Back to Hogwarts

Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Eleanor Moon

Aller en bas 
AuteurMessage
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Eleanor Moon   Dim 27 Juin - 18:10:41

lol! le défi est lancé.

Parce qu'on a tous des tonnes de balles à se tirer dans la tête quand essaie de la comprendre...

Parce qu'elle aime mettre la bouse partout où elle passe...

Parce que chaque participant à l'aventure de BtH devrait en passer par là...

Parce qu'il ne faut jamais louper la moindre occasion de s'amuser Evil

Projet Biographique mode ON, Cible : Eleanor Moon.

Bientôt sur vos écrans Twisted Evil

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: Eleanor Moon   Dim 27 Juin - 19:43:11

On a tous nos galères. On croit chaque fois qu'il ne peut pas y avoir pire que celle-là, précisément celle qui nous tombe sur la poire, une qui nous renvoie à nos propres limites, nos faiblesses les plus inavouées voir inavouables disons-le clairement. Et puis l'épreuve est consommée. Alors une autre survient. Du genre à remporter la palme de toutes ses précédentes. Et à la céder aux futures présagées. Sans que l'on réussisse pourtant à les empêcher de se manifester elles aussi.

Je croyais rêver. Au fur et à mesure de ma mission, il m'avait semblé voir les choses s'améliorer, et ma situation prendre un cours paisible, rassurant. De ceux chargés de promesses de réussites, de carrières faramineuses parmi des collègues insoucieux, alors que les aiguilles de la Grande Horloge, elles, se jouaient bien de mes ambitions. Je marchais sous leurs ombres ciselées et elles, tournaient indifféremment mais sûrement vers le point initial du fiasco qui retourna le Département des Mystères de fond en comble. Ainsi sonna le glas de ma carrière nouvellement agonisante de Langue de Plomb. Dans cette Chambre du Temps.


Je ne cauchemardais pas non. Figé dans mon mutisme coutumier, force m'était d'admettre qu'à la différence d'un employé Ministériel angoissé parmi tant d'autres, mes pires craintes avaient un objet éminemment plus fondé que toutes les chimères cumulées du Département de Recensement des Créatures Magiques situé au-dessus de celui des Mystères. Mes jambes bougèrent de leur propre initiatives. Moi, un honnête et pondéré Langue de Plombs au service du Département des Mystères les plus épais et inconnus du monde magique Britanique à ce jour, je cavalais vers les Instances Supérieures en quête d'aide désespérée. Car il y avait urgence. Une alerte portant la mention Niveau 4 - ce qui était déjà en soi à la fois trop rare pour être pris à la légère et suffisamment élevé pour que retentisse l'alarme du Département séance tenante. Sous les lettres rouges lumineuses flottant aux quatre coins de chaque bureau, chambres, salles de réunions et laboratoires clignotaient d'autres lettres, blanches celles-là. Ces caractères étaient la raison de ma course éperdue. En deux minutes, un second incident en résulta. Les plus anciens d'entre nous vous le confirmeront, de mémoire, ce qui se produisait était sans précédent : tous mes collègues présents se bousculaient et couraient vers le même but, se poussant, se coinçant dans les encadrements de porte. Ici et là on s'interpellait.

- Que s'est-il passé ?
- Quand est-ce arrivé ?
- Quelqu'un a-t-il tenté d'intervenir ? Qui a réceptionné la... ?
- A-t-on une preuve qu'il s'agit bien de...

Notre directeur de Département, Mr Alfred Abscond, dut amplifier sa voix avec sa baguette pour se faire entendre. Chose inédite pour nous, les Langues de Plombs.

- Je veux les responsables du Sujet Défaillant dans mon bureau ! Qu'on éteigne l'alarme ! Ceux qui ne sont pas concernés reprennent leurs travaux !

J'étais seul responsable présent au moment du fait. Je suivis donc Mr Abscond en solitaire. Mon départ fut environné d'un silence assourdissant. La porte du bureau directorial se referma après mon passage, sonnant le glas du début de ma fin.

Je n'osais dévisager le visage ridé et sévère de mon supérieur hiérarchique. Lui ne se gêna pas pour me toiser.

- Mr Crow, Spécialiste en Magies non-sorcières et voyages inter dimensionnels, j'attends une explication. Qu'est-ce que ceci ?

Régalien dans sa posture droite et haute - car Mr Abscond mesure 1m90, ce qui lui permet de dominer pas moins de 92% de la population du Département qu'il dirige - sa main noueuse prolongée par sa baguette, pointait sur le message d'alerte encore présent au-dessus de son bureau.

ALERTE : NIVEAU 4
SUJET DÉFAILLANT : ELEANOR MOON


- Et bien, qu'avez-vous à dire ?

Je déglutissais péniblement. Dans ma tête défilait chaque élément relatif à ce projet nommé : Enfant de la Lune. Un dossier en cours dont j'avais la charge depuis presque 19 ans de métier au sein du ministère. Et dont les éléments chronologiques me revenaient par vagues successives. Qu'avais-je à dire ?
Mes yeux glissèrent un cran plus bas, vers la gauche du bureau en chêne massif. Une malle écrasait la corbeille à papiers du directeur. Sans doute était-elle apparue par magie. J'en devinais aussitôt l'identité de la propriétaire et sa provenance. Car je l'avais moi-même ensorcelée pour qu'elle nous revienne si d'aventure, le sujet de mon travail venait à.

- Hélas, Mr le directeur, pour l'instant je suis aussi dépourvu de réponses que vous-même. Mais je vais ouvrir une enquête et compulser toutes les archives relatives au sujet Eleanor Moon. Le projet Enfant de la Lune sera suspendu le temps que l'enquête nous en apprenne plus.

- Je vais envoyer l'un de vos collègues sur les lieux de l'incident. Quant à vous, préparez vos documents et révisez votre emploi du temps. Vous allez avoir de la Mandragore en pot, Mr Crow.
- Oui, Mr le Directeur.
- Emportez cette malle et inspectez attentivement son contenu.
- Oui, Mr le Directeur.

J'obtempérai.

Ma galère ne faisait que commencer. A côté de ces 19 années de dur labeur, les véritables ennuis nous rattrapaient. Et je n'étais pas sûr d'être en mesure d'en venir à bout. Il me manquait trop de paramètres, le principal étant Eleanor Moon elle-même; disparue Merlin savait où, Morgane savait pourquoi, le Voile de l'Arche savait dans quel état.
Moi, Stephen Crow, 43 ans, Langue de Plombs, j'avais un sérieux mystère à résoudre... Et pas une minute à perdre.

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: Eleanor Moon   Ven 9 Juil - 18:16:59

Deux jours s'étaient écoulés depuis la disparition de la jeune Eleanor Moon. Nul spectre de réponse ne se profilait aux frontières métaphoriques du mystère qui entourait la jeune Enfant de la Lune. Que s'était-il passé ? Quand avions-nous - nous, les Langues de Plombs chargés de la surveiller depuis sa naissance - loupé le coche ? Où se trouvait-elle ? Comment avait-elle réussi à nous semer, nous ?! Si tant était qu'elle vivait encore ! Je ne m'expliquai pas nos bavures parce que nous n'en faisions pour ainsi dire aucune. Mais il fallait bien qu'il y en ait eu, pour nous retrouver dans pareille situation.

Mes deux collègues, Astore Tremens et Nicolas Maldone s'étaient consacrés à éplucher les dossiers archivés du projet ces dernières quarante-huit heures. Quant à moi, j'avais rapatrié les autres données éparpillées aux quatre coins de la Grande Bretagne. Elles comprenaient les rapports de santé médicomagiques de l'hôpital St Mangouste, ceux d'Alexandreï Zagora, médicomage affilié à l'école de sorcellerie de Poudlard, des documents en provenance directe du département des Aurors, et les papiers de famille liés à la dynastie des BloodDust - famille dont Eleanor était, malgré tous ses antécédents, liée à la vie à la mort par son demi patrimoine génétique.

La réponse à nos interrogations résidait forcément quelque part dans toutes ces feuilles éparses. Une salle de conférence du Département des Mystères nous avait été exclusivement réservée. Astore, Nicolas et moi étions les seuls à pouvoir y entrer. Le sol en était couvert des effets personnels de notre cible. Les tables et les chaises soutenaient des piles de livres, de chemises parcheminées ou cartonnées, de notes voletant de-ci de-là. Oui, des indices se dissimulaient sous nos yeux dans ce capharnaüm. Ne restait qu'à les collecter, puis les ordonner jusqu'à ce que deux et deux fassent quatre... Si seulement tout pouvait être aussi simple !

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: Eleanor Moon   Lun 12 Juil - 10:26:54

Rapport Généalogique

rédigé par Astore Tremens


~*~

Identité connue de la cible :

Nom : Moon
Prénom : Eleanor
Date de Naissance : 22 Décembre 1992
Lieu de naissance : Néant
Nationalité : Britannique
Sexe : Féminin
Race : Sang mêlé Fils de la Lune/Sang pure
Ecole magique : Poudlard, 7eme année, Serpentard
Portrait actuel de la cible :

~*~


Identité connue des géniteurs de la cible :

Nom de la génitrice : Palmirya, Dynastie BloodDust
Prénom de la génitrice : Lisa
Date de naissance :21 Mars 1964
Date de décès :22 Décembre 1992
Lieu de naissance : Londres
Nationalité : Britannique
Sexe : Féminin
Race : Sang pure
Ecole magique : Poudlard, Serdaigle.
Métier : Langue de Plomb, Département des Mystères.
Portait de la génitrice :

~*~

Nom du géniteur : Inconnu
Prénom du géniteur : Inconnu
Date de naissance : Inconnu
Lieu de naissance : Probablement La dimension 15-XII A14 de la constellation des Psychées Mystérieuses... Communément appelée dimension des Fils de la Lune.
Nationalité : Inconnu
Sexe : supposé mâle
Race : Fils de la Lune, humanoïde
Situation sociale : Inconnu
Condition magique : Inconnu
Portrait du géniteur :Reconstitué d'après le fragment de mémoire Pensine de la Mage Lisa Palmirya-Moon



~*~

Nom du père adoptif : Moon
Prénom du père adoptif :Maximilien
Date de naissance : ***
Lieu de naissance : ***
Nationalité : ***
Sexe : homme
Race : humain, sorcier.
Situation sociale : Capitaine des Aurors, sécurité et défense de la communauté magique
Condition magique : Sang mêlé
Portrait du père adoptif : Photo surveillance prise dans un bar après la mort de sa femme, Lisa Palmirya.


__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...


Dernière édition par Eleanor Moon le Mer 13 Oct - 16:32:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: Eleanor Moon   Dim 10 Oct - 17:04:42

Témoignage de la naissance d'Eleanor Moon

recueilli et rédigé par Nicolas Maldone


*****Dans un soucis évident de confidentialité, aucune identité des langues de plombs présents au moment des faits ne sera mentionnée dans ce rapport.
Les évènement relatifs à la procréation du sujet Enfant de la Lune sont d'hors et déjà enregistrés dans un rapport annexe classé confidentiel de classe 5. Les usagers autorisés à les consulter et ces usagers seuls peuvent y avoir accès. Dans le cadre de mon enquête, je me réserve cependant le droit de donner quelques détails qui pourront avoir leur importance au cours de notre investigation.



21 Décembre 1992

Véga brille au-dessus du repère d'Arche. Cette étoile ne devrait ni être là, ni luire de cette façon. Au sein du Département des Mystères, nous avons donc convoqué une équipe d'aurors afin de dissimuler l'anomalie au reste de la population moldue londonienne. Nous avons pris soin de nous entretenir avec eux loin de l'Arche.

Mr D. est formel : l'activité de cette étoile est le signal que nous attendions tous. Un message de notre équipe d'explorateurs qui tente de revenir à nous. Ils passeront bientôt le passage de l'Arche, avec, nous l'espérons, des données capitales pour nos recherches sur un monde où vivrait un peuple similaire au nôtre. Les Fils de la Lune.

Hélas, c'est la 4ème fois que Véga se déplace au-dessus du ciel britannique, et jusqu'à présent l'Arche n'a délivré dans les secrets de ses voiles que des cadavres de collègues parfois devenus non-identifiables tant ils étaient endommagés. Nous craignons autant que nous nous impatientons. L'Arche est comble. Notre directeur s'est lui-même déplacé. Il aura pris soin de convoquer un Médicomage en toute confidentialité. Si le reste du Ministère Sorcier apprenait ce qui se trame entre nos murs, la Communauté Sorcière tremblerait comme nous tous ici présents.

Lorsque nous avons mis cette expédition sur pieds, nous imaginions que nos collègues vivraient une exploration et un voyage semblables à ceux décris par les conquistadors. Ils repousseraient la frontière du connu, nous rapportant témoignages et données essentielles pour nos recherches... Ramenant ainsi la preuve que nous ne sommes pas seuls dans l'univers. Cependant, les choses ne se déroulent pas telles qu'elles devraient. Déjà 6 Langues de Plombs morts à leur retour sur Terre... Reste, d'après la liste des explorateurs envoyés sur la Lune Pâle, une seule mage potentiellement vivante : Lisa Palmirya. Merlin puisse la secourir si elle tente à son tour l'expérience car elle pourrait bien finir comme ces prédécesseurs... Son maris, Maximilien Moon, est déjà venu plusieurs fois dans l'espoir d'avoir des nouvelles de sa femme depuis le début de cette exploration inter-dimensionnelle. Un Capitaine du Département des Aurors impressionnant qu'il ne ferait pas bon d'énerver. Nous avons décidé de ne rien lui dire concernant cette expédition à travers le Voile de l'Arche. De même, il ignore la fin tragique des collègues de Lisa... Nous savons qu'elle-même s'en est tenue au strict minimum lorsqu'elle lui a expliqué le but et le moyen de son voyage : une expédition par portoloin dans une zone inconnue pour une durée de 4 mois (terrestres). Non localisable, injoignable pendant ce laps de temps. Elle a omis l'essentiel : aucune connaissance d'aucun moyen sûr pour rentrer chez elle, aucune certitude d'en revenir vivante et bien portante.

On s'agite du côté de l'Arche.
Les Aurors quittent enfin le Département. Je m'approche à mon tour. Les premiers rangs de Langue de Plomb voûtent les épaules et sortent leur baguette. J'en fais tout autant et dresse, comme mes collègues, un bouclier préventif. Le dernier retour en date d'un explorateur s'est soldé par l'explosion des chairs du sujet à travers le Théâtre. Il fallut 2 jours pour rassembler tous les fragments...

Un courant d'air froid traverse l'assemblée...

Le Voile se lève. Une détonation digne d'un orage intense retentit. Nous retenons notre souffle.

(...)


Je vois une silhouette humaine. Elle tremble et vacille. Elle titube.
Les autres étaient tombés. Elle, se tient debout. Elle esquisse un pas vers nous...

La lumière chasse les ombres et son visage nous apparait.

Une face pâle et lumineuse comme la lune, un corps qui peine à se mouvoir.

C'est bien Lisa.
Ses longs cheveux flottent autour de ses épaules, comme pour délimiter sa silhouette maladroite et la rendre réelle. Sa robe sorcière grise a perdu ses attaches en argent et sa large ceinture. Le tissu danse autour de ses jambes, animé d'une volonté propre et vaporeuse.
Elle a survécu. Elle a trouvé un moyen de revenir indemne, contrairement aux autres membres de son équipe. Nous la regardons descendre une volée de marches, impressionnés. On dirait qu'elle ne nous voit pas. Ses lèvres closes grimacent sous l'effort de ses gestes lents.

Notre directeur s'avance enfin pour l'accueillir. Le Médicomage fend la foule dans son sillage.
La dernière exploratrice de l'équipe est de retour... Cette entreprise n'aura donc pas été vaine !
Nous sommes tous euphoriques. Nous applaudissons et nous étreignons les épaules et nous crions notre joie. Nous exultons.
Soudain une rumeur plus sourde se répand. Je ne sais ce qui se passe, mais le Médicomage fait léviter Lisa en position allongée. Le directeur trace une voie à travers ses employés et emmène la jeune femme et le guérisseur loin de l'Arche. Il m'interpelle au passage, je le suis.

Nul besoin d'entendre le diagnostique du Médicomage pour savoir de quoi il retourne.
Lisa dissimulait sous son ample robe sorcière grise un ventre énorme. Elle est enceinte.
Elle ne l'était pas avant de partir, nous le savons tous.
Ce détail nous bouleverse autant qu'il nous intrigue.
Le diagnostique suivant est encore plus étonnant. Le fœtus arrive à terme. Il se serait développé plus vite qu'un fœtus humain selon les propres dires affaiblis de Lisa. Elle nous avoue alors ce qui est survenu là-bas... Ce que je dois maintenant taire parce que j'ai prêté le serment du Sorcier de ne rien divulguer à ce sujet.

(...)

L'état de Lisa Palmirya empire d'heure en heure. Depuis son retour, on dirait que tout son corps se révolte contre notre monde. Sa peau rejette la carnation humaine et devient translucide sous la lueur des lampes. Le Médicomage qui prend soin d'elle l'a étendue sur un lit de camp, faute de pouvoir la transporter à Ste Mangouste. Elle ne supporterait pas le voyage, nous en sommes cruellement conscient. Le temps s'étire et se délite. Notre directeur aide Lisa à transférer ses souvenirs de l'expédition dans une pensine. Cela prend beaucoup d'heures, et l'aube vient bientôt colorer les fenêtres magiques du ministère sans que nous y prenions garde. A travers tout cela, une seule chose m'obsède.

Lisa Palmirya ne fait pas que transmettre son rapport de voyage au directeur. Elle partage ses ultimes instants. Je peux observer la mort gagner la bataille sur tout son être. Cette femme nous tait une information capitale. Et elle compte l'emporter dans sa tombe.

22 Décembre 1992

Le service de restauration du Département des Mystères nous apporte de quoi nous sustenter. Lisa est incapable d'avaler quoi que ce soit. De terribles douleurs lui arrachent des cris déchirants. Le Médicomage finit par nous faire sortir; directeur, collègues et moi-même. Le bébé arrive.

Les heures passent...
Mes collègues vont et viennent, jusqu'à ce que ce ballet incessant exaspère le directeur. Il les congédie tous. Je voudrai en faire autant mais il me retient.
Je reprend le fil de mes pensées.
Quelle chose sera-ce ?
Humain, monstre, sang-mêlé dégénéré ?
J'en suis là de mes questions quand la porte s'ouvre. Le directeur entre seul. Quelques minutes plus tard, il se retire précipitamment et me demande d'entrer à mon tour pour veiller sur la situation pendant qu'il file prendre des dispositions urgentes. En effet, nous avons rarement vu telle pagaille en si peu de temps. Au bout du couloir, les autres Langues de Plomb attendent, avides d'informations mais tenus en respect par l'autorité du directeur.

J'entre.
Les paroles du Médicomage me frappent alors en pleine face. Des mots qui pourtant ne me sont pas destinés.

- Je suis désolé, Lisa... Le bébé n'est pas vivant. Pas de pouls, pas de vie dans ses tissus, et sa magie est faible.

- Ne le soyez pas, souffla Lisa d'une voix éteinte, ce qui est arrivé faisait partie du pacte que j'ai passé avec les Fils de la Lune... Le bébé devait me préserver lors du voyage et me permettre de survivre... Mais pas naître en ce monde, vivant.

Elle s'interrompit soudain. Ferma les yeux. Puis elle les rouvrit et, s'apercevant de ma présence, mesura la portée de ses paroles.

Le Médicomage profita de son silence pour lui faire avaler quelques potions puis s'éclipsa. Alors Lisa s'adressa à moi.

- Vous devez me trouver monstrueuse, n'est-ce pas ? Quel genre de mère sacrifie son enfant pour sa propre survie...

Je ne répondais pas. Mon attention était focalisée sur l'enfant qui gisait dans un berceau blanc emplis de couvertures en tissus éponges immaculés. Il n'avait d'humain que l'apparence corporelle. Car sa peau translucide laissait passer la lumière de part en part, révélant un squelette délicat vaguement bleuté, des veines luminescentes blanches, des chairs transparentes comme le cristal. On eut dit une statue taillée dans la glace. Ses paupières closes dissimulaient deux puits gris perle sans fond. Le bébé aurait été une petite fille. Mais ce bébé-là n'abritait aucune vie, aucune âme. Il n'avait été qu'une coquille, un antidote, un laissez-passer entre deux mondes, une vulgaire clé peut-être ?

Je me tournais là où Lisa gisait étendue en travers du lit de camp. Elle était épuisée mais alimentait peu à peu un désespoir extraordinaire alors que les potions du Médicomage auraient dû l'endormir.

- S'il vous plait... Donnez-la moi, donnez-moi l'enfant.

Je ne sais ce qui me poussa à accéder à sa requête. Peut-être l'élan maternel vibrant dans chaque fibre de son être m'émut-il suffisamment.

Malgré ma répulsion pour la chose que le Mage Palmirya avait engendré, j'en saisis l'enveloppe textile et ce qu'elle contenait. Je lui glissais le tout entre ses bras offerts. Telle un animal blessé, Lisa, serra la créature contre son sein et se pelotonna au fond du lit.

- Toute ma vie, je n'ai agis qu'égoïstement... Et cela ne me posait aucun problème... J'ai toujours eu l'art d'occulter les cas de conscience... Alors pourquoi ? Pourquoi le fait de savoir que tu ne vis pas me fait aussi mal ? grommelait-elle.

Je décidais d'aller chercher le Médicomage. La santé mentale de Lisa en dépendait. Dans mon dos, je l'entendis encore.

- C'était ce que nous avions convenu, tu ne peux pas vivre, tu comprends ? Ils ne l'auraient pas permis, tu devais me ramener vivante chez moi, c'était cela ta mission... Tu n'as pas ta place ici, ni là-bas, tu n'es pas destinée à vivre. Tu n'as même pas de nom. Sauf si je décide de... Sauf si je donne ma vie pour te sauver et t'éveiller. Mais je les trahirai tous en faisant ça...

Je franchissais le seuil. La situation dégénérait, je le sentais.

- Guérisseur ! J'ai besoin d'un guérisseur de toute urgence ! Hurlai-je à travers le corridor.

Les langues de plombs qui passaient non loin de là partirent en courant. Je fis volteface. Lisa serrait toujours le paquet de couvertures contre son sein. Son visage était lumineux et ses épaules tremblaient.

- C'est la seule solution... Je veux que tu vives Eleanor. C'est plus fort que moi!

- Que se passe-t-il ?
Le Médicomage entra.
- Qu'a-t-elle donc ?
- Je crois qu'elle perd l'esprit. Avouai-je. Elle tient des propos incohérents.
- C'est elle qui s'est emparée du bébé ?

Ce qui se passa alors nous paralysa et bloqua nos mots dans nos gorges. L'éclairage devint ténèbres en une déflagration invisible mais totale. Nous fument plongés dans le noir. Un cri de nouveau-né s'éleva. Un éclat de voix cristallin, pur comme un diamant, qui fusa et nous traversa de part en part. J'entendis un bruit de chute mat, sourd. Je tirai ma baguette pour y voir clair. Lisa était tombée de côté, le guérisseur la retenait par les épaules mais sa tête avait basculé en arrière.

- Attrapez le bébé avant qu'il ne tombe ! Me cria-t-il.

Je me saisis des couvertures juste à temps. Un pan de tissu glissa sur mon bras. Une petite main frôla ma manche; une main froide sans carnation, gracieuse, pure, aux délicates veines luminescentes. Le bébé bougeait. Il vivait. Ses pleurs paraient la salle de vibrations poignantes. Je le serrai contre mon torse sans comprendre mon geste. J'avais conscience que l'être n'était pas humain, mais je désirai le protéger. Sa tête vint naturellement se caler dans le creux de mon épaule. Ses grands yeux gris illuminaient son petit visage fin, j'y vis une âme en éveil, et au-delà, les motifs de ma robe sorcière. L'enfant était à la fois tangible et irréel... Matériel et pourtant féérique. L'enfant de Lisa... Un Enfant de la Lune.

- Elle est morte ! Souffla le guérisseur un peu plus loin. Je ne peux la réanimer, elle est morte !

Le bébé pleurait sans discontinuer. Jamais je n'oublierai ces sons-là. Des sanglots hauts perchés, sensibles, escortant l'âme de Lisa dans l'au-delà. Je ne sais combien de temps nous restâmes ainsi, noyés par la douleur de la perte d'une collègue, et celle qu'un enfant exsudait à travers un langage primal universel.


On prévint nos supérieurs et des dispositions semblables à celles prises pour nos défunts collègues furent décidées. Je n'étais pas là quand Maximilien Moon, mari de Lisa Palmirya, fut convoqué au Département des Mystères.

On m'avait demandé d'emmener l'être dans la section spéciale du Département. Une équipe triée sur le volet prit ses mensurations puis on l'examina attentivement. Je sais qu'il fallut attendre plusieurs jours pour que cette créature acquière la carnation humaine. En dépit de quoi elle devint aussi pâle que de la nacre. Nous la déclarâmes au registre des naissances de Ste Mangouste, sous le nom d'Eleanor Moon, fille de Lisa Palmirya et Maximilien Moon. Je ne sais ce qui poussa le directeur à confier l'Enfant de la Lune à ce Capitaine des Aurors colérique et irascible. Mais c'est ce que nous fîmes néanmoins. L'équipe qui s'était chargée d'étudier Eleanor après sa naissance fut nommée responsable de sa surveillance. Mr C. fut délégué par le Département des Mystères pour remettre l'enfant à son père adoptif. Ce fut la dernière fois que je vis Eleanor en chair et en os.

La famille de Lisa est riche, puissante, influente en Angleterre parmi la communauté sorcière. L'enterrement eut lieu dans l'une de leur propriétés et on dit que la cérémonie y fut grandiose. Sa sœur interdit la présence des Langues de Plombs aux funérailles. On dit que Maximilien Moon s'y rendit seul. L'équipe de surveillance uniquement sait ce qu'il advint d'Eleanor ce jour-là.

La suite reste floue dans ma mémoire. Il me semble que Maximilien Moon ne s'est jamais remis de la mort de Lisa. Cinq jours après les funérailles, il engagea une procédure judiciaire du Magenmagot contre le Département des Mystères. Et confia Eleanor à Natacha Palmirya, la sœur de Lisa. Il ne supportait pas la simple vue de l'enfant. Elle le révulsait littéralement.







__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...


Dernière édition par Eleanor Moon le Mar 12 Oct - 20:59:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: Eleanor Moon   Mar 12 Oct - 20:28:00

Rapports de Surveillances
Projet Enfant de la Lune

Responsable : Stephen Crow


Vous trouverez ci-joint les raisons de nos craintes quant à la sécurité du sujet. Il semblerait que l'Auror Moon ne soit pas en mesure d'assurer un cadre parental stable pour l'enfant de Lisa. Nous ne pouvons que redouter un terrible accident à travers les observations qui suivent.

28 Décembre 1992, 11h54 pm

La tempête faisait rage autour de la petite maison en briques rouges. Les cris de rage et de désespoir, gémissements puissants d'une âme meurtrie, résonnaient, étouffés, sous le souffle inconstant du vent, tel le sifflement irrépressible d'un dragon furieux. Plus aigus, plus ténus, les pleurs d'un enfant, d'un nouveau-né, parvenaient à peine à se faire entendre – des semaines durant, la lutte sonore de ces deux voix contraires n'avait cessé de heurter le silence tranquille d'un quartier sans histoire. Nul Moldu cependant n'y prenait garde. Tenus à distance par on ne sut quelle magie, ils ignoraient tout du drame qui se nouait, à quelques pas à peine de leur propre existence égo-centrée.

Des claquements vinrent ponctuer les hurlements, secs, violents. La force mal contenue de l'homme en colère, tournée contre l'inanimé, suffisait à ébranler les murs ; l'enfant n'avait aucune chance de survie, entre ses mains.

En quelques minutes, tout fut prêt. Tenant le sac d'une main, l'enfant maladroitement serré contre son torse, l'homme sortit dans les tourbillons de neige qui s'abattaient sur Londres endormie. Le froid les assaillit aussitôt, vierge de tout sentiment de pitié. Luttant contre la bourrasque, l'homme remonta la rue, traversa boulevards et avenues, le pas sûr bien que ralenti, retenu. Le vent, contraire, paraissait vouloir les ramener à leur point d'origine, condamner leur chemin solitaire et sa destination. Leur fureur se déchaînait en un combat opposant l'Homme et les Éléments.

Les murs se suivaient, tous semblables dans le tableau rayé de la nuit enneigée. Succession de fenêtres sombres ou illuminées, de portes fermées et de volets clos. De guirlandes lumineuses et d'arbres décorés, immense fresque d'enluminures brillant à la gloire de Noël. Jetant au visage de l'homme et de son enfant la joie infâme des ignorants.

L'immeuble fut bientôt en vue. Accélérant le pas, l'homme parvint à s'abriter à son porche ; quelques secondes, et un carillon, étrangement nerveux, résonna autour de lui. Il fallut deux courtes minutes à la femme pour descendre, alertée. Les cheveux en désordre, un peignoir ceignant ses reins, elle apparut, élégante, hautaine ; tout juste éveillée. Elle le reconnut – ils se toisèrent. Longtemps. En silence. Surprise pour elle, tout d'abord, puis hostilité non dissimulée. La rage de l'homme, depuis des heures ne décuplait ni ne se tempérait.

La discussion serait un combat.


*

Avons pris Mr Moon en filature pour savoir où il emmenait l'enfant. Nous nous préparions au pire et avions songé à l'éventualité de devoir en venir aux baguettes. La suite vous étonnera sans doute, mais pourrait arranger nos affaires.

*

-Prends-la.

-Je te demande pardon ?

-Prends l'enfant.

-Il en est hors de question.

-Prends-la, ou je jure que je la tue.

Dans le silence feutré de la nuit, leurs regards se livraient un combat sans merci. Les mots, lourds de sens, semblaient planer entre eux comme un impénétrable voile de noirceur absolue ; la menace latente d'une violence trop longtemps contenue. La sincérité de l'homme ne pouvait être remise en doute : sa douleur, palpable, transcendait sa détermination. Ce nourrisson, aussi chétif et pâle qu'il fût, était l'incarnation même de sa propre malédiction. La personnification opalescente des malheurs émaillant son existence.

La femme, résolue, le fixa longuement. Puis jaugea l'enfant ; le bébé, dont la neige accentuait l'inquiétante blancheur, l'observait avec curiosité de ses intrigants yeux d'argent, la peau brillante de larmes désormais taries.


-Très bien, gronda la femme.

Sans plus attendre, elle resserra son peignoir, et prit l'enfant des bras de l'homme. Sans douceur, sans amour. Sans, jamais, le moindre sentiment. Prenant l'être vivant comme on s'approprie un objet. D'une main, elle tendit sa baguette entre père et fille ; geste sûr, décidé. Dure, sévère, sa voix claqua dans le vent d'hiver, aussi mordante que le froid de la neige.


-Tu renonces à tout droit sur cet enfant, déclara-t-elle, solennelle.

-Je n'en ai jamais voulu.

L'indifférence le gagnait ; soulagé de perdre la source de ses malheurs, l'homme espérait revenir à plus d'insouciance - revenir à sa vie, oublier celle de ce petit être rejeté.

Sourire prédateur, pleinement satisfait. La femme ramena sa baguette contre son flanc.


-Je te retire à jamais tout droit sur elle. C'est désormais ma fille, en vertu des lois magiques du renoncement parental. Ne reviens jamais ici ; ne tente jamais de la revoir.

Nouveau silence, étouffé du souffle glacial de la tempête. Le sourire mesquin de la femme s'estompa, remplacé par le mépris, le dégoût. Face à face indéfinissable de deux cousins que tout séparait.

-C'est tout ce qui te reste d'
elle, Max, et tu t'en débarrasses sans le moindre remords ?

-Tu ne peux pas comprendre.

-Certainement pas. Mais elle n'aurait pas souhaité ça.

-Tu ne sais pas de quoi tu parles.

-Elle était ma sœur, Max.

-Elle était ma femme.

Sans un regard pour celle qui fut sa fille, Maximilien Moon disparut dans la nuit, l'abandonnant à Natacha Palmirya. Sans elle, il croyait pouvoir échapper à sa souffrance. Sans elle, il croyait pouvoir recommencer à vivre.


Vous voudrez bien convoquer Mme Palmirya au Département des Mystères pour convenir d'un arrangement concernant l'Enfant. Il semblerait que Maximilien Moon renonce à ses droits concernant sa 'fille' et les cède à la soeur de Lisa Palmirya. Cela pourrait nous être profitable, transmettez ce rapport au directeur dans les plus brefs délais. Affaire à suivre,

Signé Stephen Crow.

( écrit avec la participation de Loevi Leroy)

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eleanor Moon
Préfète
avatar

Messages : 246
Date d'inscription : 01/09/2009
Age : 31

Who I am ?
Maison: Serpentard
Age: 18 ans
Links:

MessageSujet: Re: Eleanor Moon   Dim 24 Oct - 8:08:25

Rapports de surveillances

Projet Enfant de la Lune



Responsable : Stephen Crow

Raison du rapport ci-joint justifié par un accident magique du sujet.

18 Avril 2000, 4h02 am


La petite Eleanor Moon a disparu. Nous avons pris l'habitude de la voir sortir sur le perron de la demeure londonienne de Natacha Palmirya à 4h00 am précisément. Il semblait que l'Enfant de la Lune aimait observer les étoiles avant l'aube. Pour des raisons que nous ignorons, ce ne fut pas le cas ce matin 18 Avril 2000. Nous sommes donc allés sonner chez Mme Palmirya. Eleanor Moon n'était pas dans sa chambre. Son elfe de maison Ristify ne nous a été d'aucune aide. Le sortilège qui nous permet habituellement de savoir où elle se trouve en temps réel s'est dissipé. Cela n'aurait pas dû se produire.

Nous lançons donc un avis de recherche en espérant que quelqu'un sera en mesure de la localiser pour nous.


AVIS DE RECHERCHE

ALERTE NIVEAU 4


ELEANOR MOON, 8 ANS
DISPARUE DEPUIS 1H

Si vous la voyez, prière d'adresser toute information utile au responsable Stephen Crow, Langue de Plomb, Département des Mystères. Récompense de 50 gallions pour toute aide utile.


18 Avril 2000, 6h02 am

Témoignage d'une patrouille d'aurors, Gary Weels & Edgad Wormfield

- Vers 3h00 ouais.

- Abruti d'ivrogne à deux pâtés de maison, il soutenait mordicus avoir vu une gamine disparaître sous ses yeux.
- Dans un flash lumineux
- Sans un bruit.
- L'était là quand il a porté sa bouteille de whisky à sa bouche.
- Il l'a perdue de vue de secondes en retournant la bouteille pour la vider.
- Flash lumineux
- Plus de gamine sur le perron.
- Il était bon pour un aller simple aux Oubliettes, on lui a jeté son sort.
- Honnêtement quel gosse de ce quartier résidentiel serait assez maboule pour sortir sur le perron à 3h du matin ?
- Sont trop bien élevés par ici.
- Tout à fait.


Nous avons la confirmation du témoignage. On a trouvé la trace magique d'un transplanage à l'endroit indiqué. Nous ne pouvons expliquer le flash lumineux cependant. Où a transplané l'Enfant de la Lune ? Elle peut être n'importe où.

__________________
Serpentard
17 ans - 7ème année

Je suis,
Moi aussi,
Je n'en ai jamais douté.

Moi non plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eleanor Moon   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eleanor Moon
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» Orks: Bad Moon
» armée bad moon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Hogwarts :: 

Parce qu'il faut bien passer par là

 :: You & the Others :: Biographies
-
Sauter vers: