Back to Hogwarts

Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 McEwan, une vie à compter...

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: McEwan, une vie à compter...   Dim 27 Sep - 8:34:58

Le monde était petit, la Magie lui en était témoin. Cela faisait la troisième fois que Xaël se rendait au cachot en ce début d'année scolaire. Dire que bien des années avant, quand lui-même n'était qu'un première année, le château lui avait semblé immense...
Maintenant, il l'arpentait en long et en large comme un vulgaire mouchoir de poche.

L'avantage des cachots, c'est qu'hormis quelques élèves perturbés, personne ne s'y rendait en dehors des heures de cours. bien sûr il y avait les Serpy qui avaient leur salle commune à proximité, mais ils faisaient justement partis de ceux que Xaël classait parmi les élèves perturbés. De toute façon, même les plus hardis d'entre eux ne s'en prenait pas à l'autorité d'un professeur.

C'était donc l'endroit idéal pour commencer ce qu'il était venu faire là.

Il sortit les fioles et diverses potions de son sac en bandoulière, dégrapha son chaudron portatif de sa tunique, s'assit enfin et cala un livre sur ses genoux.

Le garootum nécessitait un minimum de concentration. il avait réussi à en découvrir la formule exacte en farfouillant parmi les vieux ouvrages de la réserve - privilège normalement uniquement accordé au personnel de Poudlard quoi que nombre d'élèves semblassent oublier cette clause.

Bien entendu, il lui faudrait au moins une bonne heure avant que la potion soit prête et environ trois autres pour qu'elle refroidisse. Plus tôt la mixture serait prête mieux cela serait... Restait à souhaiter que personne ne viendrait le déranger ni voir ce qu'il faisait seul dans un recoin sombre du château...

La préparation commençait à prendre une allure violacée aux reflets fauves et au parfum capiteux quand il entendit un premier frottement contre le sol...

__________________
Hogwarts
21 ans
Professeur de Runes

Y Gwir Yn Erbyn Byd
Byrnan Blaed

Salut à toi Invité Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Jeu 8 Oct - 14:45:14

Dans un intense effort de concentration, le nez d'Eleanor se plissa, ses sourcils se froncèrent et dans un froissement de tissu, elle se retourna, pour juger du regard la distance qu'elle avait parcouru. Celle-ci n'était guère élevée mais pourtant, malgré tous ses efforts, elle ne savait plus quel couloir emprunté, quelle intersection prendre pour rejoindre l'extérieur de l'école.

Un soupir passa la barrière à demi-close de sa bouche, tandis que la jeune fille regardait de nouveau devant elle. Tant pis, elle trouverait son chemin toute seule, comme toujours, et arriverait bien -un jour- à voir autre chose que les murs sombres des souterrains du château. Elle se maudissait presque d'avoir eu l'idée de sortir mais voyant le bon côté des choses, Eleanor se disait que la prochaine fois, ce ne pourrait être pire. On ne pouvait pas faire pire que de tourner en rond dans un lieu que l'on était sensé connaître comme sa poche, depuis déjà vingt minutes. Elle n'avait croisé personne, ce qui l'angoissait un peu, elle pouvait se l'avouer, mais ne se départissait pas d'un bon sens pratique.

Alors à situation difficile, mesure drastique. En deux pas, la Serpentard se trouva près du mur le plus proche d'elle. Elle posa sa main dessus et après une inspiration pour se donner du courage, commença à avancer. Un pas, deux pas, Eleanor avait trouvé sa vitesse de croisière. Ses yeux voltigeaient d'un côté et de l'autre du couloir, sans s'arrêter sur rien de précis. En fait, elle était étrange. Ce qui, d'après les rumeurs qu'elle avait entendu, ne changeait pas de d'habitude. Car, si il y avait une chose que l'adolescente parvenait très bien à faire, c'était écouter. Elle avait l'ouïe fine dès qu'il s'agissait d'entendre ce qu'il se disait sur elle. Une malédiction pour quelqu'un comme elle.

Elle ne parvenait pas, malgré toute sa bonne volonté, à se faire accepter. Ce qui pouvait expliquer la raison de sa solitude du moment. Elle avait beau tenté de nouer des conversations, son passé la rattrapait à chaque fois. Comment pensaient-ils qu'elle changerait si aucun ne lui donner sa chance ? Mais son caractère lui faisait sans cesse revenir vers ceux qui la repoussaient, en tentatives vite avortées de se faire une place à Poudlard.

A mesure qu'elle avançait, Eleanor trainait de plus en plus les pieds. Ce n'était pas de joyeuses pensées qui tournoyaient dans sa tête et d'une pichenette mentale, elle les chassa sans ménagement. Ses oreilles se dressèrent quand elle crut entendre un bruit peu commun dans cette partie des cachots. Elle s'arrêta un instant, se concentra sur ce qui l'avait interpellé et comme un automatisme, se dirigea vers la faible source de bruit.

Les cachots. Que pouvait-il bien se passer là-dedans ? Curieuse de nature, Eleanor se rapprocha et au coin de l'entrée, se tordit le cou pour regarder subrepticement à l'intérieur. Chaudron, fioles, homme. Potion. Drôle d'endroit tout de même pour ce genre d'exercice. Mais rien de bien dangereux, à priori. Alors d'un pas latéral, Eleanor se montra à l'inconnu, silencieuse.


- Bonjour, vous faites quoi ici ? demanda-t-elle, soudainement.

Sa petite voix fluette s'éleva dans l'espace clos et ricocha contre les parois du cachot. Elle avança encore d'un pas, pour y voir un peu plus clair.

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Ven 23 Oct - 12:38:51

Xaël s'astreigna à ne pas sursauter. Cela n'aurait fait que rajouter à l'air fautif qu'il peignait sur son visage. Et puis, après tout, comme il le pensait rares étaient les enseignants qui se promenaient par ici. A moins que ce ne fut ce drôle de concierge aux idées saugrenues, sinon il ne risquait pas grand chose des figures d'autorité...

Il s'agissait d'une fille, une élève en fait.
Une élève de Serpentard.

Forçant sa part inconsciente à stopper le sourire qui s'étendait sur ses lèvres, Xaël toussota - le coup classique pour masquer une émotion. Une Serpy... donc une élève perturbée avec de gros soucis familiaux, et une tendance suicidaire - traits communs à tous les Serpys, il va sans dire What a Face. Il était donc tranquille. Il savait s'y prendre avec les élèves perturbées. D'ailleurs, ça lui faisait justement penser qu'en passant dans la buanderies, il avait croisé deux Serpys, hier. Quelques paroles aimables les avaient amenés à adopter une plus grande déférence à l'égard du jeune professeur...
Tout était dans le tact et dans le sens du relationnel.

Ses fières pensées ne purent retenir cependant les premières gouttes de sueurs qui perlèrent dans son cou - signe de grande anxiété chez lui.

Il s'empressa de contourner son chaudron afin de le placer entre lui et l'inconnue.
Il ne fallait pas que quiconque puisse soupçonner l'existence du Garootum, sinon il était cuit et serait à point pour une faute professionnelle...
Mais fort heureusement, il n'en était pas là.

Scrutant la pénombre, il chercha du regard la fille qui venait de l'invectiver. Elle se détacha lentement de l'obscurité, lui permettant de distinguer une silhouette de petite taille au regard argenté.

Xaël chercha activement dans sa mémoire au registre "élève".
Même si cette fille semblait se teinter dans la masse, son attitude mercurienne lui avait permis de se rappeler d'elle.

Eleanor Moon.
Effectivement à Serpentard.
En Septième année...
Au delà, le registre mémoriel se révélait incomplet.

Il allait donc devoir improviser.


- Je médite jeune fille.

C'était un coup de bluff en réalité, Xaël avait toujours du mal à poser une distance entre ses élèves et lui-même, sûrement en raison de son jeune âge.

- ... pendant que ma tisane infuse...

Le griffon était vraiment trop gros pour ne pas le voir voler dans le ciel. Mais ne bluffait pas qui veut.

- ... veux-tu en boire avec moi ?

Vu l'odeur et la couleur de samixture, Xaël doutait qu'elle aquiesce. Néanmoins, c'était une possibilité, et le risque à courir. Après tout, soit elle repartirait en déclinant sa proposition, soit elle lui permettrait de savoir ce que donnait un philtre Garootum lorsqu'il n'est pas encore prêt... Il fallait bien des cobayes pour faire évoluer l'art des potions...

__________________
Hogwarts
21 ans
Professeur de Runes

Y Gwir Yn Erbyn Byd
Byrnan Blaed

Salut à toi Invité Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 1 Nov - 19:21:46

Pourtant, Eleanor avait une histoire totalement banale... Quoi, personne n'y croit ? D'accord c'était faux, mais elle se défendrait toujours d'être l'archétype de Serpentard. Elle n'avait de Serpentard que le blason et les couleurs, les dortoirs et la table dans la Grande Salle, les camarades de chambre et le professeur principal, et... Bon, la liste était longue, mais cela faisait-il d'elle une Serpentard pure souche ? Les préjugés valaient-ils mieux que de connaître la personne ?

Enfin, Eleanor était loin de ces considérations. Elle ouvrit de grands yeux à la réponse que lui donna celui qu'elle avait pris sur le fait. En fait, elle ne savait d'où lui venait cette impression tenace qu'il ne disait pas toute la vérité sur ses intentions dans un sombre cachot dans les bas-fonds de Poudlard, antre des Serpentard, si l'on suivait le raisonnement de Xaël. Surement peut-être un peu à cause de lui, justement. Il avait sur le front un panneau clignotant avec écrit "Menteur" en lettre capitale. Sa façon de la regarder laissait présager qu'il voulait cacher quelque chose.

La collégienne s'avança sans mot dire et s'agenouilla à côté l'homme. Qui était-il, au fait ? Sa tête ne lui disait rien, alors quant à trouver son nom et sa fonction. Tout ce qu'elle pouvait deviner, à sa tête, c'était qu'il ne devait à peine être plus vieux qu'elle. Un redoublant plusieurs fois ? Un étudiant ? Mais que ferait-il dans les cachots de Poudlard collège, alors qu'il pourrait très bien se cacher -et mieux surement- du côté Université ? Décidément, Eleanor n'y comprendrait jamais rien.

Elle le regarda dans les yeux, sans un seul regard préalable vers le chaudron qu'elle voyait très bien maintenant qu'elle était à côté de lui, plutôt que devant.


- Eleanor Moon. La cuisine, ce n'est pas mieux pour faire du thé ? Ou vous n'aimez pas celui que prépare les elfes de maison ? Il n'est pourtant pas si mauvais, surtout celui au moonlal, vous savez, la fleur qui ne pousse que les soirs de pleines lunes...

C'était une drôle de conversation mais les bizarreries étaient choses courantes dès qu'Eleanor se retrouvait quelque part, n'importe qui vous le direz. C'était un aimant à bizarrerie.

La Serpentard se pencha cette fois au dessus du chaudron, qu'elle renifla sans paraître aucunement consciente que ce qu'il y avait là dedans n'était pas de la tisane mais plutôt quelque chose d'interdit. Dans sa naïveté, elle ne pensait pas qu'un professeur caché dans le corps d'un ado puisse mentir.


- C'est à quoi votre tisane, à vous ?

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Ven 27 Nov - 16:57:44

Wyndham s'était glissé subrepticement hors d'un passage secret qui avait sa source nulle part ailleurs que dans le bureau de James Gardens, concierge de son état. Le professeur de SACM ne tenait pas outre mesure à ce que l'on devine ses accointances avec Gardens. Ceci expliquait donc cela. Ceci expliquait surtout les détours impromptus dans les tunnels embourbés d'araignées au lieu d'une belle et simple sortie par la porte de devant.
Le concierge avait été ravi (à sa manière toute relative et quelque peu embarrassante) de l'arrivée de W.W.. La petite dose de belladis que ce dernier lui dévoila y était sans aucun doute pour quelque chose. Il y avait entre une sorte d'échange tacite. Ils s'accordaient une soirée de tranquillité une fois par mois, renonçant à leurs obligations respectives pour s'offrir un petit moment hors du temps et de l'espace. La belladis, substance vaguement hallucinogène, y aidait.

Mode d'emploi du belladis: les feuilles séchées de la plante doivent être placées dans une coupelle remplie d'eau. Suspendue (un simple sortilège de lévitation temporaire fera l'affaire) au-dessus d'un feu magique à flammes bleues (il est essentiel qu'il s'agisse de ce type de feu caractéristiques, un feu moldu n'aura aucun effet), il en émanera des vapeurs grisâtres. Une fois le feu éteint, les vertus de la plante se dissiperont rapidement.

Le reste du temps, ils se comportaient comme deux inconnus se saluant avec distance au beau milieu d'un couloir.
Ainsi courrait le monde et tous deux s'en portaient fort bien.
Voilà donc le pourquoi du long détour effectué par Willem Wyndham, les cachots ne constituant en aucun cas son lieu de repos préféré. A son goût, seul l'air libre du parc du château était suffisamment respirable pour y dilapider son temps.
Il s'apprêtait donc à rejoindre d'un bon pas sa liberté lorsque des bribes de voix l'interpellèrent. Il laissa échapper un soupir résigné que seule une vieille armure rouillée perçut. L'antiquité haussa des épaulières dans un grincement des plus désagréables. Wyndham esquissa un rapide demi-tour. Sa fonction de professeur l'obligeait à s'inquiéter de ce qui se passait au sein du château. Et quels que soient les défauts que l'on pouvait lui trouver, jamais au grand jamais on ne pouvait le taxer de laxisme ou d'irresponsabilité. Cela ne ferait que retarder de quelques minutes son retour au plein air. En conclusion, cela ne ferait que détériorer son humeur.

Deux silhouettes se dessinèrent rapidement.
Le ton sec de Wyndham claqua dans l'air froid:


- Elève Moon, on peut savoir ce que vous faites ici, à cette heure et en ce lieu? Vous avez sans aucun doute des examens à réviser.

Un léger haussement de sourcils salua son amorce de conversation. Un mouvement de tête fut son salut à l'égard de Xaël McEwan.

- Professeur McEwan? Vous donnez un cours particulier?

*Au milieu du château? Un cours de potion?*

De la part d'un enseignant de Runes, voilà qui était... surprenant.

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 29 Nov - 16:53:28

Xaël n'eut pas le temps de répondre à Eleanor Moon qu'une autre silhouette se profilait à l'horizon. Il aurait pu s'agir d'une apparition heureuse qui l'aurait tiré de ce mauvais pas - bien que soyons réaliste, peu d'apparitions auraient pu être heureuse vu la situation dans laquelle il se trouvait sauf celle de Merlin ou du Père Noël...
Bien sûr dès qu'il vit World Wide, Xaël désenchanta de suite... Non pas qu'il n'aimait pas Wyndham, il avait trop bon coeur pour ça. Non, cette perspective d'avoir à faire à lui l'ennuyait profondément vu que leur relation était à l'étage inconnu - pour ne pas dire absent - et que composer avec un inconnu revenait à embrasser une gargouille dont on ne savait si la moindre étincelle de vie l'animait.
L'idée d'un Wilhem Windham en gargouille l'amusa assez pour reprendre contenance.


- Bonjour professeur.

Il valait mieux être poli, c'était la moindre des choses et bien souvent, cela évitait d'envenimer des situations déjà épineuses...

- J'invite l'élève Moon à prendre une infusion. Voulez-vous vous joindre à nous cher collègue.

C'était encore du bluff assurément mais si l'intuition masculine se révélait être plus que probante, alors le sieur Wyndham tournerait les talons en emportant - si la magie lui était secourable - Eleanor dans son sillage.

- Et pour répondre à ta question Eleanor, c'est une décoction à ... au ...

Qui vole un oeuf, vole un bluff...

- ... une décoction de mon crû ! La recette est assez ancienne et secrète. Il s'agit d'un de ses secrets qu'il vau mieux garder pour soi si l'on ne veut pas que tout le monde vous la reprenne !

Ce qui dans un sens était à moitié vrai... du bluff bof en sorte...

Quand on bluff, il ne faut surtout pas accuser de temps mort - par respect pour ceux qui sont dans la tombe... réflexion faite, tous les morts ne sont pas dans la tombe, certains se font incinérés et d'autres ... - au risque de comparaître devant l'avocat des dupés...
Xaël s'empressa donc de sortir trois grandes chopes de son sac en bandoulière et de remplir chacune de l'inrtiguant breuvage.


'S'ils boivent qu'est-ce que cela va bien pouvoir donner ?' Normalement le garootum n'avait d'effet connu et défini que lorsqu'il était cuit à point. Le fait de le servir alors que la cuisson n'était pas terminer pouvait donner des résultats intéressants.

Xaël tendit une tasse à chacun d'eux d'un coup de baguette et approcha la sienne de ses lèvres. Ils n'oseraient sûrement jamais boire s'il ne prenait aps l'initiative. Il prit donc une inspiration et but.

Alors que le liquide brûlait sa gorge et se frayait un passage dans son corps, il observa ces deux comparses avec leur chope flottant en lévitation juste devant eux.

Quitte ou double ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Lun 4 Jan - 23:13:18

Eleanor recula légèrement la tête lorsque la tasse vint flotter devant elle. Il y avait dans l'odeur volatile qu'elle dégageait quelque chose qui fit résonner en elle un vague signal d'alarme. Pourquoi ce brusque soupçon de méfiance alors même que le professeur affirmait qu'il s'agissait d'une banale infusion ? Les professeurs n'empoisonnaient pas leurs élèves en temps ordinaire. Et celui-ci semblait décidément trop sympathique pour appartenir à la catégorie des empoisonneurs, n'est-ce pas ?

Elle leva les mains et saisit la tasse entre ses doigts fins. La chaleur du récipient se propagea aussitôt à travers ses phalanges. A cet instant précis, Eleanor se rendit compte à quel point ses mains étaient glacées. Quelque chose n'allait pas. Pourquoi ses membres se vidaient-ils peu à peu de toute chaleur à mesure qu'elle inspirait les effluves de cette drôle d'infusion ? Pourquoi avait-elle la sensation de se vider de son énergie ?

La Serpentarde capta un bref mouvement. Le professeur McEwan avalait le contenu de sa tasse.

Eleanor ne se méfia pas assez d'elle-même. Ses propres mains imitèrent le geste suggéré... Mais jamais le liquide n'atteignit la barrière de ses lèvres entrouvertes.

Un vertige la saisit. Comme si un torrent glacé se déversait depuis sa tête jusque dans son cœur. Elle aspira une goulée d'air mais l'impression de se noyer fut la plus forte ; ses poumons se figèrent, opprimés dans le vif du mouvement qui la fit reculer d'un pas. Puis sa conscience vrilla et bascula... ~o~

~o~...Fragrance agressive d'une mixture inconnue... brûlure au bout des doigts... Souffle coupé qui lentement s'évade... Moon émergea du néant et toisa froidement le Pr McEwan. Ses yeux gris - légèrement photosensibles dorénavant - auraient pu lui passer au travers, elle n'en aurait pas été plus surprise. Visiblement elle avait un épisode de retard. Son Autre était sur le point de... De quoi au fait ? Boire le contenu de cette tasse sans en connaître la composition ?

Idiote !

La naïveté d'Eleanor ne cesserait jamais de l'exaspérer au plus haut point. Et il lui fallait partager ce corps avec elle... Quelle plaie !

Moon huma discrètement le breuvage. Elle mit cinq secondes à identifier les deux raisons qui l'empêcheraient d'avaler le liquide brûlant. Deux composants - plus ou moins illicites - n'ayant pas achevé leur incorporation dans ce mélange pour être inoffensifs à ses yeux. Restait maintenant à trouver un prétexte pour en différer l'absorption. Elle allait devoir... Tricher.

Un sourire fleurit sur ses lèvres.


- Une ancienne recette, en effet, Pr McEwan. Dans ma famille, nous l'agrémentons d'un peu d'eau de source. Cela est subtile, il faut être bien né pour en apprécier la saveur... Puis-je ? demanda-t-elle calmement.

Sans attendre la réponse du professeur, elle sortit sa baguette et fit apparaître une petite cuillère en argent contenant un peu d'eau limpide. L'eau n'avait évidemment aucune importance. Mais l'argent de la cuillère accélèrerait la réaction de la potion et amènerait en une fraction de seconde les deux ingrédients instables à maturation.

Elle plongea la cuillère dans sa tasse et lui donna deux tours dans le sens horaire. Puis elle y trempa les lèvres. Peu importait la nature entière de cette potion qu'en réalité, elle ne connaissait pas. A présent il y avait peu de chance que cela ait un quelconque effet néfaste sur elle. Ce n'était pas pour rien qu'on éduquait les enfants sorciers de sang pur à privilégier les couverts en argent dès leur plus jeune âge...

Moon se tourna à demi vers le Pr Wyndham et haussa discrètement un sourcil interrogateur. Comment ce dernier se sortirait-il de cette situation pour le moins épineuse ?

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Jeu 7 Jan - 14:54:15

Wyndhal haussa un sourcil narquois tout en se demandant dans quelle étrange cérémonie il avait fait intrusion. Il lui paraissait tellement futile de prendre la décision de boire une petite tisane en pleine milieu d'un couloir moisi qu'il y avait forcément anguille sous roche. Un rendez-vous ayant tourné à l'éventé? Un trafic de substances quelconques? Au fond, cela ne le concernait pas. A chacun ses petites embrouilles, le tout était sous le contrôle supposé de son collègue. Laissons les soupçons au placard et penchons-nous sur cette drôle de mixture.
L'élève Moon avait vaguement oscillé en s'approchant de son breuvage mais rien dans les vapeurs qui s'en dispersaient ne le mettait sur le qui-vive. Aucune vapeur hallucinatoire, rien.
Néanmoins, on ne devient pas professeur de Poudlard, et encore moins expert en créatures magiques, en ne se fiant que sur ses impressions. L'instinct avait certes souvent du bon mais la prudence voulait qu'un peu de magie soit employée pour assurer les arrières. D'un discret mouvement de la main qu'il passa au-dessus de son mug, W.W. s'assura que la potion de McEwan ne recelait rien de maléfique.

Aucune onde ne troubla la surface liquide. Si le breuvage avait quelques effets secondaires, il ne s'agissait de rien de néfaste ou potentiellement meurtrier.
Au diable, il fallait vivre dangereusement.
(Mé)connaissant McEwan, c'était sans doute une tentative de filtre de beauté éternelle ou quelque futilité du même genre.
Le Gallois porta donc la chope à ses lèvres et avala une première gorgée.
Son sourcil s'arqua de nouveau tandis qu'il fixait le lointain.


- Vous y avez mis une pointe d'asphodèle, si je ne m'abuse.

Eh oui, être un magna des créamas n'empêchait pas de s'y connaître un tant soit peu en potion et botanique...

- Maintenant que nous avons tous trois consommé... peut-être daignerez-vous nous en dire un peu plus long.

Son ton avait viré à l'impatient, une pointe de sarcasme en plus. Il s'était plié au mystère, au jeu. Maintenant, peut-être avait-il assez perdu son temps et pouvait-il poursuivre sa route?

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Lun 11 Jan - 12:09:14

- Maintenant que nous avons tous trois consommé... peut-être daignerez-vous nous en dire un peu plus long.

Moon haussa un sourcil interrogateur. Le professeur Xaël McEwan tardait à répondre. Après avoir avalé un semblant de gorgée supplémentaire, il grimaça par-dessus le bord de sa tasse. Ce n'était pas bon signe... Si comme Moon le pensait deux des ingrédients n'avaient pas assez réagi dans la potion - pourquoi nier ce fait à présent - alors il pouvait bien se produire tout et n'importe quoi. Et dans le cas de la serpentarde, la potion étant potentiellement achevée, les effets seraient normalement moins pire.

Normalement + Moins pire = Très encourageant, songea-t-elle avec ironie.

Soudain la tasse lui échappa des mains. Ou plutôt, ses mains lâchèrent le récipient qui alla s'écraser sur le dallage. Le liquide devenu étrangement violet s'étala sur la pierre en sifflant et formant des petites bulles à ses pieds. Mais déjà, Moon ne les voyait plus. Sa vision se modifiait. Les murs cessaient d'être opaques et solides. Le Pr Willem Wyndham lui apparut flou et trouble, anormalement dangereux aussi. Moon fit un pas de côté. Son cerveau commanda à sa jambe qui n'en était déjà plus une... Elle se sentit tomber,batailla des bras, ripa contre l'étoffe de ses propres vêtements... Poussa un cri qui se transforma en mélodie hachée cristalline.

C'est pas vrai !

La créature Moon battit alors des ailes. Des plumes blanches agrippèrent l'air et la propulsèrent vers le plafond de la salle.

Il fait nuit, je dois aller voler dans la nuit... Lune ! Je veux voir la lune, et voler dans sa lumière jusqu'au petit matin...lui dicta un instinct sauvage, presque animal.

En quoi m'a-t-on transformée ?! Paniqua Moon, contrant l'élan de cette forme animale qui chantait ses paroles à travers un très petit bec argenté. Elle faisait à peine la taille d'un poing humain.

Un Voyageur éphémère ? Faites que non !! Pas ça ! C'est l'animal le plus stupide et peureux de toute la création !

Moon rebondit dans un coin et fila vers la porte restée ouverte. Ses ailes frôlèrent le panneau de bois quand elle vira à 90° et suivit la ligne droite du couloir des Sous-sols en direction de l'escalier menant au Hall.

Plumes blanches et activité nocturne, conscience de la lune... Chant à 5 notes modulées en Mineur... M*rde ! Je suis un Voyageur éphémère ! Un de ces stupides piafs blancs et argents qui naissent au crépuscule, empêchent les gens de dormir et crèvent à l'aube... Et accessoirement, les vieux de la vieille racontent qu'ils escortent les âmes à travers le voile de l'au-delà... Pr McEwan, je vous hais !!!

Cinq notes résonnèrent au-dessus des marches. Un élève qui montait lui aussi vers le hall redressa la tête. Déjà Moon planait vers les Portes. La nuit, la lune étaient si proches... Elle n'aurait que jusqu'à l'aube pour exister, elle devait se hâter.

Paf !

Son corps frêle heurta la Porte. Elle vira de l'aile, repartit dans l'autre sens avec force mélodie paniquée et précipitée. Dans son sillage les rares élèves présents levèrent les yeux, étonnés.

La nuit l'appelait, la lune chantait... Elle devait sortir ! Elle n'aurait que jusqu'au petit matin pour...

Moon pesta, mais rien n'arrêtait plus le Voyageur Ephémère volant à travers le château en quête d'une issue ; stupide piaf magique peureux à l'existence très limitée courant après les impératifs de sa nature, sans tenir compte de son avis à elle. Y avait-il une chance pour que la potion cesse d'agir avant la fin de vie de ce drôle d'oiseau petit et blanc ? Avant que ne sonne la date critique de péremption ? Avant qu'il ne croise les habitants de la Volière ? Avant qu'ils ne servent de dîner aux hiboux ?!

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 17 Jan - 10:16:12

Xaël eut un léger sourire qu'il tenta de transformer subrestissement en grimace. Il n'aurait pas parier son chapeau que l'un des deux oserait boire, encore moins les deux. L'avantage incontestable d'être professeur de Runes était que personne ne trouvait anormal le fait que toutes vos affaires personnelles soient enrunnées. Ainsi personne ne se doutait le moins du monde que celles-ci soient parées contre tous maléfices...
Enfin... les plus dangereux en tout cas... Et encore, il fallait bien avouer que chaque magie avait ses limites inhérentes... en d'autres terme les Runes gravées sur sa chope le protégeaient des principaux sorts et l'empêchaient de se transformer entièrement...

Dans le cas d'un charme ou d'une potion de transformation. Ce qui était justement le cas du garootum...

L'avantage était qu'il ne ressentait pas les effets de la transformations animales (douleur, appel de la nature et autres choses forts peu commodes quand on vit en hônnete sorcier) mais la métamorphose n'était que partiellement altérée et il avait bien conscience que peu de temps s'écoulerait avant de se voir lui aussi parer de poils, d'écailles ou de plumes...


- Oui, en effet, j'ai haché un peu de racine d'asphodèle, ça donne un petit goût ... intéressant

Il fallait voir bien sûr les choses du bon côté : une telle expérience -le garootum en l'occurence- permettait de connaître ses travers pour peu qu'on ne les connaisse pas...

Hum... certes... mais c'était bien évidemment le genre de choses qu'on évitait fort à propos de faire en présence d'autrui et qui plus est d'un professeur -même s'il s'agissait là du'n collègue... peut-être même à plus forte raison.

Le fait de métamorphoser devant un élève se révélait certes embarassant mais il fallait prendre les choses du bon côté. A ce qu'il en savait un petit sortilège d'oubli à l'encontre d'un élève lui serait moins défavorable dans son dossier professorale qu'à l'encontre d'un de ses confrères.

Mais il n'eut pas besoin d'aller plus avant dans ses sombres considérations qu'Elleanor se transformait en un Voyageur Ephémère...

Xaël accusa le coup. Comment se faisait-il que la métamorphose aie été aussi rapide ? Il aurait fallu trois bonnes heures pour que la décoction soit prête...

Le Pr. McEwan se permit un petit sourire de satisfaction. Sa potion marchait belle et bien, c'était en soi-même assez gratifiant...


- Incroyable ! Qui aurait crû que Miss Moon était une animagus non déclarée...

Son propos aurait sûrement paru un peu plus aproprié si lui-même n'avait pas accusé un début de transformation : des poils commençaient à lui pousser sur les bras et sur le visage. Bien que la douleur fut altéré par les Runes, il sentait nettement un morceau de queue chercher à percer sous sa robe...

Ce n'est qu'après un laps de temps qu'il compris avec horreur qu'il s'était mué en un coyote... Qui gardait une apparence humaine.


'Suis-je si sournois que ça ?', songea tristement l'intéressé.

Essayant de voir les côtés positifs, il se prit à penser qu'ainsi il ferait d'une pierre deux coups :
De un, il n'aurait pas expliquer à Wyndham quoi que ce soit, les faits étaient plus parlant que les mots...
De deux, il pourrait ainsiq savoir combien de temps duraient les effets du garootum vu que l'ouvrage dans lequel il avait trouvé l'inspiration pour ce filtre n'indiquait rien dans ce sens...

... à supposer bien-sûr que les Runes n'alteraient en rien les effets temporels de la potion violacée...

__________________
Hogwarts
21 ans
Professeur de Runes

Y Gwir Yn Erbyn Byd
Byrnan Blaed

Salut à toi Invité Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 31 Jan - 11:02:12

En un autre temps et en un autre lieu, Wyndham n'aurait pu s'empêcher de prêter une attention grandissante aux étranges métamorphoses qui se produisaient autour de lui. Il paraissait grandement improbable que deux sorciers possédassent le don d'animagie et décidassent de divulguer leur secret au même moment. Il était absolument certain que la potion que leur avait fait boire son jeune collègue n'était en aucun cas un révélateur. Il était donc le témoin d'une expérience magique assez rare, et, soyons honnête, pour le moins passionnante.
Même s'il n'en saisissait pas le détail, une part de lui captait l'idée intéressante qu'il ne s'agissait pas seulement d'un banal filtre de métamorphose animale, auquel cas chacun des buveurs aurait hérité de la même forme. Néanmoins, impossible de développer plus en avant cette théorie en s'appuyant sur une observation assidue. Ses efforts de compréhension se dissolvèrent dans la sensation désagréable que lui-même ne conservait plus la maitrise de son propre corps. Pour quelqu'un comme Wyndham, qui avait passé sa vie à travailler réflexe et perfectionnement, c'était quelque chose de passablement désagréable. Plus désagréable encore que le fourmillement qui lui courait sous la peau et qui n'était, au fond, qu'un symptôme physique. Non, la sensation de ses mains qui tremblaient et de ses lèvres qui se déformaient dans un rictus avait quelque chose de beaucoup plus dérangeant.
Par déformation professionnelle, il tenta de se raccrocher à sa conscience d'être un un homme qui se pose en observateur du monde qui l'entoure. Il se força à concentrer son attention sur feu élève Moon qui s'envola puis sur feu Pr. McEwan qui rapetissa et se couvrit d'un pelage hirsute. Sa dernière pensée véritablement propre fut que son jeune collègue allait avoir de sérieux ennuis quand cette aventure serait terminée et que les choses revennaient à la normale. Si elles le revenaient.

Parce qu'il n'y avait rien de normal à se voir perdre les trois quart de sa taille et retrouver le point de vue enfantin qu'il avait tant fui. Tout paraissait démesuré et inaccessible. Le monde vu de cette perspective lui avait toujours paru trop grand et il s'était empêché d'y remédier, comptant méticuleusement chacun des jours qui s'écoulaient et qui le voyaient lentement avancer vers l'âge adulte. Il était difficile d'accepter qu'une simple petite potion annihile tous ces efforts. Quant au reste, ça n'était que détails.
Le Gallois n'eut pas besoin du reflet d'une armure pour savoir ce qu'il était devenu. Il savait, sentait ses oreilles hypertrophiées, ses yeux devenus rouges et ses cheveux devenus longs et rêches. Sa peau avait bruni et avait gagné en pilosité.


*Korrigan.*

Oh oui! McEwan allait avoir de gros ennuis dont sa convocation chez le directeur ne serait qu'un avant-goût.
Wyndham était un passionné de créatures magiques mais pas au point de vouloir adopter le point de vue de l'une d'entre elles. Du moins, pas au sein d'un château emplis de jeunes sorciers immatures dont chacun pouvait être le témoin de ses mésaventures.

Toutefois, il y avait priorité.
L'élève Moon s'était, pour ainsi dire, envolée et sa taille constituait une entrave majeure à sa survie éminente. Étant donné qu'il apparaissait être le seule adulte responsable du sceteur, il était de son devoir d'intervenir. Peut-être y gagnerait-il une retraite professorale anticipée, afin de regagner la vie qui était la sienne auparavant et qui lui convenait parfaitement.
Fort heureusement, sa transformation lui avait conservé le droit à la parole. Partant du principe qu'il y avait malgré toute une opportunité pour que le coyote qui avait été enseignant de Runes soit encore sensible au langage humain, Wyndham prit la parole d'une voix rauque et profonde qui n'avait rien de wyndhamien.


- Je vous conseille de m'assister sans discuter, McEwan. Si l'élève Moon est devenue ce que je crois et si nous partons du principe que votre potion a des effets à long terme, il va falloir nous hâter. Nous n'avons que jusqu'à l'aube avant que votre dossier ne comporte un blâme pour responsabilité dans décès d'élève.

Il n'y avait plus qu'à espérer que l'élève Moon ne se soit pas éloignée hors de leur portée.
Wyndham la korrigan jeta un oeil à la baguette qui pendait toujours au bout de son bras (largement raccourci). Il sentait qu'elle lui était inutile. Les korrigans avaient leur magie propre. Il était tant de vérifier si ses connaissances dans le domaine valait le temps qu'il y avait passé. Et si il n'avait rien laissé de côté. Il leva un bras, dessina quelque chose avec ses doigts et il y eut un léger "bang". Une boule lumineuse s'éleva juste devant eux et commença à s'éloigner. Si son instinct korrigan disait juste, elle les conduirait droit à Moon.
Le petit korrigan et son coyote apprivoisé (c'était le spectacle qu'ils devaient donner aux quelques rares réfractaires au couvre-feu) prirent le chemin de lumière.

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 31 Jan - 11:54:44



Les couloirs se succédaient. A mesure que le Voyageur Ephémère planait sous les voûtes, quelques rares élèves encore présents levaient les yeux, surpris. Et l'oiseau au plumage immaculé, repoussant ombres et murmures, égrenait ses cinq tristes notes... Jusqu'à ce qu'un mince rayon de lune le nimbe d'une lueur argentée, à travers l'interstice d'une fenêtre au cadre abîmé, placé de guingois par rapport au mur. Si l'espace était trop étroit pour livrer passage à un chat, il l'était suffisamment pour un si petit oiseau.

Le Voyageur voleta devant l'issue providentielle et se jeta à la face de la lune dans un ciel étoilé parfaitement dégagé. Le froid hivernal eut l'effet d'un coup de fouet, et le vent l'éjecta bien vite loin des murailles de poudlard. Puis sa volonté reprit le dessus. Il poussa une trille chantante et gagna un peu en altitude. Le parc enneigé et le lac gelé se profilaient en contre-bas, et au-delà, la forêt interdite étendait son océan de mystères. Mais plus fascinant encore était l'horizon, où résidait la promesse de l'aurore, et d'un voyage au-delà du monde mortel, par-delà les frontières du Voile.

Pas par là ! STOP !! hurlait mentalement Moon, mais rien n'y faisait. Dans le rayonnement de la lune, le Voyageur était comme possédé par une volonté débordant les limites de son corps frêle et terriblement périssable. Son petit bec argenté échappa une trille aigüe.

Tout ce qu'elle parvint à faire, fut de se rapprocher un peu du sol, guère plus d'une vingtaine de mètres. Le vent projetait la poudre de neige qui recouvrait les hautes cimes et des toits des serres, dans ses plumes sans la ralentir... Et soudain, une ombre masqua la lune.

- CRIIIIII !

Un hibou fondait sur elle.

M*rde !

Moon vira de l'aile, interrompit sa trajectoire et prit la direction de la vieille cahute de l'ancien garde-chasse. La panique faisait grimper en flèche son rythme cardiaque. Comment un si petit animal pouvait-il avoir un pouls si rapide ?! Et un souffle si ténu dans cet air si glacial ?

Le hibou fut plus lent à tourner. Mais d'un mouvement de queue, il reprit le Voyageur en chasse, grignotant peu à peu la distance perdue.

Moon sut ce que sa forme animale désespérément stupide projetait de faire. Les branchages de la forêt constitueraient une défense naturelle contre le hibou imposant... Seulement sa part humaine, quoi que très ténue dans cette si petite chose, lui hurlait que ce ne serait qu'une question de temps avant qu'un danger plus grave ne se jette sur elle là-bas.

Les griffes recourbées et acérées frôlèrent son maigre corps à lui hérisser les plumes de son cou fin. Elle vira à nouveau de l'aile. Le hibou heurta la rangée de stalactites qui pendaient sous la gouttière de la cahute dans un fracas strident et un concert de hululements rageurs. Le Voyageur en profita pour s'élancer vers la lisière de la forêt.
Son prédateur nocturne batailla dans une gerbe blanche et cotonneuse pour reprendre son envol.

Le sous-bois était en vue.

Je suis foutue, songea Moon, exprimant sa pensée au son d'une triste mélodie.


__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 28 Fév - 9:49:48



La transformation de Xaël en coyote s'était fort heureusement stopper à l'éruption de poils même si son nez avait pris une forme plus canine. Pourtant le professeur Wyndham devait penser que la métamorphose était plus avancée vu le ton et l'air contri qu'il employa pour s'adresser à lui.
Peut-être que la potion avait un double usage : transformation et apparence. Voilà qui était intéressant et ne le lasserai pas de méditer sur cette question. Mais pour l'heure il y avait plus urgent.

Il fallait manger ce délicieux volatile et bouter le train au sinistre bipède venir en aide à Eleanor Moon tout en évitant de se faire renvoyer et e sa fonction professorale et du château. Tâche difficile s'il en était.

Il suivit donc servilement en apparence Willem. Le chemin tracé par la boule sinuait dans les couloirs.
Le coyote étant rusé -parfois- il vint à l'esprit de Xaël que pour rattraper un oiseau, il ne suffisait pas de le suivre en attendant qu'il s'essouffle. La voie des airs était plus rapide, tout bon joueur de quidditch savait cela.
Il fallait donc anticiper la trajectoire.

Or un coyote, comme tout un chacun le sait, joue en solo.


- Hum, excusez-moi professeur.

La tournure des événements lui donnait l'impression d'être en couche culotte format papy, ce qui excluait pour un temps l'emploie du mot "collègue".

- Je pense que nos deux magies seront plus efficaces utilisées séparément pour retrouver mademoiselle Moon avant qu'elle ne dépérisse.

Misant sur la surprise, Xaël se dirigea avec un trottinement chaloupé vers la fenêtre la plus proche. Le chant du Voyageur Ephémère se rapprochait de la Forêt (son terrain de chasse).
Il connaissait probablement mieux la forêt interdite que quiconque au château, hormis Hagrid, peut-être cet atout lui permettrait-il d'éviter de rattraper ses bêtises, ou tout du moins de les amoindrir.


- Les korrigans sont réputés pour leur magie tellurique. Je suis sûr que vous en ferez bon usage. Mais les situations catastrophiques, ça me connaît.

Il évita de préciser pour quelles raisons. Les McEwans sont géniaux pour résoudre les problèmes qu'ils ont eux-mêmes créés.

Se dérober à Wyndham avait bien sûr l'avantage inestimable dene pas avoir à affronter sa colère silencisue... du moins pas tout de suite.

Il n'y avait plus qu'à espèrer que les Runes de vol brodées sur l'envers de sa robe étaient toujours là...

Xaël passa par dessus le rebord et s'élança dans le vide.


'Amusant le vent qui ébouriffe les cheveux'

Le choc du sol ébranla son corps tout entier qui s'étala durement contre l'herbe.

'Finalement, j'aurais mieux fait de vérifier'

Peut-être la Magie du Coyote prenait le pas sur les autres quand on se métamorphosait...
Heuseusement semble-t-il car de l'état de crêpe, tout le corps de Xaël se recomposa et pris de la dimension et des couleurs plus humaines.

'Qui aurait cru que la fable du coyote et rouleau compresseur (fable moldue sûrement) soit vraie ?'

Se retournant vers la fenêtre 'ouh, quelle chute', Xaël fit signe au professeur de la main :

- C'est bon, j'ai rien !

Puis il commença à galoper vers la fôret.

__________________
Hogwarts
21 ans
Professeur de Runes

Y Gwir Yn Erbyn Byd
Byrnan Blaed

Salut à toi Invité Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Jeu 11 Mar - 15:36:09

Un haussement de sourcil perplexe fut la seule réponse de Wyndham aux prétendues péripéties de son jeune collègue. Miser sur le spectacle plutôt que sur l'efficacité... passons sur ce détail peu glorieux. Si McEwan jugeait qu'il valait mieux désunir leurs forces pour venir au secours de Moon, mieux valait ne pas le contrarier. Le Gallois s'évitait ainsi la présence grandiloquente et encombrante du jeune enseignant de Runes. La vieille habitude de ne compter que sur lui-même et d'agir en fonction de ses propres moyens, en ne se fiant qu'à son savoir et ses connaissances avait la peau dure. Il se savait à même d'éviter le pire, pour peu qu'il se mette vite en quête de l'imprudente élève Moon. Qui savait ce qui pouvait arriver dans l'enceinte de Poudlard.

La sphère lumineuse s'éloignait de plus en plus et Wyndham le korrigan se hâta de la suivre avant qu'elle ne disparaisse. Ses connaissances en magie korrigane (tellurique, merci Pr. McEwan Rolling Eyes ) ne lui permettraient pas de ramener sa création à lui. Agir, pas réagir. C'était amplement suffisant pour la mission qu'il s'était fixé.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire (et contrairement, surtout, à ce que stipulait le règlement), les couloirs du château étaient loin d'être déserts à une heure aussi avancée. Le Gallois dut se contrôler pour ne pas susurrer des remarques sur la présence imprévue et indésirable de certains hors de leur dortoir. La préservation de sa réputation prit néanmoins le dessus. Pas question que le bruit circule que Willem Wyndham, dépêché du Ministère pour assurer les cours de Soins aux Créatures Magiques, prenait l'étrange habitude de parcourir le château sous forme quasi-animale. Pire, il souhaitait tout sauf que la rumeur court qu'il était un animagus non déclaré. Rien de pire pour ses états de service que le moindre soupçon de suspicion quant à son rapport à règlement. Sa réputation se devait d'être sans tâches.
Il s'imposa donc le silence, mit à exécution ses facultés durement acquises à se faire invisible aux yeux humains (discrétion et rapidité en étaient les clefs) et parvint rapidement dans le parc du château.

La boule de lumière flottait un peu plus loin, s'avançant dangereusement en direction de la Forêt Interdite. Moon était-elle donc inconsciente que...? Évidemment. De toute évidence, sa transformation portait également atteinte à ses facultés conscientes. L'instinct primait contre la raison.

*Agir. Vite.*

Il pressa le pas, de ses petites jambes de korrigan et parvint enfin au seuil de la forêt interdite. Bénéfice de son nouvel état physique, sa vision nocturne était sacrément améliorée. Il distinguait des détails auquel ses yeux humains auraient été incapables de se fixer. Son flair perçut des senteurs jusqu'ici inconnues. Si il en fut un instant déstabilisé, il se reprit rapidement. Le sort d'une élève était en jeu.

Un peu plus loin, la créature qu'était devenue Eleanor Moon voletait à quelques mètres de lui.

Magie korrigane, magie tellurique, il créa un champ de force à l'attrait supposément irrésistible. Moon était dorénavant supposée filer tout droit vers lui (McEwan aussi, si, comme il le supposait, son mi-collègue mi-coyote se trouvait à proximité). Tout comme toute les créatures dans un périmètre restreint.
De deux choses l'une, soit cette magie ne fonctionnait pas et il en était pour un nouvel essai. Soit elle était efficace et, en récupérant Moon, il allait aussi récolter tous les spécimens vivants des alentours et en serait pour un grand bazar, sans compter le danger potentiel de ces créatures.
Il aviserait en temps voulu. Il s'agissait avant tout de parer au plus pressé.

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Jeu 11 Mar - 17:41:12

Moon entrait dans le sous-bois quand le hibou la rattrapa. Ses serres se refermèrent sur ses ailes à lui érafler le ventre. Le Voyageur éphémère poussa une trille aiguë de douleur. Alors que le rapace s'élevait vers la voûte de branches nues pour s'y poser et manger sa proie, une grande secousse le prit soudain - Un prédateur plus gros et plus véloce s'attaquait à eux.

Je rêve, pensa Moon en apercevant les crocs blancs canins de leur nouvel attaquant, ou il y a des coyotes mutants dans la forêt interdite ? On aura tout vu !

Profitant de ce que le hibou défendait sa prise à coups redoublés de bec et de battements d'ailes dans la gueule du coyote vaguement humanoïde, Moon se dégagea des serres du rapace et voleta plus loin. Ses plumes froissées avaient du mal à brasser l'air pour la maintenir en altitude. Mais c'était toujours mieux que de choir au sol à la merci d'animaux féroces. Finalement épuisé, le Voyageur éphémère se posa dans un nœud de branches en haut d'un arbre et reprit son souffle. Alors Moon fit une tentative pour le convaincre de rentrer au château.

Chaleur, lumière, sécurité... C'est entre ces pierres qu'il faut aller... pensa-t-elle dans la tête de l'oiseau.

Mais le Voyageur éphémère gonfla ses plumes en signe de négation. Réfractaire à la raison, il se laissait imprégner par sa nature instinctive profonde.

L'âme humaine doit traverser le Voile, le Voyageur doit suivre le cours de la lune jusqu'à l'aube pour franchir le Voile...

Il n'y a pas d'âme à escorter, oiseau de malheur ! Parce que je ne suis pas morte, je suis toi, râla intérieurement la Serpentarde en pure perte.

L'oiseau ne pouvait la comprendre. Quand la potion du Pr McEwan avait transformé le corps d'Eleanor Moon en Voyageur éphémère, les deux esprits que le dit corps contenait avaient entamés un duel mortel. Eleanor s'identifiait parfaitement à l'oiseau parce qu'elle ignorait que Moon occupait leur esprit conscient.

Quoi d'étonnant à cela, songea Moon, Eleanor ne sait pas que j'existe en elle, que je suis une partie d'elle. Si elle le savait... Si cette humaine savait que son corps est le refuge d'une âme à deux personnalités... Je crois qu'elle paniquerait et préfèrerait mourir plutôt que de m'accepter. La voilà, notre faiblesse. Voilà pourquoi ce sac à plumes me les brise sévère. Il est tout ce que j'exècre dans cette vie de malheur. Il représente l'aspect le plus négatif de notre existence, à Eleanor et à moi. Deux natures différentes - Enfant de la Lune contre humaine sorcière - deux courants de vies radicalement opposés... Mais une seule enveloppe charnelle. Et pas de compromis possible, parce qu'elle ne me reconnait pas. Et même si elle le pouvait, elle refuserait de le faire. Oui, Eleanor préfèrerait mourir.

L'oiseau éphémère leva les yeux vers la lune. L'influence argentée de l'astre nocturne était irrésistible. La nature l'avait conçu ainsi. Il mourrait tant il dépendait de sa clarté. Sous ses rayons laiteux, il pépia d'aise. Passée la peur des prédateurs, passée la douleur des serres et la désagréable sensation de plumes tordues en tous sens, il était prêt à entamer son ultime envol pour planer sous la voûte céleste jusqu'à son agonie. Ainsi allait le monde.

Non, contra Moon, on a la même voûte à la maison, piaf de malheur ! Les mêmes étoiles brillent dans le château, c'est là qu'on ira, et nulle part ailleurs...

En contrebas, le professeur McEwan-coyote avait laissé s'enfuir le hibou à tir d'aile et rôdait autour de l'arbre, reniflant l'odeur du Voyageur. Il était temps de voler vers d'autres horizons. L'oiseau étira ses ailes et ébouriffa à nouveau ses plumes. Mais il interrompit son geste.

Une rumeur bourdonnait dans l'air glacial et ricochait sur la neige et dans les branches. Comme un appel irrésistible auquel l'instinct animal du Voyageur voulait répondre à tout prix, pour en rejoindre la source. En contre-bas, le coyote sembla éprouver la même chose et se tourna vers l'être qui émettait cette onde magique pleine de promesses. Un Wyndham-korrigan les observait depuis le parc enneigé. La source magique rayonnait autour de son petit corps.

Lune ou Source Irrésistible, l'oiseau ne savait lequel des deux appels suivre. Dans l'expectative, il resta fermement accroché à sa branche. Le coyote, lui, n'avait pas ce dilemme. Il se foutait de la lune comme de sa première bouse. En quelques foulées il rejoindrait certainement la Source et s'y ébattrait, heureux comme un roi.

Dans les profondeurs du bois, des bruits inquiétants résonnèrent. Des branches craquèrent, des reptations s'élevèrent et la présence de créatures inquiétantes se dévoila dans la masse d'ombres ambiantes.

Recroquevillé sur sa branche, Voyageur éphémère+Moon ne furent aucunement partisans de faire le moindre geste. Pour une fois, ils étaient tombés d'accord. La source invitait qui voulait bien l'entendre, et apparemment, le coyote et l'oiseau n'étaient pas les seuls à avoir capté l'appel.

On attend de voir, dirent l'instinct de l'oiseau en même temps que celui de Moon.

Et parce qu'ils avaient enfin un terrain d'entente, parce qu'ils formaient enfin une espèce d'unité, la potion cessa d'agir.

Le Voyageur éphémère se volatilisa alors que la Serpentarde retrouvait sa véritable apparence telle qu'elle l'avait abandonnée un peu plus tôt.
Son corps, trop lourd pour le perchoir sur lequel l'oiseau s'était perché, brisa le nœud de branches qui n'étaient en fin de compte que brindilles terriblement fines.

La jeune fille en fut quitte d'une chute libre de trois mètres et tomba sur le dos dans un tapis compact de neige. Le souffle coupé, elle resta un instant immobile, paralysée par le choc et le changement morphomagique. La potion lui brûlait encore la gorge, mais de tous les désagréments subits, deux d'entre eux occupaient fortement le top du top.

Primo, elle était étendue sans défense dans le sous-bois de la forêt interdite alors que des créatures, attirées par la magie du Wyndham-korrigan, s'apprêtaient à rappliquer incessamment sous peu.

Secundo, elle n'avait ni sa baguette pour repousser les bestioles... Ni ses vêtements - probablement éparpillés dans le cachot d'où elle venait - pour contrer la formidable morsure du froid environnant.

Bouse de Troll ! jura-t-elle intérieurement, le souffle encore trop haché pour s'exprimer à voix haute ou esquisser le moindre geste.


__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...


Dernière édition par Eleanor Moon le Lun 15 Mar - 16:27:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Lun 15 Mar - 11:52:02

Spoiler:
 

La première réflexion que se fit Xaël quand le Voyageur Ephémère battit retraite dans la cime et qu'il ne resta plus que le hibou fut "dommage, chaire voyageur tendre, miam". Sur l'instant le jeune professeur se morrigéna. Il aurait mieux fait de faire une pause en préparant sa potion et d'aller se sustenter car maintenant son estomac grondait plus sûrement qu'une chasse d'eau. Qui plus est ce dernier raisonnait indépendamment de son cerveau, ce qui était problématique : comment pourrait-il récupérer Moon sous sa forme animale sans qu'elle ne finisse dans son ventre ?

A son grand malheur - enfin plutôt celui de son estomac - le hibou s'extraya de leur joute amicale sans y laisser trop de plumes et en ayant , au préalable, gratifié Xaël de quelques bons coups de serres sanglants. Il en serait partant à son retour pour un petit séjour chez Pom-pom...

Il reporta donc son attention sur le Voyageur qui avait élu domicile sur un des arbres de la sylve interdite. Que faisait le volatile ? Il semblait fixer la lune avec dévotion, amour, passion.
Etait-ce un effet du garootum ? L'attrait pour la Lune ? Lui-même n'en resentait qu'un bref appel.
Qu'avait-on dit au sujet de ces oiseaux en cours ? Il ne s'en souvenait pas le moins du monde...


'C'est Wyndham l'expert, pas moi !'

Quoi que... que faisait-il planté là alors qu'une élève était en danger potentiel ? N'était-il pas justement expert en son domaine ?

En reniflant bruyamment - je ne vous souhaite pas de réfléchir à un moyen de sauver un volatile qui est en fait une fille dont l'espérance de vie est considérablement réduite, dans un lieu censé être hostile, avec des créatures pouvant apparaître à tout moment et réduire votre propre espérance de vie de manière très significative... donc de réfléchir à une manière de monter sur un arbre un peu trop haut pour un profane en alpinisme alors que votre visage est en sang au point que vous peinez pour respirer... - Xaël fit le tour de l'arbre en examinant des prises possibles.

Pourquoi n'avait-il pas son balai de quidditch à portée de main ?

Soudain, un éclair de géni lui traversa l'esprit : il lui fallait une brouette ! On a toujours besoin d'une brouette...

Il lui suffisaient d'enrunner la brouette, soit pour y attirer Eleanor dedans soit pour l'enchanter afin qu'elle le porte dans les airs à la rencontre du Voyageur.

...Sauf qu'il n'avait pas de brouette, c'était l'unique faille de son merveilleux plan...

A cet instant, il ressentit un long frisson lui remonter l'échine. Comme si son corps voulait l'avertir. On usait de magie sur lui. Il se retourna.
C'est son odorat qui lui permit de distinguer la source de cette vague magique. Ce devait être Wyndham vu le parfum terreux et transpireux qui se déployait dans ses narines. Et à en croire son instinct de chacal le Korrigan se trouvait en lisière de la forêt.
C'était un bon point pour lui. Si Wyndham ne forçait pas le couvert des arbres, cela lui laisserait peut-être le temps de récupérer Eleanor en chaire et en os...


...hum, en chaire... et en os... hum, la bonne moelle que ce devait être...

'Ah tais-toi !'


Sauf que le hic survint rapidement.
L'appel qu'il avait senti n'était pas celui de la lune mais le flux magique korrigani qui venait de la terre (comment avait-il pu confondre ?).
Pourquoi Wyndham voulait-il qu'il vienne à lui ?

Xaël comprit assez rapidemment : ce n'était pas lui véritablement que Wyndham attirait par sa magie. Mais toutes les créatures de la forêt.
A quoi jouait Willem ?
Au début, tout allait bien : ce ne fut que faune inoffensive : des biches, des daims, des bourblets, des blaireaux, des hérissons, des chevaux sauvages, des cerfs, des loups, des renards, des oiseaux en-veux-tu-en-voilà, des insectes en troubillon, des poissons (hum problématique), des hermines, des furets, des sangliers et j'en passe.

Mais quand ce furent des gnumes à poils longs et autres ingominie de ce genre, c'est le poil de Xaël qui s'hérissa.

Bien évidemment, c'est le moment que choisit Eleanor pour redevenir elle-même et chuter de toute la hauteur de son perchoir.
Et atterir juste devant lui.
Nue.
Pourquoi fallait-il qu'elle soit nue ?
Ca compliquait les choses.

Xaël allait se détourner pour laisser à Eleanor le temps de préserver sa pudeur quand il s'aperçut de son gest saugrenu. Elle n'avait pas de quoi se vêtir et il doutait qu'un troll ou quelque autre aimable créature allait la couvrir d'un vêtement satiné comme tout galant homme aurait fait.

Il détacha donc en toute hâte sa cape et l'enroula autour de sa protégée en évitant de trop s'attarder sur les courbes de son corps.

Il se sentait tout drôle. Mais force était de reconnaître que cette sensation bizare qui l'entreignait n'avait rien à voir avec l'appel de la lune, du Korrigan ou la sensation de faim.

Il n'eut pas le loisir de s'attarder sur son ressenti car voilà que se présentait devant un monstrueux Gargboil griffu, à la mâchoire impavide, à l'oeil torve et à l'humeur maussade. Ce gentil habitant des bois avait dû être dérangé par l'appel de Wyndham. Et, dominant les deux jeunes sorciers de ses trois bons mètres, il n'avait pas l'air content.

Ah non, pas content du tout...

__________________
Hogwarts
21 ans
Professeur de Runes

Y Gwir Yn Erbyn Byd
Byrnan Blaed

Salut à toi Invité Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Mer 24 Mar - 16:48:22

Wyndham le korrigan fronça les sourcils devant l'échec de sa tentative.
Car il y avait bien échec. Quand un sort était jeté dans un but (attirer l'élève Moon sous sa forme de Voyageur Ephémère) et qu'on n'en récoltait que les défauts et autres aspects négatifs (l'appel à toute créature vivante), on était loin d'un quelconque succès. Or, W.W., sous forme humaine ou non, n'était pas un habitué des défaites. A ne compter que sur lui-même, il était du genre à suivre le chemin de ses instincts et de ses déductions pour y récolter succès et réussite.
Une pointe de vexation lui poigna l'estomac. Il l'ignora royalement. Des ennuis plus graves qu'une petite atteinte à son amour-propre l'attendaient, lui, et ses deux compagnons d'infortune. C'était tout ce que la Forêt comptait de créatures qui se mettait à envahir leur périmètre d'espace vital. A quelques pas de McEwan et de Moon, Wyndham contempla l'exode sylvestre, ébahi.
Sa surprise ne dura que peu de temps, ses réflexes reprenant rapidement le dessus. Il mit instantanément fin à ce champ de force qui attirait tout être vivant aux alentours. Quelques uns des créatures (les plus inoffensives, comme de bien entendu) semblèrent sortir d'une transe et jetaient des regards perdus pour tenter vainement de comprendre ce qui les avait amené jusqu'ici. Les autres (les spécimens les plus à craindre) paraissaient trop heureux d'être provisoirement délivrés du joug de la Forêt et de sa magie, car le parc du château et Poudlard lui-même disposait d'une sorte de protection magique contre les créatures les plus dangereuses. L'école se retrouverait sinon vite envahie d'êtres assoiffés de sang humain. Comment tenir un cours dans de telle condition? Bref, l'appel magique du korrigan Wyndham avait un temps contrer cette protection et les créatures en profitaient gaiement.

En quelques enjambées, W.W. finit par rejoindre Moon et McEwan et avisa la situation en un éclair. Fort heureusement, sa transformation n'avait pas trop altéré ses capacités et son entraînement de longue haleine. Après tout, c'était lui le spécialiste en créama, c'était donc sur lui que reposait l'entière responsabilité de cette virée nocturne... et de sa conclusion.


*Gnums à poils longs, Gargboil griffu...*

Enumérer les "adversaires" l'aidait à retrouver ses prises sur la situation actuelle.
De sa voix rendue légèrement nasillarde par son changement d'apparence, il s'adressa à McEwan:


- Essayez d'évacuer Moon...

A l'instant où il prononçait ces paroles, il jugea de leur futilité. McEwan, de par sa transformation partielle, avait perdu certaines de ses capacités humaines, tandis que Moon avait retrouvé son corps de jeune fille et constituait un poids nettement moins négligeable que sous sa forme insecte. L'avantage était peut-être qu'elle serait moins difficile à raisonner.

- Essayez de gagner les hauteurs ou bien...

Un Gargboil griffu ne lui laissa pas le temps de conclure sa déclaration.
Instinctivement, W.W. prit une position de défense, sans prendre conscience que sa nouvelle apparence lui donnait un aspect ridicule. Conjuguant ses deux magies, il lança un maléfice qui fit reculer la créature. De quelques pas seulement. Juste pour lui laisser le temps de s'occuper d'un autre spécimen.
Son amour-propre prit un autre coup.
Il ne serait pas à même de défendre leur position tout seul.
A moins, bien sûr, que McEwan et Moon aient réussi à se mettre en sécurité. Impossible de la savoir. Son attention était toute portée aux créatures qui lui faisaient face et qui n'admettraient aucune erreur, aucune imprudence, aucune légèreté.

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Mer 24 Mar - 19:52:17

Spoiler:
 

Moon laissa le coyote ès professeur de Rune l'aider à se relever. Elle ignora le regard furtif que ce dernier lui lança avant qu'il ne l'enveloppe prestement dans les pans de sa propre cape.

Si Eleanor était consciente, elle en mourrait de honte, songea Moon en une simple constatation.

Il n'était plus question d'honneur ici, mais de survie. La Serpentard resserra les pans de tissu autour d'elle. Elle avait beau ne pas être sensible au froid, se ficher éperdument de la situation gênante dans laquelle McEwan l'avait mise, son corps n'en restait pas moins partiellement humain. Avec ses faiblesses. L'hypothermie gagnait ses membres et engourdissait ses muscles.

Elle tituba sur ses jambes. Ses pieds nus écrasaient la neige, les branches et les feuilles mortes. Sa peau s'y égratignait déjà, mais l'étudiante ne le sentait presque plus. Elle préféra ignorer ce nouveau désagrément ; lequel venait s'ajouter à d'autres, déjà trop nombreux à son goût... Comme les estafilades sanguinolentes qu'elle devait au hibou quand le messager à plumes avait tenté de faire du Voyageur éphémère son repas du soir. Cumulées à la métamorphose due à la potion, elles zébraient maintenant l'abdomen de la jeune fille en suivant la courbe de ses hanches et le bas de son dos. Si elles étaient superficielles, elles n'en restaient pas moins poisseuses et cuisantes dans le froid environnant.

Le liquide pourpre avait tâché le tapis de neige où Moon avait chuté. Mais ce n'était rien en comparaison du sang qui s'écoulait du nez-museau du coyote-professeur McEwan. Celui-là rendrait fou un simple chien domestiqué bien nourri.

Autour d'eux, c'était la jungle faite parc zoologique sans barrières et sans cages. Une profusion sans limite d'animaux de tous poils et de tous genres gambadaient joyeusement. Dont un étrange spécimen arborant les traits du professeur Wyndham mixé à ceux d'un... Korrigan. Il traversa la foule animale en quelques pas dans le but de les rejoindre, elle et le professeur de runes. Les spécimens les plus inoffensifs s'éloignèrent aussitôt sa magie dissipée.

Damned ! Comment a-t-on pu en arriver là ? se demanda la jeune fille, occultant la raideur de son dos malmené à cause de sa chute. Espérons que nous n'attirerons pas de bestioles... Carnivores...

Au même instant, Moon entendit un grognement sourd, peu amène.

"GRRRROOOOOAAAAAAARRRRRRGGGGH !"

Non, rectification faite, carrément hostile !

N'étant pas versée dans la science des créatures magiques, Moon détailla l'énorme amas de fourrure, de crocs et de griffes comme il se présentait ; c'est à dire comme un énorme amas de fourrure, de crocs et de griffes... Mesurant pas moins de 3 mètres de haut. Ses yeux s'agrandirent d'horreur. Mais, déjà mortellement pâle, elle aurait été bien en peine de blanchir davantage sous le coup de la peur.

"Oh howww..." lâcha McEwan.

Dans leur dos, le Wyndham-Korrigan prit la parole avec une voix très nasillarde ;

- Essayez d'évacuer Moon...

La bonne blague ! songea Moon sans se retourner. Il peut à peine se sauver lui-même !

Inutile de faire volet-face pour savoir qu'ils étaient tous les trois cernés. Wyndham-korrigan dut se rendre compte de l'inanité de ses paroles, car il se reprit aussitôt.

- Essayez de gagner les hauteurs ou bien...

Non, finalement, peut-être aurait-il mieux fait de s'abstenir de parler. Moon était physiquement incapable de jouer les reines de varappe moldue. Elle tenait à peine debout. Et par Merlin, elle était gelée !

Le professeur de SACM prit ce qui ressemblait à une posture de défense et balança une étrange magie - mélange de magie korrigan-sorcière - à la face du gros tas de fourrure griffue. La chose recula... de deux pas...

Génial ! Mon sauveur en pleine action héroïque !

... Puis revint à la charge. Elle passa une langue sur ses babines. L'odeur du sang devait débrider son instinct de prédateur.

"Où sont les talents de nos brillants professeurs quand on en a besoin." lâcha Moon par pur énervement.

Près d'elle, le coyote-McEwan tourna la tête vers elle et protesta d'un "hey !" éloquent et vexé. Fatale erreur, le Gargboil en profita pour balancer une de ses pattes pleines de griffes sur le professeur de runes.

Moon le poussa hors de la trajectoire de l'attaque.

Les griffes de l'animal sifflèrent dans l'espace libéré. Ses pointes acérées tranchèrent le vide et se plantèrent dans le sol ; le Gargboil retomba sur ses quatre pattes. Bien vite il se redressa à nouveau, humant l'air, grondant après Wyndham-korrigan et McEwan-coyote à présent côte à côte. Ce faisant, une autre bestiole s'avança. Dissuadée par la présence du Gargboil, elle les contourna et alla lamper la neige empourprée.

Gnums à poils longs ? s'interrogea la jeune fille, peu importe, il aime ce qu'il avale, et il a un odorat trop développé pour ne pas se rendre compte très bientôt que j'en suis couverte... Fuir, courir, oui ! Mais dans quelle direction ? La voie du château est bloquée par...

Ses pensées furent brutalement interrompues. Le Gnums avait relevé le museau et le pointait dans sa direction. Fuir ne servirait à rien, les bestioles seraient trop rapides pour elle.

" Ok... Ce sera une première dans l'histoire de Poudlard, mais..." Moon ramassa une grosse branche noueuse.

A peine l'eut-elle fait que le Gnums dévora la distance qui les séparait. Non, courir aurait été parfaitement inutile.

" La meilleure défense, c'est l'attaque..." songea-t-elle avec une froide résignation en armant ses bras.

L'animal se jeta sur elle avec un cri sauvage. Sa branche fouetta l'air et cingla en travers du museau du Gnums qui glapit de douleur. L'un de ses yeux avait été touché. L'énervement reprit le dessus, il montra les crocs et bondit sur la Serpentard. Elle recula juste à temps, hors d'atteinte, et frappa à nouveau. Cette fois le Gnums saisit la branche à pleine gueule et secoua la tête avec frénésie. Moon la lâcha.

Trop tard !

Le violent mouvement imprimé à la branche remonta dans son bras. Elle perdit l'équilibre et s'étala de tout son long, empêtrée dans la neige et les pans de la cape. Elle plaqua un coude au sol, appuya de toutes ses forces, se redressa à demi. Ses doigts dérapèrent alors malencontreusement dans une poche intérieure du seul vêtement qu'elle portait, la faisant glisser à nouveau. Le Gnums se jeta sur elle et lui plaqua les épaules au sol avec ses pattes antérieures. Sa gueule baveuse enragée claqua près de son visage. Elle remonta instinctivement les avant-bras, hurlant de rage impuissante.

"REPULSO !"

Le Gnums fut éjecté dans les airs et alla heurter un arbre, quelques mètres plus loin. Assommé, il n'en bougea plus. Moon se redressa, tremblante. Elle tenait dans sa main gauche la baguette du professeur McEwan. Il avait dû la ranger dans la poche intérieure de sa cape un peu plus tôt. La Serpentard n'y crut pas ses doigts crispés autour du mince bâton. Elle était parvenue à utiliser une autre baguette que la sienne. Magie accidentelle ou simple hasard ? Elle ne se posa pas plus de questions et se tourna vers les professeurs. Toujours aux prises avec le gargboil et certainement d'autres créatures, ils n'en menaient pas large. Comment se sortir de ce pétrin, vivants ?

Moon prit appui contre un arbre pour rester debout. Autour d'elle, d'autres spécimens rôdaient, certains se ruaient sur Wyndham-korrigan et son acolyte, McEwan-coyote. S'ils parvenaient à les repousser, ils ne pouvaient les empêcher de revenir à la charge.

Regagner le château était leur seule chance de s'en sortir.
Mais comment ?
Ses yeux suivirent les ramures des cimes. Une lueur argentée éclaira ses prunelles.
De tout temps, il était bien connu que les korrigans faisaient les pires mauvais sorts juchés dans les arbres ou cachés dans les anfractuosités, plutôt qu'à terrain découvert sur la terre ferme.

"Wingardium Leviosa !" dit-elle en pointant la baguette sur lui.

La créature hybride humain-korrigan s'éleva dans les airs à toute allure, signe que le sortilège de lévitation, lancé par Moon avec une baguette qui n'était pas la sienne, protestait contre la magie de cette dernière. Heureusement, Wyndham-korrigan prit rapidement pied sur une épaisse branche au-dessus d'elle. Il était maintenant hors de portée des animaux, mais suffisamment près pour agir sur eux malgré tout. Elle souffla brièvement, et visa cette fois-ci McEwan-coyote. Mais la baguette crépita de protestation.

On n'ensorcellerait pas son propriétaire avec sa propre baguette, semblait dire l'item magique en sifflant des étincelles.

"Il ne manquait plus que ça !" pesta Moon.

Un peu plus loin, McEwan cria-grogna un borborygme à leur intention.

"Donnez-moi ma brouette !" disait-il.

"Hein ??!"

Moon n'eut pas besoin de réfléchir. Elle lui lança sa baguette.

"Professeur, attrapez !" cria-t-elle, espérant qu'il saurait en faire usage correctement, malgré son imparfaite métamorphose qui semblait avoir frappé dur dans son crâne hirsute.

Puis elle tomba à genoux dans la neige, épuisée et grelottante. Se faire discrète vis-à-vis des bestioles présentes était maintenant la seule option salutaire qui lui restait.

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Mar 20 Avr - 14:01:20

Spoiler:
 

La situation ne cessait de se dégrader, c'était l'illustration parfaite de l'événement qui allait de mal en pis...
Xaël n'eut pas le temps de réfléchir grandement car il se trouva bien vite tourbillonant dans tous les sens. A peine le temps de voir une immonde créature se dresser devant lui qu'Eleanor l'en écartait.

Il chercha fébrilement sa baguette sans parvenir à mettre la main dessus. Mais où Antarès donc était-elle passé ? Pourquoi ne trouve-t-on pas les objets dont on a le plus besoin dans des situations désespérées alors qu'ils vous narguent de leur présence coutumière quand vous n'en avez pas l'utilité ?

Xaël se força à reprendre son souffle, s'il voulait user de magie il était nécessaire qu'il recouvre un minimum de force. Et comme tout bon sorcier le savait l'énergie vitale d'un individu circule en grande partie dans le sang. Précisément la chose qui se déversait abondamment hors de lui à l'instnant même...

Pourquoi était-ce l'élève qui protégeait le prof ?
Pourquoi n'avait-il pas le rôle du vaillant jeune maître des Runes, l'ami fidèle et romantique qui réparait les bêtises des autres. Pourquoi ne lâchait-il pas une de ces répliques cultes qu'il adorait lire dans "Gaspard, la terreur des moldus grincheux" où ledit sorcier volait au secours de demoiselles en détresse, ne frémissait que du sourcil devant le danger, ne transpirait jamais sa cape, et trouvait des mots mielleux pour rassurer les gens qu'il sauvait (bien souvent étrangement de sexe féminin).

Pourquoi ne s'appelait-il pas Gaspard ? Bah, le nom n'était pas terrible terrible mais pas mauvais mauvais non plus. Et puis 70 kilos de muscles impressionnaient toujours plus la société qu'un nom plus poétique comme Xaël avec 70 kilos de rêves...

Etrangement, ce fut la demande expresse de son Korrigan préféré qui réveilla le jeune professeur à la réalité : essayer d'évacuer Moon dans les hauteurs...
Sans brouettes, il ne savait comment faire...

C'est alors qu'il se rappela où il avait entendu ce vieil adage qui proclamait la nécessité de se servir d'une brouette en cas de difficultés. C'était Saphiro, l'antique dragon orangé qui le lui avait déclaré un jour. Le seul jour où Xaël l'avait vu sous forme humaine. Quand il s'en était étonné, Saphiro lui avait rétorqué d'un ton malicieux qu'il était un humaimagus non déclaré. Tout le jour durant, il l'avait nourri d'anecdotes et d'adages foireux sans qu'il ne puisse rien comprendre à tout son charabia...

Saphiro, c'était donc ça la solution !

Il commençait à réunir ses forces pour matérialiser son bâton enrunné quand Eleanor eut la bonne idée de lui renvoyer sa baguette.

Enfin, un peu d'action où il ne devrait pas être trop mauvais !

Tout de suite, il se mit à glypher dans les airs, d'une lumière ambrée une série de Runes elfiques et draconiques tout en incantant une antique formule.
S'il voulait regagner un peu d'estime auprès de son condisciple et d'Eleanor, c'était maintenant ou jamais...


"Dragons dans les airs et sur terre
dans les eaux et se jouant du feu
Dans l'éther vous demeurez.

De votre séjour venez à moi
Par notre pacte sacré
Issu des temps anciens

Le sang reconnaît le sang
et ne veut plus être versé
Par la puissance des éléments

Puissants Dragons venez à moi
Charriant le Soleil et la Lune
Drake Ar y Drake Mon

Génis de l'énergie subtile
Apparaissez et rétablissez la paix
Là où réside le chaos

Drake Draco Draconis !"


La véritable formule est certes censée impronomçable et doit restée secrète, c'est pourquoi vous ne pourrez lire qu'une traduction approximative de ce qu'incanta Xaël.

En fait phonologiquement, ça devait donner une version plus courte :


"Ar gradarweird vrasingraveird draklasfthsfleim Vroluskhug
Mirniomscilf Bramavawn Sarriystrim DRak Harhall"


Quiconque aurait vu Xaël en pleine incantation l'aurait pris pour un illuminé priant l'essence de la Magie pour qu'elle le sauve.

Toujours est-il qu'un grand battement d'ailes promtp à soulever des nuages froissa le mur du son et se rappocha de la scène où Eleanor, Wilhem et Xaël était en proie aux conséquences du sortilège korrigani.

__________________
Hogwarts
21 ans
Professeur de Runes

Y Gwir Yn Erbyn Byd
Byrnan Blaed

Salut à toi Invité Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Mar 27 Avr - 15:10:56

Il était bien connu que les korrigans faisaient les pires mauvais sorts juchés dans les arbres ou cachés dans les anfractuosités, plutôt qu'à terrain découvert sur la terre ferme. Wyndham n'avait pas eu le temps de mettre ses propres connaissances en application. La situation ne se prêtait pas exactement aux galopades dans les hauteurs arboricoles. A faire tournoyer sa baguette contre tout ce que la Forêt comptait de créatures poilues et hostiles, il ne restait guère de temps pour grimper aux arbres. Le professeur de SACM se contenta donc des moyens du bord. Pas très glorieux, les moyens en question... Mais que celui qui avait déjà affronté des dizaines de bestioles et en était sorti vainqueur jette la première pierre.

Il fallait que Wyndham soit sérieusement dépassé par la situation pour se retrouver à traiter ses sacro-saintes créatures magiques de vulgaires "bestioles". Mais c'était ça ou perdre le contrôle de ses nerfs.

Mieux valait "ça". Sinon, lorsqu'une force étrange le souleva du sol à une vitesse ahurissante, sans doute aurait-il cédé à la panique. Au moins un peu. Une telle lévitation n'était pas prévu au programme. Etre encerclé par toutes ces créatures ne l'était pas non plus, certes, mais à fricoter aux abords de la Forêt Interdite, il y avait de quoi tenter le diable. Ses réflexes prirent rapidement le dessus sur sa surprise et il se retrouva vite en sécurité sur son perchoir, désormais à même d'agir efficacement, en mettant en pratique l'étendue de ses connaissances.
Les sortilèges fusèrent, plus rapidement que jamais. Certains lui étaient quai-étrangers mais il se laissait aller à la magie ancestrale korrigane. Il y avait un moment pour réfléchir et un moment pour agir. Quand agir devenait une question de survie, on mettait de côté tout pouvoir cognitif et on laissait parler ses tripes.

Du coin de l'oeil, il s'assura que Moon et McEwan étaient encore entiers avant de reprendre la salve de magie qui repoussa, d'un coup, sept créatures de taille moyenne. W.W. s'apprêtait à lancer un nouveau maléfice qui ferait regretter à ce couple de Manthrower à cibulles d'avoir quitté leur nid quand... quand quoi?

Quand quelque chose perturba soudain le (dés)équilibre ambiant. C'était immense. C'était bruyant. Et c'était dangereux.


*Tout dépend pour qui...*

C'était encore ce qu'il restait à découvrir.
L'ombre d'un dragon cacha un instant l'éclat de la lune. Il était énorme et il semblait décidé à se joindre à leur petite sauterie improvisée.

L'instinct korrigan lui criait de fuir. Mais sa propre capacité de réflexion l'en retint. Il ne manquerait plus que la petite chose lui dicte ses actions. W. fit soudain le lien entre cette apparition et l'incantation formulée par McEwan. Soit il était fou (et Merlin savait combien le simple fait de porter le nom de McEwan étayait cette hypothèse), soit il savait ce qu'il faisait. Il suffisait de prier pour la seconde option.

Le regard que le dragon lança au jeune professeur de Runes semblait infirmer la folie de McEwan. Merlin en soit loué.
Faire. Apparaître. Un dragon. Dans Poudlard.

Les idées de Wyndham se bousculèrent sous son crâne, lui faisant pour un temps perdre le contact avec la réalité. Un véritable dragon dans l'enceinte du château, et ce, malgré les protections magiques. Importé sans autorisation. Fascinant.

Avec la morgue de certains membres de sa caste, le dragon n'accorda que très peu d'intérêt aux deux autres humains qui tenaient compagnie à McEwan. A vrai dire, seule l'opportunité de faire un bon repas semblait l'intéresser, si tant est qu'on puisse interpréter les expressions faciales draconiennes. Le premier Manthrower disparut dans un claquement de langue appréciateur, laissant son binôme solitaire et désemparé. Cela ne devait pas se produire souvent, qu'un nouveau venu menace la suprématie de l'espèce. Le Manthrower semblait hésiter entre fuir et remettre à sa place ce m'as-tu-vu qui se croyait tout permis sur leur territoire. La créature n'eut pas le temps d'en arriver à une conclusion argumentée qu'il servait d'amuse-gueule au dragon.

Même si l'arrivée inopportune de la bête rétablissait l'équilibre dans leur situation précaire, il ne fallait pas pour autant se laisser déconcentrer. Wyndham reprit sa salve de sortilège, en direction, cette fois, de la forêt où nombre de spécimens s'étaient mis à couvert.
Peu à peu, le nombre d'adversaires à plumes, à pattes, à écailles et à poils diminua sensiblement, jusqu'à ce que l'issue de l'affrontement ne laisse plus planer aucun doute. Il pouvait redescendre de son piédestal.

En un quart de tour, W.W. se retrouva au sol et gagna les côtés de McEwan et Moon. Et du dragon.


*Il y en a un qui va me fournir quelques explications.*

Wyndham souffrait de plusieurs blessures dont la plus sérieuse était une morsure d'origine inconnue. Plus tard. Il verrait plus tard. Pour l'instant:

- Moon? Vous tenez le coup?

La question n'était pas de la politesse pure et simple mais un réel besoin de connaître son état. La situation n'était pas encore assez rétablie pour permettre un examen dans les formes.
Quant à McEwan... l'enseignant passerait en deuxième position, juste après Moon. Le professeur de Runes était mieux à même de prendre soin de lui. Il était supposé avoir ses ASPICs, après tout.

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Lun 10 Mai - 9:49:39

Engourdie par le froid et pelotonnée contre l'arbre où Wyndham-Korrigan repoussait plus efficacement les créatures hostiles du haut de sa branche, Moon tressaillit à peine quand McEwan-Coyote incanta sa formule incompréhensible.

Elle devait avoir perdu le fil. Parce que seule la lune, soudain masquée par une grande ombre, la fit réagir.
La Serpentard bascula la tête en arrière.
Son esprit se vida de toute pensée intelligible.
Un dragon. était. apparu. au-dessus. d'eux.
Les dents de la Verte claquaient indépendamment de sa volonté. De cette façon, sa mâchoire resta fermement accrochée à sa boîte crânienne. Ce n'est que lorsque la grosse créature se posa et commença à piocher parmi les bêtes de quoi se sustenter que Moon sentit poindre un soupçon d'inquiétude. Et si le dragon ne faisait pas la différence entre humain et bestioles ? A quoi pensait McEwan quand il avait appelé cet énorme lézard à la rescousse ?! Elle aurait voulu enfoncer son dos dans l'arbre contre lequel elle s'appuyait.


Bon du calme, ne paniquons pas. Moon, tu n'as jamais paniqué de ta vie. Ce n'est pas comme si tu avais peur de mourir, enfin voyons, tu en as vu d'autres...


Une créature aux longues pattes, poilue et pourvue de dents affreusement longues contourna l'arbre à cet instant. Elle fut presque aussitôt happée par le dragon qui, en deux coups de mâchoires, l'engloutit goulument.
Le bruit de ses crocs, mastiquant les os à travers la chair réduite en bouillie, souleva le cœur de la jeune fille. Le peu que contenait son estomac se révulsa à l'intérieur ; les restes de potion du pr McEwan échouèrent entre les racines.

Moon prit appui contre l'arbre et se mit à genoux. Elle ne sentait plus ses jambes, ni ses mains ; elle eut à peine conscience d'une légère caresse gelée sur ses lèvres quand elle s'essuya la bouche avec le dos de sa main. Le reste n'était que glace inerte reliée à ses membres. Malgré le dragon, tout son être aspirait à se rouler en boule ici même, fermer les yeux, et dormir.

Je dois résister. Dormir dans mon état serait une très mauvaise idée. Il faut que je me force à bouger...


Elle tenta de se redresser en prenant appui sur ses mains plaquées contre l'arbre, mais ses doigts recroquevillés contre l'écorce glissèrent. Elle tituba puis retrouva son équilibre. La cape du pr McEwan ondula autour de ses jambes. Elle ramena les bras contre sa poitrine pour empêcher les bords ourlés de s'ouvrir. Merlin qu'elle avait froid.

C'est le moment que choisit Wyndham-korrigan pour descendre de son perchoir. Il n'était pas beau à voir. Tant à cause des effets de la potion que des blessures écopées quand il les défendait à même le sol.


- Moon? Vous tenez le coup?
demanda Wyndham-korrigan de sa voix nasillarde.

Non, p'*** de troll de Morgane de mes deux... Ca ne se voit pas ?! riposta mentalement une part explosive d'elle-même que Moon ne se connaissait pas.

Elle se mordit la langue. Etait-elle en train de perdre le contrôle ?

Non, impossible...
songea-t-elle, avant qu'un vaste moment de blanc n'envahisse l'intérieur de sa tête.


~¤~


Eleanor écarquilla les yeux. Ses iris redevenaient azurées quand elle les posa droit sur McEwan - qu'elle ne reconnaissait pas à cause de son apparence - qui se tenait à côté d'un énorme dragon. Le Pr pointait parfois un index observateur pour aider le gros reptile à choisir quand, la gueule vide, il cherchait une bestiole à se mettre sous la dent.

- Je crois que j'hallucine... Je ne me souviens pas avoir quitté le château... Où sommes-nous ? souffla-t-elle en baissant les yeux vers Wyndham-korrigan.

Eleanor sursauta. Elle n'avait jamais vu une chose pareille. Des créatures copiant les traits physiques de ses professeurs.

- Ne m'approchez pas !! cria-t-elle d'une voix rauque, enrouée.

La tisane du Pr McEwan devait être piégée. Je vois des choses qui n'existent pas... murmura-t-elle.

Une bourrasque de vent fit claquer les pans de cape autour de ses bras et de ses jambes. Elle prit alors conscience de sa situation.

- Oh... Merlin... souffla-t-elle en faisant un pas en arrière, révélant ses pieds violacés à moitié enfouis dans la neige sale et les restes sanglants d'un animal à moitié dévoré, où sont mes vêtements... Qu'est-ce qui m'arrive ?!

- Oh Merlin... dit-elle encore alors que ses iris se dilataient enfin, refluant l'azur pour s'emplir d'acier, de nuances argentées, et d'une étincelle lunaire.


~¤~



C'était moins une
pensa Moon, soulagée d'avoir repris le contrôle en secouant la tête pour se remettre les idées en place.

Connaissant Eleanor ( comme si c'était elle ) la jeune fille aurait paniqué, et se serait enfuie sans regarder où elle allait. Les situations évoluaient, mais certains réflexes avaient la vie dure. Il sembla à Moon qu'entre la Forêt Interdite et Elles, tout pouvait se résumer indéfiniment à une longue fuite éperdue... Où la souffrance morale et physique se confondaient. Où il n'y aurait jamais aucune issue tant qu'Elles ne feraient pas face, chacune de leur côté, et ensemble, à ce qui les menaçaient. Ce qui s'était déjà produit il y a un an avait failli se répéter cette nuit, et se répèterait sans doute un jour...

Moon ravala la boule qui opprimait sa gorge. Dans un premier temps, il fallait qu'elle regagne le château le plus vite possible. Parce que dans le cas contraire, elle perdrait bientôt ses jambes.

- Pr Wyndham, articula-t-elle comme elle put tant ses dents s'entrechoquaient, Je m'fous du choix de dd... dessert de ce tas d'écailles. Il a faim, qu... qu... qu'il reste où il est... Nous... Devrions... Rentrer...

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 30 Mai - 9:18:31

Faut-il le préciser ?
Tout ne se passait pas exactement comme Xaël l'avait souhaité.
La Magie des Dragons était une chose puissante. Cela étant, les Dragons en eux-même n'étaient pas toujours maîtrisables. Il avait voulu appeler son ami Saphiro mais voilà qu'un tout autre Dragon était apparu.

A bien regarder la série d'anneaux qui se profilaient sur sa queue, ce dernier n'était qu'un tout jeune Dragon, plein de fougue et bien plus intéressé par les choses matérielles comme la bonne chaire et l'aventure que par la sagesse et la réflexion.
A tout léviter, il devait faire dans les 670 ans, tout juste. Un bébé en somme.

L'avantage incontestable était qu'il se révélait plaisant à regarder. Une montagne de muscle et de grâce, parée d'écailles rutilante, projetant les mille feux du Soleil autour de lui. Un regard fier et impétueux. Un museau fin, des pattes graciles, une crète impériale. Assurément, il s'agissait là d'un beau Dragon pour qui savait apprécier leur beauté...

Mais ce n'était pas l'heure des louanges ni celle des contemplations passives. Le Dragon avait beau empaler les autres monstres de ses cornes et leur faire visiter le fond de son estomac, il venait toujours des créatures enragées, prêtes à tout apparemment pour goûter un peu de la chaire professorale et scolaire...
Leur nombre diminuait bien sûr (les créautres devaient venir de bien loin et n'auraient pas toutes eu le temps de les submerger) mais ce n'était qu'une question de temps avant qu'Eleanor, Wyndham ou lui ne soit grièvement blessé ou pire, consommé, digéré et oublié...

Le sir Dragon ne semblait pas disposé à faire étalage de ses dons magiques, tout occupé qu'il était à décapiter joyeusement ses proies et à les faire croustiller sous ses dents.

Il lui fallait agir au plus vite...

Après quelques coups de Repulso et de Petrificus, il commençait à se demander si l'option qui s'envisageait pour lui à l'horizon était bien raisonnable. Peut-être aurait-il mieux fallu le demander à son aîné mais Willhem Windham était fort occupé et rien ne lui disait que lui aussi maîtrisait la chevauchée draconique.
Qui plus est, c'était peut-être la dernière chose qui lui restait à faire pour sauver son poste... ou du moins sa peau.


- Ek intar Blavarskiss Moerouen !
Invriss brykus Aumhrav
Saer drakys Impiris
Ek ekean Straer !


Le résultat ne fut pas immédiat. La demi métamorphose en coyote devait altérer les effets du sort. A moins que ce ne fut l'énergie de Xaël, sous forme de sang, qui avait trop abondamment quitté son corps pour que l'enchantement fut aussi rapide qu'efficace.

Un Stupor velu à patte jaune lui enfonça son poing dans l'estomac et laboura son ventre de coup de griffe.

Ironiquement, la seule pensé qui l'effleura fut :


"Génial, ma dernière chance de rivaliser avec De Lansley au concours de beauté de Sorcière Hebdo vient de partir en fumée".


Moralité : l'humour avait la peau dur...
Mais ne perdez pas encore espoir gente dame et gent sir, le damoiseau Xaël n'avait pas rendu son dernier souffle (ou alors, ne vous réjouissez pas trop vite, au choix...)


Si le Stupor velu à patte jaune comptait ajouter la ceinture runique de Xaël à sa panoplie, il en fut pour ses frais car il s'y brûla les pattes et n'eut pas le temps de s'en plaindre.
Il disparut prestement dans la caverne interne du Dragon.

Cela laissa le temps au jeune professeur - qui somme toute était bien chanceux de ne pas s'être encore évanoui - d'entreprendre la chevauchée draconique.

Son corps s'éleva magiquement jusqu'au Dragon.

Puis se fondit dans le corps de la créautre magique.

Il y eut une légère détonation et une couronne d'étincelles auréola ta tête du fils de Tiamat.

Un nouveau regard s'alluma dans la pupille droite du Monstre. Une autre intelligence s'était ajoutée à celle du Dragon (mais pas forécement supérieure, il faut le reconnaître).

L'esprit de Xaël avait en partie fusionné avec celui de l'être magique. Mais si sa raison guidait un peu le Dragon, les émotions et la sauvagerie de ce dernier embrasait aussi Xaël.

C'est avec un plaisir non dissimulé qu'il lâcha ses premiers jets de flammes, aspergeant de feu arbres et créatures.

Peut-être que si la fatique ne s'était pas fait son amante, Xaël aurait pu mieux concentrer son attention et requérir du Dragon une magie plus subtile...

Seule sa part vaguement consciente hurlait de terreur à l'idée d'avoir pu griller ses compagnons. Le Dragon dû en prendre conscience car il inversa aussitôt le processus. Il réaspira ses flammes et ouvrit à la place son poumon de glace.

Le résultat fut à peine meilleur : tout devint pétrifié par la force d'Isaz en moins de deux...

Si Xaël, à travers le regard du Dragon ne voyait plus ses compagnons, il se doutait que ces derniers avaient dû subir le sort réservé aux gnumes et autre ignominies.


'Ca y est, pensa-t-il, je suis cuit. Mon avenir pro est définitivement gélé.'

__________________
Hogwarts
21 ans
Professeur de Runes

Y Gwir Yn Erbyn Byd
Byrnan Blaed

Salut à toi Invité Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 6 Juin - 10:30:48

Récapitulons...
La faune et la flore de la forêt interdite s'engageaient sur la voie de l'extinction, gracieuseté de leurs sorts combinés et des flammes du dragon.
Tout allait bien. Ca sentait le blâme à plein nez.
Comme si cela ne suffisait pas à son malheur, W. Wyndham fut forcé de constater que, petit un, l'élève Moon était en train de craquer, que, petit deux, son collègue faisait... il ne savait pas exactement quoi mais rien de très conventionnel.
Comme à peine plus tôt, le Gallois jugea que la jeune fille était sa priorité, d'autant plus qu'elle commençait à montrer des signes inquiétants de détresse mentale.


*Trouble de la mémoire à court terme, hypothermie, répugnance au contact, hallucinations, mutisme soudain,...*, ne put-il s'empêcher de diagnostiquer.

Il fallait parer au plus pressé, à savoir, la garder en vie. D'un geste rapide de la main qu'il n'avait jamais pratiqué jusqu'alors, il envoya une salve de magie dévastatrice en direction d'un petit groupe de créatures qui persistaient à vouloir s'approcher. Cela lui offrait tout juste le créneau temporal pour administrer à l'élève Eleanor Moon un ensemble de sortilèges de premier secours. Par la grâce du dragon (par la barbe de Merlin, il souffrait lui aussi d'hallucinations ou bien... ou bien McEwan s'était-il... non... s'il commençait à divaguer maintenant, alors que ses deux comparses... mais de comparses, il n'y en avait plus qu'une, et les yeux de ce dragon brillait d'une intelligence presque... humain, et...)... Par la grâce du dragon, donc, sur le cas duquel Wyndham se pencherait plus tard, quand la jeune fille se trouverait à l'abri dans son dortoir, ou, plus vraisemblablement, à l'infirmerie, par la grâce du dragon, l'atmosphère s'était considérablement réchauffée. Il n'empêchait que Moon avait un besoin urgent de retrouver une température corporelle qui ne descende pas en-dessous de 35°C. Ce ne fut l'affaire que d'une demi-minute. Une autre trentaine de secondes pour cautériser les plaies les plus importantes et une ou deux minutes supplémentaires pour lui distiller un peu d'énergie.
Cela ne semblait pourtant pas suffire.
Dilemme, dès lors.
Abandonner McEwan à son sort incertain pour entraîner une Moon en état de faiblesse à l'abri? Ou rester groupés, énième preuve de l'intelligence de ceux qui résistent à l'instinct de conservation? Dernier choix: revenir aux instincts primaires et laisser la sélection naturelle faire son travail?

Il avait toujours été de ceux qui pensaient que l'évolution de la race humaine vers l'époque moderne, à vouloir maintenir en vie même les plus faibles étaient la plus grosses erreurs de cette espèce qui se croyaient évoluée. Pourquoi, sinon, la Nature (Merlin, si vous préférez) enverrait-elle tant de fléau pour réguler la population humaine? En venant s'opposer aux lois naturelles, l'être humain n'était-il pas venu, une fois de plus, chambouler un équilibre qui, jusqu'ici, se débrouillait très bien sans lui?
Certes.
Mais c'était le discours du Wyndham d'avant Poudlard, quand son contrat n'impliquait pas implicitement la protection de toute la jeune génération sorcière. Lui permettre d'atteindre à la fin de ses études et à des connaissances pour affronter le monde. Toutes les espèces animales sou presque fonctionnaient de la sorte. Les plus jeunes étaient sous la responsabilité des aînés tout au long de leur apprentissage. Ils n'étaient laissés à eux-mêmes qu'une fois l'âge adulte atteint. Les humains étaient juste beaucoup plus long à y parvenir.

Cela ne lui laissait guère de choix.
Rester, c'était mettre en péril l'équilibre précaire dans lequel la jeune fille se trouvait quand McEwan lui apparaissait plein de ressources. Après tout, son jeune confrère avait invoqué un dragon... Plein de ressources, donc, pas toujours d'un goût certain, mais il devrait s'en sortir seul, dans le court laps de temps d'une dizaine de minutes, le temps pour W.W. de confier la jeune Serpentard aux mains habiles d'Alexandrei Zagora.

Avec la désagréable impression de prendre la fuite, le Gallois attrapa Moon à bras-le-corps, tout juste quand le dragon de McEwan se mettait en tête de faire tomber l'hiver sur la forêt interdite. Il s'en était fallu de peu pour que l'enseignant et son élève ne soient converti en statue de glace. Le peu résidait en un sortilège qui tenait plus du réflexe que de la réflexion. Une bulle de force avait empêché la glace de se former autour d'eux. Ils n'en étaient pas moins prisonniers d'un cocon transparent et gelé.

Plus de temps pour paniquer.


- Moon, vous allez faire exactement ce que je vous dis, sans rechigner, et peut-être que vous aurez le plaisir d'assister, vous et moi, à mon prochain cours.

Parallèlement, W. évaluait la situation et calculait trajectoires et risques.

- Je vais créer une ouverture par-derrière.

Comprendre "à l'opposé du dragon"

- Vous sortirez d'ici en courant, sans vous retourner, sans vous arrêtez. Je serais juste derrière vous, pour vous couvrir. Vous contournerez la scène de la bataille en prenant la direction de la Cabane d'Hagrid. Puis, vous continuerez droit vers le château. Ne. Vous. Arrêtez. Sous. Aucun. Prétexte.

Il serait juste derrière elle et s'assurerait qu'elle soit en de bonnes mains avant de venir retrouver McEwan, le dragon, ou qui qu'ils soient.
D'un geste précis de la baguette, Wyndham fit fondre une ouverture circulaire dans leur igloo de glace, juste assez grand pour laisser se faufiler une personne courbée.


- Allez-y, Moon!

Il ne restait plus qu'à prier pour le caractère rebelle de la jeune élève ne vienne pas tout envoyer en l'air.

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 6 Juin - 17:47:12

La paroi sphérique, transparente, dégageait une aura glaciale dans son improbable aire protectrice. Encore sous le choc des salves polaires crachées par le dragon et des divers sorts de soin prodigués par le professeur Wyndham, Moon s'était complètement immobilisée là où l'étrange korrigan l'avait attrapée contre lui... Pour les sauver avec sa magie instinctive.

Depuis le début de la soirée, ils n'avaient fait qu'alterner miracles et catastrophes. Un enchaînement vertigineux qui laissait à présent la jeune fille figée nette ; pétrifiée près de son nouveau protecteur. Ses grands iris gris écarquillés traversaient la surface polie pour observer ce qui se tramait derrière eux -- le dragon/Xaël reprenait son souffle pour, entre autre chose, ré alimenter ses poumons dévastateurs. Allaient-ils les vider à nouveau, sans raison, ou bien se réserver pour contrer d'autres attaques ? Dans un cas comme dans l'autre, ils finiraient par y passer.

Moon fit le vide dans sa tête ; garder l'esprit clair était primordial pour maintenir un contrôle mental solide.

Quand tout cela sera derrière nous, je compte bien avoir une petite discussion avec McEwan...

Le professeur Wyndham mit à profit ce bref instant de calme pour lui communiquer une série d'instructions - les plus sensées de la journée - afin de les sortir de là. Et elle l'écouta.

- Vous sortirez d'ici en courant, sans vous retourner, sans vous arrêtez. Je serais juste derrière vous, pour vous couvrir. Vous contournerez la scène de la bataille en prenant la direction de la Cabane d'Hagrid. Puis, vous continuerez droit vers le château. Ne. Vous. Arrêtez. Sous. Aucun. Prétexte.

Moon hocha la tête pour faire signe à Willem Wyndham qu'elle comprenait. Il ménagea une ouverture basse et circulaire dans la paroi de glace avec sa propre baguette. Puis s'écria :

- Allez-y, Moon!

Alors elle se précipita par l'ouverture et se lança dans la course la plus rapide qu'il lui eut été donnée de faire. Ses pieds nus claquaient sur la glace recouvrant le sol. Ses cheveux humides tressautaient dans la capuche de sa cape d'infortune, ses muscles protestaient et sa température interne dégringolait à nouveau.
Elle ne se retourna pas.
Elle ne s'arrêta pas.
Ses sens devinaient la présence du professeur de SACM dans son dos. Au-delà, la magie du dragon saturait l'air ambiant d'énergie lourde et pesante. Ici et là pulsaient encore les effets de la magie korrigani.
Les créatures de la forêt qui n'avaient ni brûlé ni gelé rôdaient en périphérie respectable. Toujours avides de chairs humaines et de magie.

Moon retrouva sans difficulté la cabane d'Hagrid, visible au loin à travers le sous-bois.
Elle entendit des bruits sauvages suivant sa propre trajectoire et surprit un grognement sourd.
La Verte ne ralentit pas, ou à peine.
Peut-être aurait-elle du.

Une plaque de glace se matérialisa sous ses pieds à nouveau écorchés et violacés. Chaussée et au top de sa forme physique, elle aurait pu gérer la situation. Au lieu de quoi elle dérapa, voulut tendre les bras pour amortir sa chute, mais son corps vrilla et son centre de gravité se retourna totalement.
Son dos heurta la glace, l'arrière de sa tête cogna durement une racine et ses hanches achevèrent de déraper jusqu'à percuter les restes d'un arbre abattu par la foudre quelques mois auparavant.

La douleur explosa sous son crâne à le fendre - ce qui était peut-être déjà le cas - brouillant la vue imprenable qu'elle avait de l'astre lumineux habitant le ciel nocturne ainsi que les nombreuses - trop nombreuses - étoiles scintillantes.

Les étoiles bougent autour de la lune... C'est beau !

Il lui sembla pleurer des larmes chauffées à blanc. Mais un calme puissant l'envahissait. Son cœur s'apaisait dans sa poitrine en feu. Son souffle s'échappait de ses lèvres en faibles volutes blanches.

Autant pour le repli préconisé par Wyndham. Foutue pour foutue, je peux bien tenter quelque chose..., songea-t-elle.

Trois créatures se précipitaient déjà là où elle gisait. Moon plaqua les deux mains paumes contre glace. Des voix du passé lui hurlèrent de ne pas faire ce qu'elle s'apprêtait à faire.

( Ce n'est pas de la magie sorcière, vous serez traquée et enfermée, on vous traitera de monstre quand on saura ce que vous êtes, ne faites rien sans votre baguette magique en main, dans cette dimension gardez en tête que vous êtes une jeune sorcière et rien d'autre...)

- J'embouse les Langues de Plombs, murmura Moon pour elle-même.

Sa magie non humaine se réveilla alors que l'astre argenté venait caresser le visage pâle offert à son rayonnement. La jeune fille la reniait depuis trop longtemps. Qui savait si elle saurait contrôler cette forme de magie ?

L'énergie qui l'envahit alors satura son souffle, la privant momentanément d'oxygène. Puis Moon la fit descendre dans ses mains et enfonça ses doigts à travers la glace qui couvrait la terre. La surface gelée se laissa faire sans rompre ou se fracturer. Malléable, on aurait pu la confondre - sous les doigts de Moon - à une sorte de pâte à modeler moldue.

La jeune fille laissa le surplus magique envahir ses cinq sens faute de le maîtriser.
Ses oreilles bourdonnèrent, ses doigts s'insensibilisèrent aux morsures des copeaux de givre, sa langue se colla à son palais, pâteuse, son odorat éclipsa l'alchimie olfactive environnante, ses yeux perdirent toute notion de couleur et irradièrent une lumière similaire à celle de la lune.
Aveugle au monde environnant, Moon concentra enfin son attention sur une seule et unique intention qu'elle ordonna froidement.

- Eirìni priori télos incatatem !

La lueur inhumaine des yeux de Moon s'accrut. Autour d'elle la glace se gondola et une onde de force invisible explosa en cercles concentriques qui se propagèrent en silence.

Les créatures les plus proches furent aux premières loges pour subir de plein fouet la disparition du sort de magie korrigane dissipée par celui de Moon. Toute espèce vivant à proximité comprit instantanément le message : La fête était terminée.
Les créatures repartaient d'où elles venaient, apaisées, sans demander leur reste.

Avachie contre le tronc d'arbre renversé, la tête reposant toujours contre la racine qui lui valait encore une vive douleur, Moon espéra que son 'souhait' saperait un minimum l'excitation du dragon. Que cela soulagerait, même de peu, la peine du Pr McEwan au fin fond de son bout de forêt détruite.

Elle eut froid.
Une série de pas précipités résonna à travers le sol.
Sa langue resta pâteuse, et son odorat peu fiable ne fit que véhiculer dans ses narines l'odeur métallique de son propre sang ; elle n'avait donc pas la tête si dure que cela.

Moon cligna les paupières. Ses pupilles opalescentes dilatées fixèrent un vague point imprécis, faute de mieux.

Il y a vraiment beaucoup d'étoiles cette nuit, dans le ciel...




Spoiler:
 

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Xaël McEwan
Professeur
avatar

Messages : 112
Date d'inscription : 30/07/2009
Age : 31

MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   Dim 11 Juil - 9:09:28

Tout se mélangeait dans sa tête. Il aurait dû se douter que tout le sang perdu l'aurait affaibli au point de ne plus pouvoir permettre une homéostasie harmonieuse entre lui et le dragon.

Devant lui, le monde de glace et de désolation explosa soudain. Il y avait donc de l'agitation dans ce coin là... L'espoir se reforma dans le coeur/esprit du garçon et la faim revint titiller le ventre du dragon.
Franchement, c'était bien sa veine d'être tombé sur un dragonneau qui pansait plus qu'il ne pensait...

Il entendit vaguement des voix et un bruit de course.
Si Eleanor et le professeur était indemne, il était vraiment temps pour lui de retrouver forme humaine.
C'est à ce moment qu'il prit conscience qu'il ne connaissait pas la formule de retour. La seule chose qui lui aurait permit de composer un charme de réincorporation était sa ceinture runique, son pendentif en goutte d'exbranhil ou son bracelet draconique. Or les trois avaient disparu lors de sa métamorphose. D'ailleurs qu'était-il advenu de son corps ?
L'angoisse lui agrippa la gorge (sauf que gorge il n'en avait plus...) : allait-il être coincé dans le corps de ce stupide dragon ? Si la vie voulait lui donner une leçon pour ses potions et autres tours pendables, elle venait de lui porter un coup bas...
Certes il était en vie, contrairement à l'état dans lequel aurait pu se trouver Eleanor, mais quelle vie !

Le dragon prit de l'altitude, pour mieux guetter ses proies.

Il repéra le professeur Wyndham.

Chaire moins tendre mais plus proche...

Et s'il voulait planter ses crocs dans la peau de l'élève Moon et se délecter du sang dont elle exhalait le capiteux parfum, il lui faudrait briser ce morceau d'humain qui agitait un petit bout de bâton dans l'une de ses pattes.

Le dragon était jeune mais pas si inexpérimenté. Il savait que les humains avec un bâton dans les pattes pouvaient se révéler retors.
Il se contenta de garder une distance raisonnable dans un premier temps, histoire d'évaluer la situation.

Puis, quand il considéra que le danger c'était lui et non pas cette brochette prête à griller, il plongea malgré les protestations silencieuses du professeur McEwan.

...

Mais il n'attint pas sa cible.
A mi-parcours, il se convulsa.
Ses convulsions durèrent tant et plus qu'il dû se poser à terre et oublier son repas.
Il rendit d'ailleurs le précédent au sol.
Puis, il s'affala de tout son long, le corps fiévreux.

Les jeunes dragons ont l'estomac fragiles auquel leur appétit s'accorde assez mal...

__________________
Hogwarts
21 ans
Professeur de Runes

Y Gwir Yn Erbyn Byd
Byrnan Blaed

Salut à toi Invité Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: McEwan, une vie à compter...   

Revenir en haut Aller en bas
 
McEwan, une vie à compter...
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» On apprend pas au vieux gobelin à compter ses mornilles.{Jo}
» Comment compter les mots ?
» pour s'endormir, un mouton ne peut compter que sur lui-même.
» Aragorn ~ J'ai perdu la lune à essayer de compter les étoiles
» Aragorn ~ J'ai perdu la lune à essayer de compter les étoiles || 1er Janvier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Hogwarts :: 

Les dédales du château ~ inside

 :: Sous-sols :: Cachots
-
Sauter vers: