Back to Hogwarts

Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Black out [Mel]

Aller en bas 
AuteurMessage
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Black out [Mel]   Dim 4 Juil - 12:15:43

Du mieux qu'il put il s'appuya sur son épaule, y accrochant solidement ses deux mains. Il regarda une dernière fois le hall de Sainte-Mangouste et Lannig Beresford qui lui fit un signe de tête.

Le Chef du Bureau des aurors s'en voulait toujours d'avoir propulsé l'un de ses meilleurs éléments dans la gueule du loup, au contact du mal lui-même et de la maladie. Antiochus y avait succombé. Et à voir sa longue silouhette déguingandée, son visage émacié et ses traits épuisés, il n'était pas encore sorti d'affaire. Les médicomages lui avaient dit que la maladie était en rémission, et que ce n'était qu'une question de temps avant qu'il ne reprenne une vie normale.

- Allons-y Elinor.

La jeune fille passa un bras autour de la taille de son oncle et transplanna immédiatement à Pré-Au-Lard. Là, un fiacre tiré par un sombral les y attendait pour qu'ils puissent gagner Poudlard.
Malgré le dégoût que lui avait inspiré son oncle quand il lui avait appris qui il était, Elinor, aidée par sa raison légendaire, avait su faire la part des choses pour plus ou moins lui donner une chance. Alors quand Beresford l'avait appelée pour lui parler de l'état de santé de son oncle, elle prit ses responsabilités.


- Qui est au courant de ton état de santé?

- Rosemont, qui avait été prévenu par Beresford de ma mission...

- Rosemont est malade lui aussi, et dans un état grave. Il a été transporté à Sainte-Mangouste. le coupa-t-elle.

- Ah bon? McEwan doit être au courant, je suppose.

- Pourquoi le saurait-elle?

- J'étais en surveillance avec elle à Pré-Au-Lard quand j'ai été mis au courant de ma mission. se contenta-t-il de dire...

Ils arrivèrent à Poudlard en silence. Le professeur sentit une ambiance pesante, loin de l'anthousiasme normal que devrait contenir ces lieux. Elinor ramena son oncle dans ses appartements. Le grand sorcier fatigué se laissa tomber dans son canapé en cuir noir pendant que sa nièce alla prévenir Wyndham de son retour et des préconisations des médicomages.

Lorsqu'elle revint, Antiochus était déjà endormi. Les elfes viendraient bientôt pour lui donner son traitement, tout comme Zagora, qui avait reçu les indications.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Mar 6 Juil - 12:40:37

Les réunions bi-mensuelles, imposées par Willou au corps professoral, et en tête-à-tête avec lui, étaient une épreuve en soi. Si vous avez jamais tenté de passer une demi-heure face à un type dépourvu du sens de l'humour et qui, en plus, n'aime pas le jus de citrouille, vous aurez une petite idée du calvaire que ce pouvait être pour Mélusine. Elle n'avait jamais été une grande fan de l'autorité, quelle que soit la forme qu'elle prenait. Sauf quand c'était elle qui l'incarnait, évidemment.
Pour une fois, cependant, ce petit intermède ne se révéla pas totalement inutile. La visite impromptue de Redgrave (qui était déjà une diversion heureuse en soi) apporta même quelques nouvelles.
Bonnes. Mauvaises. C'était ensuite une question de point de vue.
En digne ex-Gryffondor qu'elle était, elle ignora bien entendu royalement l'ex-Verte, attendit patiemment qu'elle sorte, conclut paisiblement et sans se presser sa discussion avec ce "cher" Wyndham, lui offrant au passage quelques uns de ses suggestions les plus saugrenues et, un petit quart d'heure après l'interruption, se retrouva libre de ses actes et de ses pensées.

Alors, comme ça, Ack était de retour.
Boh.
...


'Yep. A. Ackroyd. Celui-là même qui t'a plantée en plein Pré-au-Lard pour ne jamais en revenir.'

Et surtout ne jamais donner de nouvelles.

'La sombraliote...'

C'était pas une excuse. Quand on voulait, on pouvait.
Il ne devait pas avoir beaucoup voulu.
Après sa conduite de la dernière fois où ils s'étaient vus et après ça, il pouvait toujours rêver pour qu'elle se précipite à son chevet.

Mélusine fit donc un détour par ses propres appartements, prit tout son temps. Surtout celui de laisser la rancoeur et la colère monter. Enfin, comme par hasard, au gré d'une balade dans le château et au détour d'un couloir, elle se retrouva devant sa porte. Ne frappa pas. Entra. Jeta un regard rapide. Fit trois pas en avant. Ignora les petites bouteilles pleines de potion d'elle-ne-savait-quoi. Les hommes étaient toujours de telles chochotes quand ils attrapaient le moindre rhume.
Elle fila droit vers les rideaux, qu'elle ouvrit en grand jusqu'à ce que Ack ouvre les yeux. Il les ouvrirait bien. Et dès que ce serait fait...


"Salut Antoï! Tu te souviens de moi? Mélusine McEwan. Uh? Ca te dit quelque chose?" (ton léger et ironique)

Si il y avait une chose que Mélusine McEwan, première du nom, ne supportait pas, c'était bien qu'on l'oublie.
L'indifférence était un fléau.

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Mar 6 Juil - 15:28:55

Les rêves n'étaient pas toujours connotés positivement. Objectivement, fermer les yeux, s'endormir, c'est jouer à la roulette russe question rêves: on ne sait jamais ce que va produire l'inconscient; et l'inconscient à ceci de bon: lorsqu'il est libéré, on ne peut avoir aucune prise sur lui. Depuis fin février, Antiochus Ackroyd n'avait fait que de beaux rêves. Des rêves refuges, teintés de joie, de bonheur, d'allégresse. Il était resté protégé de toute agression extérieure. Une telle chose ne lui était pas arrivé depuis... vous savez quel jour. C'est ce qui fit qu'Ackroyd fit partie des malades dont la progression de la maladie fut des plus rapides. Chaque malade de la sombraliote était plongé dans cet état d'extase, et c'était ce qui empêchait sciemment le malade de revenir à lui. Chaque jour il s'enfonçait un peu plus dans un délire totalement maîtrisé dans lequel il se confortait. Seul l'antidote permettait au 'moi' de chacun de redevenir maître de son corps. Là, il redécouvrait les conséquences imprévisibles du sommeil pour son déplaisir. Des images terribles se bousculaient dans sa tête jusqu'à ce qu'on le sorte de sa léthargie.

Une voix douce. Des mots doux. Une contradiction: Miss McEwan. Il ne s'attendait pas à la voir de si tôt.

Il se releva sur son canapé jusqu'à regagner une position assise inconfortable. Même si la fièvre avait quasiment disparu, les courbatures étaient toujours là. La lumière lui fit froncer les sourcils et mettre une main juste au-dessus des yeux. Il ne voyait la jeune fille qu'en contre-jour et ne distinguait que sa longue silouhette.

- Et moi qui espérais trouver en ces murs une femme aimante et morte d'inquiétude. Ironie quand tu nous tient.

Avec le temps, il avait appris qu'il était vain de demander une explication rationnelle à cette fille quand la colère l'habitait. Pourquoi cette colère? Ce n'était pas de sa faute s'il était tombé malade... bien au contraire, c'était sa mission d'auror qui l'y avait poussé. Les conséquences auraient sans doute été différentes à tout point de vue.

- Assieds-toi si tu veux. Je t'offrirai bien du jus de citrouille mais je ne peux pas appeler les elfes. Ma magie n'est toujours pas revenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Ven 9 Juil - 15:07:48

Oh? Il se la jouait ironique? Comme s'il pouvait se le permettre après trois mois de silence. Les hommes sont d'un obtus et d'un égoïsme.

"Il y a quatre mots incompatibles avec moi dans ta phrase. Femme, aimante, morte et inquiétude."

Comme s'il ne le savait pas.
Sympa comme premiers mots pour saluer ton retour.


'Moui. Presque autant que les tiens.'

Oui, mais elle, elle avait le droit.

"La sombraliote atteint la mémoire en plus de la politesse? Comme c'est balot. Résumons. Arrête de me traiter de femme, ok? On connaît tous les deux mon point de vue sur la question. Aimante, dans tes rêves. Et morte d'inquiétude, faut quand même pas exagérer. Folle de rage, ok, si tu veux plonger dans les émotions extrèmes."

Comment ça, il fallait ménager les convalescents? A d'autre! Ca n'était pas Ack, ça n'était pas elle, alors pourquoi jouer à faire semblant? Atténuer la portée de leur pensée par des mots faibles, ça n'était pas leur truc. Autant se heurter, se rentrer un peu dedans. C'était désagréable sur le moment mais ça allait tellement mieux après. Ca n'était pas avec le tact et la courtoisie qu'on éliminait la rancœur et la rage. Il fallait que ça sort et le plus tôt serait le mieux. La colère était une émotion saine pour peu qu'on l'exprime au lieu de l'enfermer à l'intérieur où elle creuserait des abîmes de rancune sans fond.

Du coin de l'oeil, et même si elle voyait rouge, Mélusine nota la faiblesse de son compagnon, ses gestes plus lents qu'à l'accoutumée, le fait même de s'asseoir qui demandait un effort. Elle ne dit rien, évidemment. Reprit son souffle pendant que Ack, lui, enchaînait.
Et là, elle pâlit légèrement. Plus de magie?
Ca la ramenait à une époque, où, renvoyée de Poudlard et privée de sa baguette, elle s'était sentie plus démunie que tout. Elle n'avait jamais été une sorcière très douée pour les sorts et autres sortilèges, mais soudain, l'ablation de sa baguette lui avait fait prendre conscience à quel point la magie était une part importante - essentielle - de sa vie. Tous les petits sorts qu'on lançait sans réfléchir. Ca n'était même pas tant une question de faire que de savoir que l'on pouvait faire.
Et dans le cas de Ack... C'était presque même pire.

Elle refusa néanmoins de laisser son visage se teinter du moindre soupçon de pitié ou de remords. Elle se contenta de s'adoucir un peu.


"Greedy?"

Dans un petit "pop", son elfe de maison préféré apparut dans les appartements de Ack. Un seul regard lui suffit pour comprendre ce que la jeune professeure de Vol désirait. Ils se connaissaient bien.
L'elfe partit, elle finit par s'asseoir, loin de lui, évidemment, et déclara d'un ton badin:


"Tu prendras bien un thé?"

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Lun 12 Juil - 9:42:57

Une des créatures des plus laides qu'il lui ait été donné de voir apparut dans son nid douillet. Dépenaillé, huileux de peau et obséquieux au possible, la vue de cet elfe lui souleva le coeur. Il fallit presque en vomir. Comment, par Merlin, Mélusine pouvait cultiver une telle affection pour cette bestiole? Il y a quand même des elfes plus reluisants que celui-ci...

- Darjeling s'il te plaît Greddy. Sans mes pouvoirs j'ai l'impression d'être nu. Même le fils de ma nièce est gorgé de magie. Il maîtrise de mieux en mieux les quatre éléments lui aussi...

Greedy disparut aussi sec qu'il était apparu. Ackroyd en profita pour essayer de trouver une position plus confortable pour soutenir une longue conversation.

Le silence envahit alors la pièce, révélant un peu plus l'inconfort du convalescent. Sa respiration était sifflante et sa poitrine se soulevait avec difficulté. Le médicomage l'avait prévenu: il lui faudrait du temps pour s'en remettre et sa première priorité serait de reprendre du poids.

Il souleva les manches de sa lourde robe de sorcier et révéla ses avant-bras. Quand il avait dt qu'il se sentait nu, c'était presque vrai... Si sa marque des Ténèbres était toujours présente sur son avant-bras gauche, iln'en était pas de même pour celui qui ornait son bras droit, ni pour aucun de ses autres tatouages. Ceux-ci ne reviendraient que lorsque ses pouvoirs magiques sur les éléments reviendraient.

- Que s'est-il passé pendant mon absence? Elinor m'a brièvement dit que Wyndham avait pris la tête de Poudlard? Et toi, tu as été malade aussi?

Il en doutait. Elle n'était pas plus maigre d'habitude et n'avait pas l'air souffreteux. Par contre, Elinor lui avait appris une nouvelle qui n'avait pas du lui être annoncée ici. Elle était toute fraîche et les journaux ne s'en étaient pas encore emparés.

- Qu'en est-il des autres professeurs?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Mer 14 Juil - 19:36:34

Mélusine n'était pas du genre à rester inactive très longtemps, elle laissait ça aux inactifs. Pas non plus du genre à se triturer les ongles ou à se remettre le brushing en place, elle laissait ça aux supposées vraies filles. Elle, elle se contentait de trouver de quoi occuper ses mains quand elle ne faisait pas les cent pas. Présentement, son grigri était un vif d'or apprivoisé, répondant au doux nom d'Alasdair, qu'elle faisait voler autour d'elle et qu'elle rattrapait de temps à autre. Les sortilèges dont il avait bénéficié du temps de sa gloire s'affaiblissaient et il se contentait de voleter doucement dans un périmètre restreint. Autant dire que l'exercice auquel se livrait la jeune femme était loin d'être difficile. Mais il occupait les mains et le regard, l'empêchant de s'attarder sur Ack ou de errer dans la pièce comme un peu perdu.
Elle l'avait extirpé de son sac en bandoulière (sac depuis longtemps abandonné au sol et repoussé d'un coup de pied) et en était à sa douzième capture. Quand elle vous disait que c'était facile.

Elle ne répondit rien quand il développa (il = Ack, pas le vif d'or, voyons... il faut suivre!), avec un soupçon d'amertume, le sujet de la perte de ses pouvoirs. Elle y reviendrait plus tard. Quand elle serait vraiment à même de compatir. Elle avait même sa petite idée quant à la façon dont elle pourrait aider son moral à remonter la pente.
Elle eut, en revanche, un sourire crâneur à la mention de la maladie.


"Jamais malade, moi!"

Et c'était presque vrai.
Elle avait beau courir sous la pluie, se rouler dans la neige ou nager dans le lac glacé en plein hiver, elle n'attrapait ni rhume ni angine. Pour la voir s'affaiblir, il lui fallait un sacré coup au moral et ça n'arrivait pas tous les quatre jeudis.


"Sérieux. Pas le moindre petit symptôme. En fait, on avait tous plus ou moins l'impression de jouer au cinquante-cinquante. Il y avait ceux qui tombaient malade, et les autres, sans qu'on ait réussi à trouver un point commun dans les victimes, alors..."

Alors, tout le monde était parti dans des supputations un peu folles. Des histoires de vengeance pour les uns, de sang impur pour les autres, etc. Ca n'en finissait plus. Jusqu'au moment où plus grand monde n'eut le coeur à partir dans des délires paranoïaques, tellement tous connaissaient, de près ou de loin, un élève, un camarade ou une soeur qui reposait à l'infirmerie.

"Du côté des profs, c'était pas glorieux. La prof d'Aritmancie, Rosemont et quelques autres sont tombés malades, comme toi. Quant aux autres... Xaëlchou a continué comme si de rien n'était. Tu l'as dit, Wyndham s'est retrouvé propulsé directeur. Il a pas mal aidé, à ce qu'il paraît, pour combattre la sombraliote. C'est lui qui a fait le lien avec les sombrals avant de tomber malade. Derwent a été pas mal non plus..."

'... dans le genre conscience professionnelle.'

"Il paraît qu'elle passait ses soirées et ses week-end à tenter d'élaborer un antidote."

Et elle?

"Et moi? Moi, je remontais le moral des troupes."

Hem.
Elle n'en dit pas plus long. Il la connaissait suffisamment pour être à même d'imaginer en quoi consistaient les activités proposées.

Un silence plana. Le temps pour Mélusine d'attraper à nouveau Alasdair. Elle le garda au creux de son poing, le sentant se débattre faiblement. Puis:


"Comment c'était? La maladie?"

Et quoi? Tout le monde avait le droit d'être curieux.

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Ven 23 Juil - 9:04:00

Aucune réaction ne vint déformer les traits impassibles de l'auror toujours concentré sur sa réflexion. Il n'avait pris aucune décision quant au fait de révéler à la jeune femme les informations dont il disposait concernant l'état de santé de plusieurs champions de Quidditch actuels. D'un côté, il ne savait pas comment lui en parler. De l'autre, s'il ne le faisait pas, qui sait comment cette petite furie pourrait réagir?

Tant bien que mal Antiochus réussit à se lever. Ses membres se déplièrent en silence, mais les muscles laissés diminués par la maladie envoyèrent une multitude de messages nerveux déclenchant une vague de douleur intense dans ce corps meurtri. Le visage d'Antiochus grimaça, ce fut là son seul signe extérieur d'inconfort lié à la situation. Il s'approcha de Mélusine au prix d'un gros effort pour répondre à sa question.

Mais avant cela, il saisit la main dans laquelle elle avait emprisonné son vif apprivoisé, et lui fit desserrer son emprise pour glisser sa propre main à la place du petit objet. Il referma ensuite les doigts longs et fins de la jeune fille sur les siens. Voilà ce qu'avait été la maladie pour lui. Un emprisonnement volontaire de son corps et de son esprit dans un mirage de confort psychologique. Contre toute attente, la personne qui avait symbolisé cet état latent de pseudo bonheur de roman au philtre d'amortensia était Mélusine et non Abbie comme il aurait pu le croire. Dans son délire elle avait été la seule à le prendre dans ses bras (sans râlerie), à lui prodiguer de douces caresses (sans injures), et à lui donner quelques doux baisers (sans ironie). Bref, il avait compris qu'il avait réussi à surmonter son passé.

Cette prise de conscience remonta à la surface et lui fit venir un peu de rose sur les joues, fait extrêmement rare.

- La maladie en elle-même ne provoque pas de douleur physique dont on soit conscient. Je dirai même au contraire, le délire rassure et provoque un état de bien être total. On ne se sent pas partir, encore moinsenfermer dans ce délire...

Si elle comprenait les sous-titres, tant mieux pour elle. Lui par contre comprit que si Mélusine était apparue dans son rêve, il y en avait un autre à qui c'était peut-être aussi arrivé. Et si lui aussi avait pris conscience des implications de cette apparition? Pouvait-il se permettre de la rétention d'informations? Après tout? Qu'est-ce qui l'empêchait de redevenir un salaud accompli dans une enveloppe de gentilhomme?

- Alhambra est encore à Sainte-Mangouste paraît-il.

Pas avec elle.

- Son état ne s'améliore pas et il répond très mal au traitement.

C'était plus fort que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Jeu 29 Juil - 18:25:05

Abandonné, Alasdair voletait autour d'eux deux. Pour un peu, Mélusine aurait juré que le vif d'or était vexé de ne plus être le centre de son attention.
Et elle l'oublia encore plus vite. Pas eu le temps de réagir ou même de penser avant que Ack pose sa petite bombe. James. A Ste Mangouste. Mauvaise réponse au traitement. L'information se saisit de ses entrailles et serra très fort. On devait ressentir à peu près la même chose si on était éviscéré vivant. Elle n'avait encore jamais essayé.

Un petit "pop" arriva à point nommé. Greedy s'inclina avec force moulinet. Comment il réussissait ce tour de force avec un plateau surchargé au bout du bras et ce, sans renverser une goutte de ce précieux chocolat que Mélusine lui demandait chaque fois, allez savoir. Elle n'était pas exactement en état de cogiter à ce prodige. Même pas en état de le remarquer. L'elfe de maison para au vide de la conversation, sans même paraître s'apercevoir que le mélusinomètre émotionnel avait chuté en-dessous de zéro.


Votre thé, Professeur Ackroyd, Monsieur.
Miss Mélusine, votre plateau de goûter.


La petite créature resta immobile, attendant que la jeune femme réagisse.
Une minute. Une minute trente.
Son regard était perdu dans le vague et ses traits trahissaient les émotions qui la traversaient. James à l'hôpital, faible et malade. Si jamais il... elle ne se pardonnerait jamais. Quand bien même elle avait été celle qui avait mis un point final à leur relation, il lui était cher et avait un emplacement dans sa poitrine réservé ad vitam eternam, quoi que l'avenir leur réserve. Elle savait très bien que, quelque part, elle l'aimait encore et que seule sa fierté l'empêchait de faire le premier pas vers lui. Elle s'en était tenue à une distance qui se voulait amicale mais qui était bancale et maladroite. Elle s'était forcée à l'oublier, n'y était jamais vraiment parvenue et cachait cette faiblesse à grands coups de fausse bonne humeur et de fanfaronnade.
Deux minutes.
Greedy finit par déposer délicatement son lourd plateau sur un guéridon qu'il venait de convoquer d'un claquement de doigts. Avec sa sensibilité particulière, il avait perçu qu'il était de trop, et sa discrétion l'avait emporté sur son sens du devoir.
Trois minutes.
Mélusine avisa le chocolat brûlant qui fumait à côté d'elle. Ne parvint pas à se résoudre à laisser sa main s'échapper de celle de Antoï. Evita son regard du mieux qu'elle le put. Tenta de chasser la boule dans sa gorge à grands renforts de boisson chaude. Sans grand succès.
Quatre minutes.
Enfin, elle réussit à combattre le plus gros et releva les yeux, encore vaguement embrumés de douleur et de surprise.


"Il faut que j'aille le voir."

Le tact n'avait jamais été son fort.
En réalité, elle ne s'apercevait que rarement qu'elle en manquait.
Il lui fallut deux petits gâteaux et une autre tasse pleine de chocolat fumant pour en prendre conscience, cette fois-ci.
Sa main reposait toujours dans la sienne. Sans même s'en rendre compte, ses doigts étaient crispés sur ceux d'Antochius.


"Je veux dire..."

Une autre gorgée de chocolat.
Rébellion de son estomac. Elle n'avait jamais eu de problèmes de digestion. Sauf quand les émotions s'en mêlaient.
Les traits crispés, elle lui demanda:


"Tu aurais quelque chose de.. plus fort?"

Comment avait-elle fait pour ne pas savoir?
Mélusine avait pris pour habitude de ne plus lire que la presse intéressante. C'est-à-dire, celle qui évitait les ragots et les pages people. On n'y apprenait jamais rien de bon et du temps de James, elle avait suffisamment souffert de l'aspect un peu trop médiatique de leur relation.
Il n'empêchait...

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Mar 24 Aoû - 14:59:33

Ces quatre minutes furent parmi les plus longues de sa vie. Ce qu'elle avait dit était prévisible. Parce que c'était prévisible il avait eu mal à l'avance. Il faut être sacrément maso. Sacrément fou. Malade. Ou bien amoureux. Et sacrément même.

Il contempla cette main longue et fine qui serrait la sienne. Sa peau laiteuse il l'avait eu collée contre la sienne pendant tout son état comateux. Cette sensation éprouvée maintes et maintes fois, les moments de plaisir intense volés au creux de la nuit, des bribes de sourires, une balade en balai, tout ce méli-mélo amoureux avait servi de base à son cerveau malade pour la construction de ses bienveillantes hallucinations. Il leva le nez vers elle.

Elle allait partir le retrouver à lui. Son vieux corps moulu ne pourrait rien y faire. Rien ne marcherait pour la retenir et il retomberait bientôt dans ses travers passés. La perspective de retomber dans la redondance de sa rancoeur contre le monde et contre lui ne l'enchantait guère. Alors il laissa ses sentiments écraser gentiment sa fierté et ferma son autre main sur la sienne.


- Je comprends.

Il but une gorgée de thé brûlant pour se donner le temps de réfléchir à ses prochaines paroles.

- Je suis sûr que tu es déjà avec lui. Et que tu ne l'as jamais quitté depuis qu'il est cloué dans son lit. Ton parfum doit l'enivrer. Ses doigts doivent danser dans tes boucles entre deux virées en balai. Son coeur bat irrégulièement, mais c'est à cause de toi, parce qu'il est prêt à bondir hors de sa poitrine dès que tu noues tes bras autour de son cou. Là où il est il est bien. Mais il va revenir. Et tu sais pourquoi?

Il laissa planner les secondes dans la pièce.

- Parce que dans son hallucination tu ne peux pas lui parler. Tu vagabondes dans son imagination, lascive, abandonée, prête à tous les sacrifices pour lui. Mais ce n'est pas toi. Tu ne peux pas lui parler. Tes lèvres s'ouvrent mais aucun mot ne jaillit de ta bouche. C'est là qu'il se rend compte que ce n'est pas la réalité mais un confort inconscient basé sur des sensations, des souvenirs. Alors il va revenir pour toi, pour que tu lui cries dessus le matin parce que ton chocolat et froid, ou parce que le jus de citrouille ne l'est pas assez, pour que vous puissiez vous crier dessus à loisir autour du dernier né de chez Comet, ou parce qu'il a enlevé trop de points à un Gryffondor parce qu'il a failli avader un pauvre Poufsouffle...

Son coeur se serra alors que ses mains relachèrent leur étreinte.

Les mots, ce n'était pas son fort, et ce malgré la bonne éducation qu'il avait reçue. D'ailleurs, son monologue avait certainement été le plus long qu'il avait jamais fait.

Il se sentait à présent apaisé par ce qu'elle savait. Il en fallait peu pour être heureux...


- Va le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Dim 5 Sep - 10:31:09

Elle n'avait même pas cherché à fuir la prison de ses mains, preuve qu'il y avait du souci à se faire. Elle n'était pas dans son état émotionnel normal et il fallait, par conséquent, s'attendre à toutes les extrémités. Avec ce qui lui restait de self-control, elle pria tous les dieux de sa connaissance, plus quelques créations personnelles pour faire bonne mesure, de ne pas verser dans l'oeil humide ou, pis de se mettre à pleurer.

Pour se donner une contenance, Mélusine se leva, renvserant sa tasse sans même y prendre garde, et ramassa les quelques affaires éparses qu'elle avait dispersé chez Ack depuis son arrivée. Elle était déjà à la porte quand elle se retourna vers lui:


"Tu m'accompagnerais?"

De là où elle l'était, elle le fixa, laissant la distance mettre le flou nécessaire pour y voir plus clair. Son discous défilait en boucle dans son crâne, et chaque passage réveillait un peu plus une sensation étrange faite de malaise, d'appréhension et de plaisir. La jeune femme refusa de s'y attarder, parce que s'y pencher vaudrait sans doute un aller simple en direction des complications. Malgré tout, malgré cette empathie qu'elle refusait et ce bandeau qu'elle maintenait bien fort sur ses yeux, elle savait qu'elle ne pouvait pas planter Antoï là, maintenant. pas après ce qu'il venait de lui dire.
Passé un instant, et c'était complètement fou, elle avait presque eu la certitude qu'en parlant de James, il parlait surtout de lui et que, sous couvert des émotions d'un autre, c'était son propre ressenti qu'il mettait à nu, pudiquement. Cette impression ne subsista pas longtemps, juste le temps de semer le doute et la confusion. Etait-elle venue parce qu'elle, Mélusine, en avait envie. Ou bien parce que c'était elle qu'elel avait cru voir un instant, à déguiser, comme toujours, ce qu'elle ressentait, sous un couvert de normalité et de distanciation. Les émotions positives l'avaient toujours mise mal à l'aise. Il était tellement plus facile de se mettre en rage ou en rogne que lorsqu'il s'agissait d'apprécier, elle décorait le tout à grands coups de métaphores.


"Antoï, je..."

Rien.

'Tu ne vas quand même pas te laisser troubler par un vague doute?'

Bien sûr que non.

'Tu ne vas pas non plus lui demander qui lui tenait compagnie à lui et lui a donné la force de se réveiller.'

Certainement. Ce serait s'embarquer dans quelque chose de trop compliqué et elle s'était juré, au début de leur histoire, de rester dans la simplicité et le réconfort mutuel. Rien de violent ou de passionnel. Elle avait déjà donné et mettait du temps à s'en remettre.

"Antoï, tu voudrais bien m'accompagner? S'il-te-plaît."

L'usage du s'il-te-plaît valait dans la bouche de Mélusine toutes les supplications du monde.

"Je sais qu'on devrait attendre que tu sois un peu mieux remis..."[

Il n'avait franchement pas bonne mine.

"... Mais... mais s'il meurt à cause de moi, je ne me le pardonnerais jamais."

Et si il partait sans qu'elle l'ait vu une dernière fois, elle le regretterait toute sa vie.

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Antiochus Ackroyd
❧ Inactif
avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 01/07/2009

Who I am ?
Maison:
Age: 42
Links:

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Mar 21 Sep - 15:57:03

Elle n'avait pas compris et c'était sans doute mieux comme ça. Lui avait reçu la réponse comme une claque. Une de plus. A la souffrance physique s'ajoutait à présent la souffrance morale. Il se sentait au trente-sixième dessous, aurait voulu crier, retourner à l'hôpital et s'évanouir à jamais, emporté dans ses hallucinations.

Quelque part, cette réponse cinglante l'avait déçu. Peut-être aurait-il dû lui parler clairement? Non.

Il la détailla du regard en essayant de se persuader qu'elle avait tous les défauts de la terre, que sa beauté n'était qu'illusoire à ses yeux parce qu'elle avait été la seule à oser envisager volontairement de passer quelques nuits avec lui. Ce n'était que cela qui l'avait rendue belle. Certainement. Et puis elle était maigre. Et cette tignasse rouge informe! Sans parler de ses kilts qu'un enfant de douze ans n'oserait plus mettre. Elle ne partageait pas ses sentiments et ne le ferait jamais. Inutile de se prendre la tête là-dessus.


- Non. Je ne peux pas.

Mais elle avait quand même... cette fougue, ces moments de tendresse inégalée, ce foutu caractère qui était le seul à lui tenir tête.

- Si son subconscient prend réalise qu'il ne vit pas la réalité, il reviendra. S'il parvient à comprendre que vos moments de complicité et vos jeux érotiques ne peuvent pas être vrais, il reviendra. Il voudra savoir si une telle chose peut être possible quitte à être malheureux. J'en ai fait l'amère expérience.

Le convalescent se tourna et parvint à saisir un plaid en laine précieusement rangé sous un coussin du canapé. Il s'en entoura non sans faire crier un de ses muscles amaigris et se coucha, en tournant la tête à Mélusine. Ses idées s'embrouillèrent et un horrible mal de crâne le priva de tout loisir d'appitoiement et d'autoflagellation.

- Ferme la porte en sortant. Je vous souhaite bonne chance.

Il espéra juste qu'Elinor passerait prendre de ses nouvelles ce soir, ça lui changerait les idées et peut-être la vie. Intérieurement il pesta contre lui et se maudit d'être revenu à la réalité. En attendant, et sans pouvoir y faire quoi que ce soit, le sommeil le prit au vol et il laissa ainsi Mélusine quasiment seule dans la pièce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mélusine McEwan
Etudiante
avatar

Messages : 691
Date d'inscription : 28/06/2009
Age : 33

MessageSujet: Re: Black out [Mel]   Sam 23 Oct - 11:48:22

Un froncement de sourcils l'interrompit alors qu'elle posait la main sur la poignée. Un arrière-goût qu'elle ne comprenait pas mais qui s'était mis à squatter sa bouche. Pour un peu, elle aurait qualifier cette impression d'intuition. C'était certain, Mélusine avait perçu quelque chose. Mais le ton sec d'Ackroyd ne lui donna pas envie de se pencher dessus.

Il ne comprenait pas.
Qu'elle n'aurait jamais demandé au premier quidam venu de l'accompagner là.
Que c'était important pour elle d'y aller mais qu'il y soit avec elle.
Non, il n'avait pas compris. Qu'un premier amour avait toujours une place de choix dans le coeur d'une jeune femme. Elle n'était plus sûre d'aimer James comme elle l'avait aimé trois ans plus tôt. Ce qui la brûlait alors était devenu plus doux, presque apaisant. Un sentiment précieux qui réchauffait la poitrine. Un beau souvenir pour illuminer les jours gris. Une pensée réconfortante qui la faisait sourire rêveusement quand elle s'en donnait le temps.
Il n'avait pas compris que James serait toujours James. Que la place qu'il avait eu dans sa vie ne pourrait jamais être prise par quelqu'un d'autre. C'était James. Ca ne s'expliquait pas. Vouloir rivaliser avec lui était un combat perdu d'avance.

Bien évidemment, Mélusine ne trouva rien à répondre.
Elle aurait aimé demander si, vraiment, James reviendrait pour ces raisons-là. Mais que ce soit pour un soupçon de délicatesse inattendu, elle s'en abstint.

Elle esquissa un geste pour retourner vers Antoï, le coeur bizarrement serré de le voir faible et, oui, presque vulnérable, au milieu de ce lit qui paraissait trop grand et trop vide.


'Tu devrais peut-être...'

Non. Aucune importance.
Elle se faisait des idées. C'était sa spécialité. Projeter ses propres désirs, ses propres envies sur les autres, au détriment de ce qu'ils étaient réellement.


'Tu imagines les autres comme tu aimerais qu'il soit. Du moment que tu en as conscience...'

Elle leur distribuait qualités et défauts afin qu'ils correspondent à ce qu'elle attendait de ceux qu'elle aimait, se voilant la face. Boaf. pas si important. Jusqu'à présent, ses illusions ne s'étaient pas révélées si éloignées de la réalité. Elle ne voyait aucune raison pour que cela change maintenant.
Sortir, donc.
Et elle verrait bien, plus tard, ce qu'il adviendrait. Se prendre la tête avec le futur ne servait strictement à rien.
Et puis, de toute façon, Ack était le fautif. C'était lui qui lui avait parlé de James, quand elle ne pouvait ignorer cette allusion.

En refermant la porte sur les appartements de Antiochus, elle se doutait qu'elle reviendrait un peu plus tard. A moins que James ne l'en empêche.

__________________
Hogwarts
20 ans
Ex-Gryffondor
Prof de vol remplaçante
3ème année à Moon Shadow


"En vérité, nous ne nous battons ni pour la gloire, ni pour les richesses, ni pour les honneurs mais pour la liberté... pour elle seule; car aucun honnête homme ne peut y renoncer, si ce n'est en lui donnant sa vie."

Aucune femme non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://melusinemcewan.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Black out [Mel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Black out [Mel]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Black immigrants see personal triumphs in Obama
» contenue de la boite :Battle for Black Reach.
» Petit travail au black
» Black Hole RPG
» Black Lagoon Roberta's Blood Trail

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Hogwarts :: 

Les dédales du château ~ inside

 :: Sixième étage
-
Sauter vers: