ayant perdu sa mère à la suite d'un assassinat.

Lui? Il avait rêvé de tuer son père biologique. On a déjà connu mieux comme départ dans la vie.

- Mon enfance n'a pas été calamiteuse. Disons qu'elle est liée à une situation difficile entre mes parents, le tout à cause de leur rang social.

Il tourna son regard pour revenir sur Mélusine et continua.

- Ma mère et mon père ne pouvaient pas avoir d'enfant. Malgré de multiples traitements à Sainte-Mangouste, mon père n'a jamais pu contrevenir à son problème d'infertilité. Cependant, s'aimant beaucoup, ils décidèrent de passer outre et de continuer leur vie comme ça, en se résignant.

Subissant les effets du froid de la salle de bain, Antiochus fit léviter vers eux une couverture du lit et l'arrangea autour de leurs épaules.

- Un jour au cours d'une soirée, ma mère est tombée sous le charme d'un sorcier au sang pur: Arthur Cornfall. Débuta une liaison qui se termina par ma naissance, et la disparition bien sûr dudit Cornfall. Bref. Ma mère se trouva fort embarrassée devant mon père.

Là, je ne sais pas très bien comment ils ont réglé la chose, mais ils se trouvèrent devant un problème: certes ils allaient avoir un enfant. Mais celui-ci ne pouvait pas être celui de Joseph... Toute la haute société de l'époque était au courant de leur incapacité à procréer ensemble.

Mon père envoya ma mère en France, dans son manoir, où elle fut cachée. Elle y accoucha et trois mois après, elle m'y laissa. Joseph me donna son nom mais refusait de m'exposer. J'étais le secret de la honte et j'ai grandi en France en recevant une fois par an environ la visite de mon père. Ma mère venait un peu plus souvent.

Le problème a été celui de mon admission à Poudlard.

Antiochus passa les prochaines minutes à lui expliquer comment il avait débarqué à Londres et comment les suspicions sont devenues réalités. Antiochus Ackroyd avait bien été obligé d'apparaître pour faire sa rentrée à Poudlard. La famille Ackroyd y gagna discrédit et honte. Joseph en fut très touché et mourut très tôt. Seule, sa mère se trouva écartée de la bonne société qui n'aimait pas les brebis gâleuses. C'est en arrivant à Londres qu'Antiochus apprit la vérité sur son origine, c'est en arrivant à Londres que sa haine se décupla...

- Et toi? Qu'elle est ton histoire? D'où viens-tu?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Jeu 3 Déc - 16:43:16

"Au moins, tu n'as pas grandi dans le mensonge."

C'était bien le seul point positif que Mélusine trouvait à cette enfance sordide. Mais il était de taille. Elle était persuadée que rien ne détruisait aussi sûrement que le mensonge. Grandir et évoluer dans un univers fait de dissimulation était la pire chose qui puisse arriver à quelqu'un.
Elle ne s'étonnait déjà plus de la relative facilité avec laquelle la conversation dérivait vers des sujets amplement plus personnels que ce qu'elle aurait jamais pensé aborder avec Antochius Ackroyd.


"Quelqu'un ma dit, un jour, qu'il fallait s'abstraire des schémas familiaux si on voulait vraiment vivre. Que..."

Elle chercha les mots exacts, vieux de deux ans. Merlin, qui aurait pu penser qu'elle citerait De Lansley, un jour?

"Bon, j'arriverais pas à formuler aussi bien. Mais en gros, c'était que vivre dans l'ombre de son passé, de ses déceptions ne servait qu'à s'enfoncer encore plus bas."

Avec l'impression diffuse que ce commentaire était plus destiné à elle-même qu'à Antoï, la jeune femme fronça les sourcils. Il y avait vraiment des imprévus... imprévisibles.
Le silence flotta à nouveau, le temps pour Zyn de se perdre dans ses pensées. L'ombre d'un sourire effleura ses lèvres avant qu'elle se reprenne.


"Bref.
C'est dur pour un enfant de se sentir indésirable. Je..."


Non, le "désolée" ne sortirait pas si facilement.

"Au moins, tu sais que tes parents -biologiques- se sont aimés."

'Woohoo! Toujours aussi réconfortante...!'

A chacun ses défauts.

"Bon, je vais arrêter d'essayer de trouver des trucs pour te remonter le moral. Je suis nulle là-dedans et je suis pas sûre qu'il y ait quoi que ce soit pour y changer quelque chose. Une enfance ratée reste perdue."

Et réussir à retrouver le goût du rêve en était d'autant plus difficile.

"Par contre, moi, mon enfance était... bien."

Pas très envie de s'étendre là-dessus.
Mais elle ne pouvait pas faire moins que lui. Par fierté. Par devoir.


"Ma mère est vraiment quelqu'un de génial. On n'avait pas beaucoup d'argent mais ça n'était pas si important. Enfin, si, pour ma mère, ça l'était mais moi, je me rendais pas compte. J'avais ma mère souvent à la maison et elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour moi. J'avais aussi mes grands-parents maternels et mon cousin. J'ai été aimée. Beaucoup. C'est quelque chose sur lequel on peut toujours se raccrocher et qui fait du bien au fond de la poitrine.

Je sais pas trop quoi dire...
J'ai fait plein de bêtises mais globalement, je crois que j'ai été heureuse."


Si on oubliait certains manques...

"J'aurais bien aimé... non... enfin... j'ai pas vraiment eu de père non plus."

Pas du tout était plus juste.
Les psycho-machin-chose pensaient que c'était pour ça qu'elle cherchait la compagnie d'hommes plus vieux. Pffff.... Rolling Eyes


"Dis...?"

ses doigts s'entortillèrent d'eux-mêmes autour de son bout de drap tandis qu'elle gardait la tête haute.

"Je... je peux rester cette nuit. J'ai pas envie de rester toute seule."

C'était peut-être l'aveu le plus énorme de la soirée, à l'échelle mélusinienne.
Oui ou non, elle ne s'abaisserait ni à réitérer sa demande, ni à supplier. Mélusine McEwan ne suppliait pas.

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Mer 9 Déc - 9:45:51

Il se contenta d'opiner du chef pour lui accorder ce que lui même lui aurait demandé quelques instants plus tard. Ce faisant, elle lui avait évité de plonger dans la supplique et lui laissait la position du décideur, ce qui flatta son ego.

- Viens.

Il tendit une main pour l'aider à se relever et s'abstint de tout commentaire sur la vie qu'elle venait de dérouler devant lui. Il y voyait s'éclaicir pas mal de zones d'ombres dans le comportement de Miss McEwan.

Le caractère heureux de son enfance ne l'étonnait pas. Avant sa rupture, Miss McEwan était réputée être joviale, appréciée des Gryffondor pour son entrain et sa bonne humeur malgré son tempéramment volcanique. Il n'y avait qu'à écouter les bruits de couloir du 7ème étage pour ça. Si Alhambra était vite devenu une légende après sa septième année, on pouvait en dire autant pour la jeune fille, même si ce n'était pas pour les mêmes raisons. A la rentrée, elle aurait sûrement autant de partisans que de détracteurs dans son ancienne maison ce qui accentuerait ce phénomène de starification très à la mode à notre époque.

Dans la chambre l'atmosphère était nettement plus chaude. Aux murs, les ancêtres d'Ackroyd regardèrent sortir curieusement les deux adultes de la salle de bain. Les expressions sur les mini portraits variaient du tout au tout selon la branche concernée. Antiochus s'en aperçut bien vite. Il saisit le cadre concerné et le retourna pour ne plus avoir à supporter ces têtes.

Quand il se rapprocha du lit, il pensa à la photo qu'il gardait secrètement au fond d'un des tiroirs de la commode et l'émotion le saisit à la gorge. Il eut envie de la voir, de la tenir dans ses mains, un désir incommensurable. Il s'en approcha et l'attrappa. Elle était toujours là, enfouie sous divers feuilles de papier.

Dès lors, le professeur ressentit une immense peine qui ravagea son corps en lui laissant une vague sensation de malaise. Il tenait toujours le cadre dans sa main.

- Non...

Il savait très bien ce que ça signifiait. Duncan était de retour. Ses membres se transformèrent progressivement et regagnèrent jeunesse et vitalité. Exit les cicatrices, exit les tatouages, le frêle adolescent de 17 ans revit le jour pour la première fois depuis le mois de juin.

- Mélusine... N'aie pas peur, c'est moi. Je suis redevenu Duncan D'Ancelac.

De peur qu'elle ne le laisse planté là en criant au scandale, il prit sa main fermement.

- C'est bien moi, Antiochus.

Evidemment que c'était lui. Il avait toujours la même tête, les joues et les traits moins creusés, les muscles plus fins, avec un autre regard. Il n'avait pas fondamentalement changé.

- Ce sont les restes du Combat Blanc, il faut que je t'explique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Mar 15 Déc - 8:23:14

Les émotions étaient, par nature, insaisissables et, par là-même, incontrôlables, à moins de s'appeler Jasper Hale, mais là, on était dans une autre histoire. Mélusine dévisagea cette main au bout de la sienne qui n'était soudain plus la même et elle crut presque entendre l'écho d'une porte qui claquait dans le lointain, cette même porte qui avait tout juste commencé à s'entrouvrir. Sa seule réaction visible fut de plisser légèrement les yeux. Inexplicablement, elle se sentait trahie, flouée, comme si la confiance qu'elle commençait tout juste à lui accorder n'avait eu aucune raison d'être. Comme souvent dans un cas semblable, au lieu de se replier sur elle-même, elle poussa l'exubérance à fond, se montrant plus joviale et plus bavarde qu'à n'importe quelle autre occasion. Elle joua un sourire.

"Hum... et c'est lequel le vrai toi?"

La ressemblance entre le prétendu Antiochus Ackroyd et le supposé Duncan d'Ancelac était trop forte pour nier tout lien entre les deux. Mais bien des veines de la magie étaient inconnues à Mélusine et elle n'osait pas trop s'aventurer dans une théorie réaliste. Mais plutôt... lequel était le vrai, lequel était le faux? Qui était le double de qui? A quel jeu jouait-il(s)? De ce qu'elle s'en souvenait les arrivées Ackroyd et de d'Ancelac avaient été quasiment simultanées. Mais aussi, il ne fallait pas trop se fier à "ce dont elle se souvenait" et elle le savait très bien.
Il ne fallait pas trop donner l'air de réfléchir intensément. Cacher à tout prix et les doutes et le pincement de sa crédulité.


"En fait, t'es victime d'un sort qui te fait vieillir? Pas cool..."

'Genre, tu compatis...tss tss.'

L'idée de ... ce qui s'était passé avec lui... Cette idée liée à quelqu'un d'aussi jeune ne lui plaisait pas du tout. Beaucoup trop dangereux. Absence de sécurité émotionnelle.
Un éclair de panique glissa dans ses yeux qu'elle tenta de dissimuler dans un éclat de rire.


"Remarque, c'est pratique pour échapper aux exams..."

Ou alors, Duncan D'Antiochus était une sorte de schizo-machin magiquement modifié qui donnait une apparence différente à chacune de ses deux personnalités. A tort ou à raison, sans doute plutôt à raison, la schizo-machinie et tout ce qui touchait à la folie la faisait un trop flipper pour rester calme, détendue et souriante.

'Ecoutez qui parle...'

Absolument pas.
Elle n'était absolument pas schizo-machin, elle. Elle entretenait simplement des dialogues enrichissants avec elle-même.


'Tiens, c'est la première fois que tu me trouves enrichissante.'

...
Le Cullen Family


'Et pis, ça se dit "schi-zo-prhène". Et tu ne l'es pas. Tu es toujours la même. Tout le temps. Face à tout le monde.'

Bah voilà. Ce qu'elle disait.

'Et au lieu de le juger aussi vite, tu ferais peut-être mieux de l'écouter.'

Oh! Hé! Elle l'avait pas jugé. Elle avait juste émis es hypothèses. Ca évitait juste de mourir complètement stupide.
Impossible de se défaire de sa main, de reprendre sa liberté. Il la serrait trop fort.
Mélusine se contenta de le tirer vers le lit pour s'y asseoir. Quelque chose lui disait que cette histoire nécessitait d'avoir une bonne assise pour encaisser le tout. Elle pourrait toujours partir en courant. Il n'avait pas l'air aussi solide que l'autre.


"Bon... eh bien, balance."

La jeune femme ne souriait plus mais la peur (enfin, l'appréhension, hein?) s'était enfuie de son regard. Elle était neutre, juste neutre. Et elle attendait.

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Mar 15 Déc - 9:08:16

Ebranler les fondations d'une entente qui devenait presque cordiale. Il n'avait pas prévu ça dans les effets secondaires du sort de magie noire qu'il subissait, et c'était gênant. Redevenir un adolescent boutonneux était déjà un calvaire à la base pour lui. Alors, avoir tout à raconter à nouveau et dévoiler un nouveau pan de sa vie à cette apprentie professeur lui assena un nouveau coup au moral.
Il se laissa embarquer vers le lit et s'y assit avec elle en repensant à la première fois que Duncan était apparu à Poudlard. Avec Miss Kalten, ça avait été simple dans la mesure où elle avait assisté à la première métamorphose. Il allait donc devoir tout réexpliquer à Miss McEwan, avec beaucoup de pédagogie et de patience, car elle risquait fort de s'emporter après lui.
Duncan passa une main dans les cheveux qu'il avait un peu plus longs qu'Antiochus, et chercha par où il pouvait bien commencer. C'était compliqué, bien compliqué même, peut-être alambiqué serait-il plus approprié comme mot.

- Je suis bien le Professeur Ackroyd, et je te demande juste de m'écouter jusqu'au bout. D'accord?

Duncan lâcha enfin la main de la jeune fille et fit un effort pour garder sa position assise. Il aurait voulu s'allonger et n'avoir à regarder que le plafond. Il considérait que c'était plus simple de confier ce genre de choses aux murs qu'aux êtres vivants. C'était toujours plus facile d'être celui qui interroge... n'est-ce pas monsieur l'auror?

- L'an dernier je me suis trouvé en première ligne dans l'attentat de Piccadilly. J'y ai trouvé Miss Kalten par hasard et nous avons combattu du mieux que nous avons pu les terroristes. Au cours de l'assaut, j'ai perdu un collègue. Et l'homme qui l'a tué m'a parlé, beaucoup parlé. C'est juste un post ado fasciné par le pouvoir et par son maître: Antarès. Il ne faisait pas cas de la valeur d'une vie humaine et n'était pétri que de haine et de violence. Il me rappelait quelqu'un...

Il expira de manière moqueuse à son encontre, repensant qu'il avait été ce genre d'individu lui-même...

- Lors du Combat Blanc, j'ai fait mon boulot de professeur. J'ai aidé les élèves à se mettre à l'abri ou à combattre pour leur vie. Mais c'était sans compter sur Miss Kalten. Depuis l'attentat de Piccadilly, elle était obnubilée par le jeune fou, et là, au détour d'un couloir, elle l'a aperçu, et elle a voulu l'affronter. C'était insensé, alors je l'ai suivie.
J'ai coincé ledit sorcier avant qu'une catastrophe ne se produise, mais quelqu'un m'a frappé dans le dos d'un sort noir.

Il omit de dire qu'il avait tué quelqu'un au passage, qu'il n'avait pu résister à la tentation ou trouver une autre solution moins radicale...

- Je me suis réveillé à l'infirmerie. J'étais sonné et fatigué... Miss Kalten était là. Elle m'a servi un verre d'eau et ça a activé le processus du sort que j'avais subi. Il s'agit d'un sort de jouvence perpétuelle qui fait régresser sa victime à un âge qui a bouleversé sa vie par un choix ou une action particulière. Alors voilà. Je suis resté coincé dans mon corps d'adolescent de 17 ans pendant 6 mois. C'était le laps de temps nécessaire pour que Zagora prépare la contre-potion... Lorsque je devais enseigner, j'étais sous polynectar. Le reste du temps, je fus obligé de le passer en salle commune de Gryffondor avec tous tes amis, ce qui fut source d'angoisse constante pour moi. J'ai maudit Rosemont d'avoir eu cette idée.
C'était lui qui avait voulu placer à nouveau le Choixpeau sur ma tête, lui qui a décidé de me nommer d'après mon second prénom et le nom de jeune fille de ma mère, et lui qui a demandé à Kalten de s'occuper de moi.

Antiochus se laissa aller à prendre sa main une fois de plus, emporté par son discours. Quand il s'en aperçut, au lieu de la lâcher de manière couarde, il la garda dans la sienne comme s'il se fût agi du plus précieux bien du monde. Il lui offrait un écrin protecteur comme il il le fît à l'époque pour une autre personne.

- Mais chaque sort de magie noire implique forcément une trace indélébile. Je m'en suis aperçu l'an dernier lors de la fête de fin d'année. Depuis, Duncan ressurgit quelques fois, comme ça... Je ne mens pas. Je suis prêt à prendre à nouveau du veritaserum s'il le faut.
Tu me crois? demanda-t-il d'une petite voix étouffée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Lun 21 Déc - 14:45:32

Le silence dura longtemps tandis que sa réponse se profilait à l'horizon. Ou plutôt, non. Sa réponse, Mélusine l'avait, sans même l'avoir choisi. Le silence n'était là que pour s'assurer qu'elle ne ferait pas demi-tour à la prochaine déclaration d'Antoï, de Duncan, ou whoever. Il y avait un temps pour les doutes et les bêtises, les mots balancés du bout des lèvres qu'on pouvait effacer d'un sourire ou d'une moue boudeuse. Il y avait un temps pour les paroles qu'on donnait avant de les reprendre. Un autre pour les promesses qu'on ne tenait par manque de maturité, par peur ou par folie. Un énième temps pour les mots lancés en l'air et après lesquels on courrait en vain pour tenter de les oublier. C'était de ceux-là dont Mélusine se méfiait. Ceux-là qu'elle voulait à tout prix éviter.
La jeune femme n'avait jamais été à son aise dans les silence, maintenant, plus que jamais. Mais elle en était la maîtresse, pouvant le rompre quand elle le voudrait. Elle se doutait que le jeune homme qui lui faisait face n'ajouterait rien tant qu'elle ne lui aurait pas offert son verdict.


"Ca veut dire que si les choses étaient à refaire, maintenant, le Choixpeau t'enverrait à Gryffondor?"

Avait-elle jamais prétendu être douée dans l'art de la conversation? Pas à son souvenir.

'Me semble pas que c'était la réponse qu'il attanedait...'

Qui avait dit qu'on obtenait toujours ce qu'on voulait dans la vie? Si ça avait été le cas, elle serait actuellement deux étages plus bas, dans les bras de James.S ans avoir échangé un mot, sans même une seule excuse. Les excuses, elle n'en voulait pas. Quand bien même ce scénario ne deviendrait jamais réalité si elle ne s'y attelait pas.

'Il ne deviendra peut-être jamais réalité tout court...'

L'être humain avait été créé pour rêver, non? C'était ça qui les différenciait du scrout moyen, non? Pas l'intelligence ou la capacité de se détruire? Pas l'utilisation d'outils ou la capacité à aimer? C'était le rêve, rien que le rêve qui faisait des humains ce qu'ils étaient. Sans le rêve, autant s'avader tout de suite et qu'on en parle plus.

'Certes, certes... Mais tu as une réponse en suspens...'

"Je sais."

'Oops...'

Ah, elle pouvait rire, la petite voix...!

"Je voulais dire que... oui, je te crois. Pas besoin de veritaserum... C'est pas si amusant."

Enfin, si mais non.
Elle se contenta de la dévisager en serrant juste sa main un peu plus fort. Pas la peine de lui demander d'essayer de se mettre à sa place, elle n'y parviendrait pas. La Mélusine McEwan n'était pas un animal doué d'une extrême empathie.


"Ca veut dire que là... tu es à l'âge où tu as..."

Son regard, errant du côté de l'intérieur de son avant-bras était explicite. La Marque des Ténèbres ne s'y était pas encore logée.

"Tu sais, il y a des gens qui disent qu'on ne vit rien pour rien..."

Le ton était clair. Elle n'y croyait pas. Ou alors, juste un peu, au fond, en grattant bien.

"Pourquoi tu as droit à ça? Tu penses que tu pourras... changer quelque chose?"

De sceptique, elle était devenue enthousiaste.
Même pas pour elle.
La simple perspective qu'ouvrait sa question... S'il y avait quelque chose à faire, elle voulait en être. Quand bien même il faudrait la torturer (ou une simple petite goutte de veritaserum) pour le lui faire avouer.
Mélusine cacha le sourire né de son élan dans un hochement d'épaules. Et rabattit un pan de couverture sur son corps.
Si le Choixpeau l'avait envoyé à Gryffondor, ça changeait... pas mal de choses.


'Et ça ravive les questions...'

Et elle? Si elle passait à nouveau l'épreuve du Choixpeau... pouvait-elle être certaine d'être renvoyée chez les Rouge-et-Or? Toute autre perspective était glaçante. Encore que... elle aurait pu supporter Poufsouffle. Mais Antiochs avait fait le chemin Serpentard-Gryffondor, celui-là même qu'elle jugeait impossible. Le contraire n'était-il pas... envisageable.
Merlin! Non!

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Dim 27 Déc - 16:53:19

- Oui c'est ça. C'est à 17 ans que j'ai été initié par le Seigneur Noir, c'est pour ça qu'il n'y a aucune trace sur mon corps...

Il la laissa parler encore une fois, questionner, fantasmer sur toutes sortes de possibilités. pendant ce temps, il se glissa sous la couverture et fixa le plafond. Les flammes produisaient de drôles de dessins qui le fascinaient toujours autant.

Il n'avait prononcé aucune parole sur la répartition. Il en avait souvent discuté avec le Professeur Dumbledore, mais il n'était toujours pas parvenu à se faire une opinion. L'illustre professeur pensait que les jeunes sorciers étaient répartis trop tôt, et que leur véritable nature se révélait avec l'âge. Quand il diffusait ce genre de paroles il regardait souvent d'anciens Serpentards avec cette habituelle étincelle dans les yeux...

Le temps passé au septième étage l'an dernier lui avait juste appris que des adolescents rouges étaient aussi écervelés que des adolescents verts. Il n'y avait que le décors qui changeait.

A sa dernière digression, il haussa les épaules d'un d'air dubitatif.

- Je ne sais pas. Le temps passé à pourir dans ma cellule en Azkaban m'a laissé envisager beaucoup de choses: utiliser un retourneur de temps, utiliser une machine à remonter le temps... Mais en sortant, on m'en a dissuadé avec force.

"On ne peut manipuler le passé sans risque d'affecter le présent Antiochus. Il y a d'autres façons de racheter tes fautes."

Pourquoi avait-il écouté?

Il se mit en boue et se tourna de côté, face à elle.

- Crois-tu que pour en finir avec ce sortilège il me faille passer une sorte d'épreuve?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Mar 29 Déc - 19:56:45

Pour s'octroyer le temps de réfléchir ..

'Comme quoi, tout arrive...'

..., et ce, sans daigner répondre à sa propre conscience, Mélusine s'étendit sur le ventre, jambes battants l'air comme un moulin à paroles, bras repliés pour soutenir sa tête.

'De là à dire qu'elle est grosse, il n'y a qu'un pas...'

Même pas qu'elle arriverait à se déconcentrer toute seule. Elle avait même eu assez de maîtrise pour ne pas (trop) se crisper à la mention d'Azkaban. Elle avait fait assez de mal comme ça avec toutes ses incertitudes. Ca n'était bien entendu pas une raison pour afficher au grand jour ses efforts.
Reprenons.


"Tu le ferais, maintenant? De retourner dans le passé. Si tu .. si la justice ne pouvait rien te faire?"

'Suprématie de la langue sur la pensée!'

Le crispement de sa mâchoire était discret. Elle ferma très brièvement les yeux.

"J'aurais pas dû poser cette question. Oublie-là."

Elle ne laissa pas au silence le temps de s'installer, cette fois.

"Dans les livres, c'est ce qu'ils racontent. Qu'un sort n'a jamais été jeté pour rien. C'est toujours pour apprendre ou se dépasser."

Son ton était un peu trop désabusé quand ses yeux brillaient d'y croire. Son regard se perdit dans le lointain tandis qu'elle se convainquait mentalement que ça n'était que ça, des histoires. Tentait de se convaincre serait plus juste. Rien n'est plus difficile à tuer que l'espoir.

"Mesarthim!"

Dans un "pof", la petite créature apparut. Et Mélusine d'expliquer à Antoï qu'il s'agissait là d'une sorte de cadeau, obtenu d'une génie sortie d'une lampe magique. Ah oui, et Call avait son mot à dire. Et cette créature, Mesarthim, en dehors d'un fichu caractère, possédait la réponse à toutes les questions. Ses questions à elle. C'est ce qu'avait dit la génie.

"Mais si tu veux, je peux lui poser une question pour toi. Ou toi, tu peux lui poser la question..
Et... Mesarthim? J'aimerais que tu répondes."


- Mesarthim répondra... s'il en a envie.

Humph.


Spoiler:
 

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Ven 15 Jan - 8:22:14

HJ: désolé pour l'attente.

- La justice ne peut rien pour moi. J'assume ce que j'ai fait.

Ses yeux passaient inlassablement du petit être à Miss McEwan, surpris par cette unité de couleur de cheveux. Mesarthim était-il une reproduction miniature et McEwanesque de cette fille longiligne étendue à ses côtés? Il le soupçonnait, et doutait bien du pouvoir de cet être.

La créature le fixait d'un air narquois, comme s'il pouvait lire dans ses pensées... Mesarthim bondit sur les couvertures et se mit à rire, à rire, à rire sans pouvoir s'arrêter. Il venait d'assister au retour du professeur Ackroyd.


- C'est sympa ça! Tu fais souvent des bonds dans le temps comme ça?

C'est une voix plus grave que celle de Duncan qui lui répondit.

- Je ne fais pas des bonds dans le temps. C'est le temps qui semble se dérégler sur moi.

- Ouais enfin, on a connu pire comme truc. Tu sais la vérité, tu connais ton problème. dit-il en croisant les bras.

- Tu vas jouer les psychomages longtemps? Je croyais que tu devais répondre à mes questions.

- C'est ce que je fais, sombral d'opérette. Tu passes ton temps à regretter et à espérer rattraper ce que tu as fait. Mais est-ce que tu as essayé de trouver un véritable moyen d'y parvenir? Tu agis sur le présent, pas sur le passé parce que tu as peur. Tu as peur des conséquences et tu as raison. Tu es donc indécis. Quand tu auras tranché ce problème et que tu auras choisi ta voie, le jeune maigrichon ne prendra plus ta place dans ton lit!

Antiochus allait remettre ce pseudo génie à sa place, mais quelque chose l'en dissuada.

- ça signifie que je ne suis pas obligé d'agir?

- A toi de voir!

Antiochus donna une petite tape sur la créature.

- Je croyais que tu donnais les réponses!

- Si je veux d'abord! Et là, t'es mal barré.

- Mfpfffff...

- T'excuse pas surtout.

Le petit bonhomme s'approcha de la tête du lit, et par la même occasion de celle d'Antiochus qui tentait de comprendre ce qui venait de lui être dit.

- Si tu ne me crois pas, voilà la réponse à une question qui te travaille depuis quelques minutes: "T'as une chance si t'es bon!"

Pris de cours, le professeur arqua les sourcils, refusant d'en croire ses oreilles... Satisfait de son petit effet, Mezarthim s'approcha de la jeune femme à plat ventre et cria la question en souriant d'un air démoniaque.

- Il a pas envie de dormir le professeur. Il a plutôt envie d'autre chose, mais il a la trouille d'essuyer un refus. Tu la comprends la question toi, hein? demanda-t-il à Mélusine en lui donnant un coup de coude dans les côtes.

- Disparais! cria Antiochus.

- C'est bien ce que je disais, t'es mal barré là! et avec ça, il disparut.

- Je reconnais qu'il a raison sur les deux points.

Et ça, c'est rare...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   Mar 19 Jan - 16:04:28

Alors qu'un claquement sec dans l'air marquait son départ, Mélusine se prit à songer que Mesarthim était somme toute un petit machin sympathique. Excentrique, farfelu et caractériel, mais sympathique. Comment dit-on, déjà? Qui se ressemble s'assemble? Moui, il y avait de ça.
Il avait tendance à taper sur les nerfs mais il disait des trucs utiles quand il s'en donnait la peine. Encore fallait-il les comprendre... et pas trop de travers, sinon, on se retrouvait dans une sacrée bouse.
La jeune femme plissa les yeux, tentant de faire la part des choses entre ce qu'elle croyait comprendre, ce qu'elle espérait comprendre, ce qu'elle craignait comprendre et ce qu'elle ne comprenait pas du tout... avant de se décider à ne pas s'embarrasser de tout ça.


"Sur les deux points?"

Et il le reconnaissait? Humph. Voilà qui était... inhabituel.

'Tu dis ça parce que tu ne t'y attendais pas? Ou bien parce que, toi, tu n'aurais jamais reconnu que tu as été cernée aussi facilement, dans une même situation?'

Pas de réponse.
Encore fallait-elle qu'elle ait bel et bien compris ce qu'elle croyait comprendre.


'Depuis quand est-ce que tu cogites au lieu d'agir?'

Depuis qu'elle ne pouvait pas se permettre de se faire jeter.

'Elle a la trouille d'essuyer un refus? Mouhahaha!'

Elle le prenait comme ça?
Très bien. Très très bien. Elle allait voir ce qu'elle allait voir. C'était pas à une Gryffondor qu'on allait apprendre le courage.
Très très très bien.
...
Bon.
On y va.
Restait à savoir où.
Dans un mur?
...
Gryffy power!
Sans peur et sans reproche!
Surtout sans reproche.
Quoi que.
Bref.
Enfin.
Voilà.

Le silence mental est beaucoup plus long qu'un silence physique.

Finalement et lentement, elle se rapprocha de lui jusqu'à le frôler. Peau nue contre peau nue, c'était plutôt agréable. Elle n'hésita qu'un instant avant de finir contre sa bouche. C'était pas si compliqué. Séparer les doutes des envies, reléguer les premiers à l'arrière-plan pour se consacrer aux premiers. S'interrompre le temps de lancer d'un ton léger:


“Je l'ai comprise, la question?"

Un petit sourire en coin éclaira son visage.
Demain, elle se demanderait comment ils en étaient arrivés là, à voir son corps nus émerger des draps.
Demain, elle se lèverait en hâte, esquivant la confrontation gênante.
Demain, plus tard, ils se croiserait peut-être. Alors, elle poserait les questions appelant les réponses qui lui manquaient. On ne perd pas sa curiosité en une nuit.
Demain, elle lui dirait qu'elle ne voulait rien de sérieux, pas d'engagement. Surtout pas d'engagements. Voir venir au jour le jour. Et tant qu'ils supportaient leur compagnie mutuelle, autant en profiter. Mais hors de question de se considérer comme ne serait-ce que l'ombre d'un tout. C'était juste l'histoire d'une nuit. D'un jour peut-être. D'une autre nuit. Que des bouts ajoutés à des bouts sans jamais faire de tout.
Demain, elle ne regretterait pas pour autant.
Demain était un autre jour.
Qui viendrait bien assez tôt.

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tea for two, and two for tea... (PV Professeur McEwan)
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Rendez-moi mon armée!
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» Animagus, de Julius Skaghetti
» monsieur Jambou
» Les disparus du 12 janvier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Hogwarts :: 

Les dédales du château ~ inside

 :: Cinquième étage :: Salle de bains des Préfets
-
Sauter vers: