Back to Hogwarts

Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lapsus révélateurs

Aller en bas 
AuteurMessage
Yan K. Willow
Directeur
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/08/2010

MessageSujet: Lapsus révélateurs   Ven 5 Nov - 15:35:30

Vladimir pénétra en trombe dans son bureau. A nouveau.

- Yan!

Lequel Yan résistait à grand peine à la tentation de se recroqueviller sur lui-même. Quand son tuteur employait ce ton, il lui semblait faire un saut dans le temps pour revenir en enfance. Mais de l'eau avait coulé sous les ponts depuis cette époque bénie et il avait appris à relever la tête et à faire face. Il avait sa technique bien à lui pour se faire: dévisager son interlocuteur d'un air ailleurs et sourire doucement, comme à mille kilomètres de sa réalité. Même Vlad s'y laissait prendre. Parfois.

- Qu'est-ce que tu....

Un effroyable remue-ménage s'éveilla à quelques couloirs de là et les traits tirés de Vladimir Oslenokovitch tirèrent à nouveau la sirène d'alarme. Moins d'une minute plus tard, il avait déserté l'office du directeur. Et Yan K. WIllow hésitait à s'en réjouir ou à s'en inquiéter. C'était vrai qu'il se passait des choses étranges, ce soir. Plus étranges que d'habitude. Il lui semblait avoir perdu le contrôle de la situation et il détestait ça. Tout devait fonctionner dans l'ordre qu'il avait établi.

'Mais si tout va à vau-l'eau...'

S'il n'était plus à même d'avoir une main de maître sur la chose...
Inutile de s'alarmer trop tôt.

Sur son bureau, une belle jeune femme était allongée, les yeux clos et le teint diaphane. Elle était magnifique. Il se dégageait d'elle une telle sérénité que Yan s'abîma un moment à la contempler, oubliant les évènements de la soirée. Tout avait commencé près de deux heures plus tôt, quand il avait voulu réitérer l'expérience, une nouvelle fois. Il venait de lire un ouvrage passionnant qui avait été le déclencheur de... tout le reste. Il s'était imaginé parlant à ce personnage à la fois tête brûlée, l'esprit bien fait et le cœur accroché. Épique. Passionné. Héroïque. Et terriblement humain. A peine libéré, il lui avait échappé. Comme tout le reste.

Un bruit à quelques pas de son bureau le sortit de sa transe contemplative.
Vladimir était sur le retour.

- Yan...

'Il me semble avoir déjà entendu ça quelque part..'

Cette pensée s'assortit de son sourire le plus innocent. A son grand dam, il n'eut pas l'occasion de mettre en pratique ses années d'entraînement à amadouer son parrain. Celui-ci s'était détourné de lui, mû par ce sixième sens qui le dépassait.

- Que faites-vous là, mademoiselle?

Du haut de son mètre quatre-vingt cinq, il toisait une jeune fille qui s'était hasardée jusqu'au deuxième étage. Ce devait être un beau tohu-bohu dans ce château, à l'heure qu'il était. Cela durait depuis plus de trois heures. La soire avait été longue.
De derrière le dos du conseiller disciplinaire, Yan se déboîtait le cou pour apercevoir la jeune personne qui lui faisait l'honneur d'une visite. Cela faisait tellement longtemps qu'il n'avait plus bavardé avec quelqu'un de normal.

__________________
Hogwarts
40 ans - Directeur


Dernière édition par Yan K. Willow le Mer 10 Nov - 18:09:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Préfète
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 29
Habitation : Hastings

Who I am ?
Maison: Serdaigle
Age: 16 ans
Links:

MessageSujet: Re: Lapsus révélateurs   Sam 6 Nov - 19:49:14

- Pierre-feuille-ciseau !

- Perdu, ah !

- Pierre-feuille-ciseau !!

- Encore perdu !

- Pierre-feuille-ciseau !!!

- Et de troiiiis !

Concert de hurlements stridents. Des têtes se tournèrent vers le groupe de filles, des sourcils se haussèrent, des sourires ornèrent les lèvres, un grognement salua la fin de la troisième manche, en même temps que des récriminations boudeuses :

- Mais ce n'est pas possible, vous trichez, c'est pas possible !

Tout était parti d'un défi stupide. C'était la soirée du Guy Hawkes, et les élèves comme les profs avaient bien le droit d'en profiter. Sauf, parce qu'il en fallait un, en dehors de ceux qui surveillaient les têtes blondes de Poudlard, personne n'avait vu le fantasque directeur à la petite sauterie, dans le parc. Il avait même boudé le repas ! Et ça, c'était très grave, assez pour mettre dans la tête de quelques filles de procéder à un tirage au sort de leur cru pour savoir qui, dans la petite assemblée, aurait l'insigne honneur de se faire afficher et d'aller jusqu'au bureau du directeur pour l'inviter, cordialement et sans arrière pensée, à se mélanger aux élèves de Poudlard pour les festivités.

Le duel de magie avait été écarté, trop dangereux pour si peu de choses et si en plus leur assemblée se faisait attraper à avoir mis sur pied des duels de magie dans le parc de Poudlard, Gardens aurait leur tête. Et les demoiselles tenaient à leur tête bien remplie. Elles avaient également abandonné l'idée de faire un concours de boisson, pas sûr sinon que la perdante soit encore capable de marcher droit et d'avoir les idées claires. On trouvait de tout à Poudlard, même pendant une fête scolaire, les petits plaisantins y veillaient ! Il avait fallu trouver quelque chose qui garde les participantes sobres et en état d'aligner deux mots à la fin et une, plus intelligente que les autres (ou plus gamine dans sa tête que les autres...) avait proposé ce jeu enfantin et sans risque. Pierre-feuille-ciseau.

Tout le monde avait sa chance, celle de gagner et, plus grave, celle de perdre. Ce qui était le cas d'Ehlana, malheureusement. A chaque round, la gagnante finale avait le droit de soupirer de soulagement et de charrier ses copines toujours en lice. Au terme de ces incessantes parties, la Serdaigle était la dernière perdante, celle que le Destin avait désigné pour aller au charbon. Saleté de vie.

- Ne soit pas mauvaise joueuse, tu as perdu, tu dois y aller !

- C'est bon, c'est bon, je vais y aller, mais je persiste à dire que vous avez triché !

Un autre concert de voix et de protestations bon enfant se firent entendre dans le dos d'Ehlana, qui était partie, tête haute, accomplir sa mission. Ça allait être un jeu d'enfant, pas possible de perdre pour ça. Si elle avait réussis à survivre à Antiochus Ackroyd, elle allait bien survivre à Yan K. Willow ! Ce dernier était autrement moins effrayant que le professeur de DCFM, il n'y avait aucune difficulté majeure dans ce qu'elle allait accomplir.

Toutes à ces belles pensées, Ehlana avait malgré tout oublié un détail important, majeur même. Plantée devant la porte menant au bureau directorial, une armoire à glace lui faisait face, c'était ça qu'elle avait oublié. Vladimir Machin, il était bigrement grand celui-là ! La petite Serdaigle qu'elle était devait lever la tête pour pouvoir lui retourner son regard, d'yeux à yeux. Même pas peur. Ackroyd, lui, il faisait peur, quand il s'y mettait. Finalement, ce n'était pas si mal d'être dans les petits papiers de quelqu'un comme ça, on était blindé à force. L'élève était bizarrement à l'aise, pas réellement intimidée par la démonstration d'autorité de Vladimir Machin. Ehlana poussa même le vice à sourire à Machin, c'était jour de fête, par Merlin !

- Bonjour monsieur ! Enfin, bonsoir, vu l'heure. En fait, je venais pour...

Ehlana se tordit le cou, comme un miroir, pour essayer d'apercevoir Willow, derrière la large masse de Machin dans l'encadrement de la porte. C'était au directeur qu'elle voulait parler, pas à son garde du corps.

- Je venais pour vous inviter à nous rejoindre, dans le parc, de la part des filles de septième année de Serdaigle. Je suis notre porte-parole. Ehlana, monsieur.

La Serdaigle offrit un nouveau sourire, à Willow cette fois, quand elle réussit à accrocher son regard, malgré les tentatives de Machin de l'en empêcher. Mais son sourire, malgré elle, se dissipa quand elle aperçut la compagnie, sur le bureau ! Bouse, elle avait surpris le directeur de Poudlard en galante compagnie, dans son bureau, sur son bureau ! Bouse, bouse, bouse ! Qu'est-ce qu'ils allaient lui faire maintenant ? La séquestrer pour qu'elle ne parle pas ? Lui faire subir un sortilège d'amnésie pour qu'elle ne se souvienne de rien ? Les deux en même temps ? Bouse !

- Pardon, je... je ne voulais pas vous déranger... Je... C'est qui ? demanda-t-elle, sans maitriser ses cordes vocales.

Argh, quand apprendrait-elle à se taire quand il le fallait ?!

__________________
Serdaigle
Serdaigle - 7ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleilsanglant.surmonde.net
Yan K. Willow
Directeur
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/08/2010

MessageSujet: Re: Lapsus révélateurs   Lun 8 Nov - 13:20:43

De là où il se trouvait, Yan Willow voyait nettement les muscles du dos de Vlad se tendre. Il n'était bien évidemment pas habitué à tant de familiarité de la part d'une élève. Le sourire de celle-ci filtrait jusqu'aux tréfonds de sa voix. Nul ne le savait puisqu'il ne donnait l'occasion à personne de le découvrir mais, au fond, Vladimir était à l'aise face à toute forme de sympathie, qu'il vivait comme une agression. Le monde devait suivre une certaine voie et l'amabilité, la fraternité et les sourires n'avaient que trop tendance à faire dévier les individus de cette même voie. Qu'on ne s'étonne donc pas si la seule réponse qu'on récoltait était:

- Vous n'avez rien à faire ici.

Son ton traduisait, sans qu'aucun doute ne subsiste, qu'il avait pour habitude d'être écouté... et obéit.
Mais leur visiteuse sembla passer outre la présence imposante de son mentor, ce qui attisa la curiosité de Yan. La suite ne fit qu'aller crescendo:

- M’inviter?

Un sourire ravi s'étira sur ses lèvres tandis que ce bon vieux Vlad tournait dans tous les sens une formule qui leur permettrait de se débarrasser d'elle. Il n'en eut pas le temps, interrompu qu'il fut par l'apparition d'un petit homme agité dans le tableau qui marquait l'entrée du bureau dorectorial:

- Numéro 17 aperçu au troisième étage. Il tentait de sauter par une meurtrière.

'Numéro 17. Une belle réussite.'

Un de ses préférés.
Le regard en alerte rouge, Oslenokovitch s'esquiva sans avoir résolu l'expulsion de l'intruse... au plus grand plaisir de Yan K. Willow.

'Enfin seuls!'

- Bonjour, pet... jeune fille Ehlana!

Inconscient de ce que son bureau pouvait receler d'étrange, il tendit une main enthousiaste à sa jeune invitée, secouant son bras énergiquement.

- Laisse-moi te présenter ...Aurore! C'est...

Qu'avait donc dit Vlad à ce sujet? "Tu enroberas toujours la vérité d'une jolie façade mensonge.

- Ma sœur!, finit-il par s'exclamer, triomphant.
Il avait toujours manqué d'une sœur. Sa fratrie se résumait à lui et à lui seul. Jamais son parrain n'avait émis la moindre hypothèse pour ajouter un autre enfant dans le cadre parfait de son manoir. Yan s'était même un jour demandé comment lui, petit garçon étrange, avait pu percer les barrières de cet ermite social. Cela n'avait au final aucune sorte d'importance. Mais tous les petits garçons se posaient des questions, n'est-ce pas? La curiosité était la nourriture de l'esprit.
Et Aurore avait tout ce qu'on pouvait rêver de la part d'une sœur: la beauté, l'élégance, la douceur qui semblait couver sous ses traits délicats,.. et le silence. Un silence mutique, parfait. Que ne l'avait-il pas connu plus tôt.

- Comme tu le vois, elle fait la sieste. Et, si j'en crois mon expérience, elle n'est pas près de se réveiller.

Ses yeux sautaient d'un endroit à l'autre de la pièce.
Pour quiconque aurait connu le lieu avant son arrivée, le contraste eut été de taille. Le plus grand désordre régnait dans la pièce, qui ressemblait plus à un laboratoire moldu qu'au bureau d'un éminent directeur. Des volutes de fumée disparates nimbaient le tout d'étrange.

- Dis-moi, petite curieuse, aimes-tu le chocolat?

Déjà oubliée l'invitation voilée d'Ehlana et toutes ses questions surprenantes. Yan s'était avancé jusqu'à une étagère et triturait un objet bizarre qui pouvait rappeler une mappemonde si ce n'était qu'elle était parsemée de creux et de bosses. Sous ses doigts, elle émettait un chant doux et mélodique, quoique vaguement mélancolique.

__________________
Hogwarts
40 ans - Directeur


Dernière édition par Yan K. Willow le Jeu 9 Déc - 19:15:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Préfète
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 29
Habitation : Hastings

Who I am ?
Maison: Serdaigle
Age: 16 ans
Links:

MessageSujet: Re: Lapsus révélateurs   Ven 26 Nov - 22:00:07

HJ : Et voila =D

Oui, et alors ? Elle n'était pas encore entrée dans le bureau, donc, techniquement, elle était encore dans les couloirs de Poudlard, couloirs qui étaient publics, contrairement au bureau directorial. Par conséquent, elle avait parfaitement le droit d'être là où elle était ! Non ? En tout cas, content ou pas content, Ehlana se fichait comme d'une guigne de Machin, parce que le directeur lui, il paraissait ravi de l'attention. Et tac, dans les dents à Machin !

Heureusement, celui-ci dû partir si précipitamment qu'il en oublia complètement la Serdaigle qui était bien contente d'avoir une réponse à la question qui était sortie sans prévenir. Le nouveau directeur ne semblait pas s'offusquer de la curiosité de l'élève, vu l'ardeur qu'il mit à la saluer (il faisait bien de se rattraper parce qu'elle n'était pas PETITE !) et à lui expliquer que la grande fille sur son bureau n'était autre que sa propre sœur. Bon, Ehlana se retint de hausser les sourcils et de lâcher un commentaire quelconque, mais tout de même, il la prenait pour une idiote ? Elle avait du mal à croire à son histoire de sœur. Déjà, un bureau, ce n'était pas la place d'une sœur et son enthousiasme était trop étrange pour paraître totalement vrai.

Mais bon, en même, qui était-elle pour mettre en doute sa parole ? Le directeur était tellement bizarre qu'un peu plus ou un peu moins, ça ne changeait finalement pas grand chose à sa bizarrerie. Mais Ehlana ne put que tilter quand il lui donna le prénom de sa 'sœur', précisant, comme si elle ne l'avait pas encore remarqué, qu'elle dormait.

- Aurore, c'est un joli prénom. Ça me fait penser à la Belle au bois dormant, qui dort pendant une centaine d'année. Vous croyez qu'il faut qu'un prince charmant embrasse votre sœur pour qu'elle se réveille ? s'esclaffa-t-elle, bien qu'au fond, une petite partie d'elle ne riait pas du tout.

Ehlana n'avait pas été explicitement invitée à entrer mais elle jugea que l'appel du bras correspondait assez à une invitation muette. Aussi la Serdaigle s'approcha-t-elle de la Belle tout en faisant son commentaire précédent sur le choix judicieux du prénom.

Comme dans le conte, la 'sœur' était aussi blonde que l'Aurore au bois dormant et bien sûr, elle dormait... Ehlana était circonspecte, mais le cachait tant et si bien que finalement, c'était comme si elle était comme d'habitude. Au moins, ce qu'elle avait vécu ses derniers mois lui avait appris quelque chose : cacher ce qu'elle pensait et ne montrer que ce qui était bon de montrer. Même si aucune ne disait rien, la jeune fille se doutait que ses camarades avaient remarqué le changement. Et il y avait eu la maladie. Quand on est jeune, on se croit indestructible et ses convictions, déjà bien ébranlées depuis l'attentat à Londres et le Combat Blanc, avaient été pulvérisées. Ses craintes et ses appréhensions étaient cachées derrière un masque qu'elle portait en permanence, parce qu'elle ne voulait pas inquiéter son entourage. Ses parents, déjà, s'en faisaient bien assez à eux deux et la Serdaigle ne voulait pas en rajouter une couche avec ses amies, qui l'avaient soutenu et qui, si elles n'avaient encore rien tenté, ne se gêneraient pas pour lui frotter les oreilles si elle se laissait aller. Alors il avait bien fallu apprendre à cacher ses peurs, en dessous d'une couche épaisse de bonne humeur, le nez plongé très souvent dans les cours et les études. Au moins, quand elles étudiaient, toute la bande ne pensait à rien d'autre que de venir à bout du devoir dans les délais. Et récolter une super bonne note, bien entendu.

Et en présence d'un loufoque comme Yan Willow, ce n'était pas difficile de sourire. Le grand manitou de Poudlard avait un caractère atypique mais qui plaisait assez à la Serdaigle. Certes, ce n'était pas cela qui faisait d'un Homme un grand directeur de Poudlard, mais on pouvait apprécier un homme en dehors de son statut n'est-ce pas ? N'appréciait-elle pas, même si elle se demandait souvent pourquoi et comment elle faisait pour le supporter, Antiochus Ackroyd malgré son caractère de cochon ?

Ehlana observa les déambulations de Willow jusqu'à la drôle de mappemonde qui n'y ressemblait, alors qu'il lui demandait si elle aimait le chocolat. Mais qui donc n'aimait pas le chocolat, en dehors des allergiques ?

- Oui, oui, j'aime ça. Vous voudrez de l'aide pour ramener votre sœur dans son lit ? demanda-t-elle en revenant à ce qui la turlupiner. Votre bureau ne doit pas être très confortable pour elle.

__________________
Serdaigle
Serdaigle - 7ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleilsanglant.surmonde.net
Yan K. Willow
Directeur
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 22/08/2010

MessageSujet: Re: Lapsus révélateurs   Jeu 9 Déc - 19:33:49

Yan partit d'un immense éclat de rire à la mention du Prince Charmant. C'était plus fort que lui, quoique passablement malpoli. Mais aussi, l'image de Vlad, penché sur sa toute nouvelle invitée pour lui déposer un chaste baiser salvateur était venue s'imposer dans son esprit. Et quand on connaissait Vlad...

'Même quand on ne le connait pas, en fait.'

Bref, les termes "Vladimir Oslenokovicth" et "baiser" étaient incompatibles, d'une façon beaucoup forte que les mots "parents" et "homme et femme" l'étaient pour n'importe quel enfant. L
Le scénario dans sa tête se corsait, relançant son fou-rire. Vladimir était désormais affublé d'un costume d'époque avec pourpoint et hauts-de-chausse, le tout dans de magnifiques teintes bleu ciel et bleu roi. Sa rareté capillaire avait également disparu pour laisser placer à une abondance soyeuse et disciplinée, façon brushing au carré. Mais le summum de l'hilarité fut atteint lorsque son imagination lui dessina Vlad en pleine déclaration sentimentale.
Définitivement, ça ne collait pas au personnage.

Il ne fallut, néanmoins, qu'une remarque de sa jeune compagne pour redescendre sur terre et recouvrer un certain sérieux. Son visage se ferma brusquement tandis qu'il se détournait d'elle. La mention à la belle au bois dormant.

'Et Vlad qui m'a recommandé d'être prudent.'

Ca n'était pourtant pas tellement son genre de jacasser à tort et à travers.
Il se laissa le temps de se reprendre avant de déclarer calmement, ressassant sa malice habituelle:

- Tu connais les contes moldus, peti... jeune fille?

Il ne lui vint d'ailleurs pas une seule fois à l'esprit que la même jeune fille puisse être une sorcière issue d'une famille non-magique. Pour lui, tous les élèves de cette école étaient des sorciers en devenir, des sorciers à part entière, et il oubliait parfois qu'ils avaient pu avoir une vie avant Poudlard.

La mappemonde continuait sa mélopée et l'atmosphère de la pièce sembla changer imperceptiblement. C'était un peu comme si l'objet était capable de modeler les émotions des personnes dans son rayon d'action. On se sentait plus mélancolique, plus rêveur... jusqu'à ce que la main de Yan se retire d'elle. Cette impression disparut aussi vite qu'elle était apparue. Pour un peu, on aurait cru avoir rêvé.
Non loin de la mappemonde, trônait une magnifique théière ouvragée d'où s'échappait une vapeur parfumée, par le bec.

- Chocolat!

A peine Willow prononça-t-il le mot que deux mugs apparurent, flottant dans l'air, et que la théière versa un épais liquide odorant. Un des mugs flotta jusqu'à Ehlana pour s'arrêter juste sous son nez. Il aurait fallu être insensible pour ne pas succomber à l'arôme délicat et envoûtant du chocolat chaud.
Yan en avala lui-même quelques gorgées avant de répondre à la dernière question de sa jeune invitée:

- Crois-tu? Peut-être aime-t-elle à venir ici... Tu sais, il y a certaines personnes qui ne dorment bien que sur des surfaces dures et solides.

Il y avait une sorte de foi naïve dans sa voix.

- Mais tu as raison... Ca ne va être très pratique pour que je travaille.

C'était qu'il était directeur...

- Buvons notre chocolat et savourons l'instant. Nous nous occuperons de... ma sœur plus tard.

__________________
Hogwarts
40 ans - Directeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lapsus révélateurs   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lapsus révélateurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je suis Shima Stanley, pour me servir ! Oop's, lapsus, je voulais dire, pour VOUS servir ! {By Taki}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Hogwarts :: 

Les dédales du château ~ inside

 :: Deuxième étage
-
Sauter vers: