Back to Hogwarts

Jeu de rôle basé sur les règles inventées par J.K. Rowling dans l'univers de Harry Potter.


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [SACM - cours un] Les Lotharans

Aller en bas 
AuteurMessage
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: [SACM - cours un] Les Lotharans    Mar 21 Sep - 19:12:08


Le Lotharan




Des vagues restes de brume s'enroulaient autour du paysage écossais. La forêt interdite elle-même semblait nimbée de mystère et la visibilité était légèrement réduite. Rien de bien inquiétant puisque dans le courant de la matinée, le soleil viendrait à bout de ces remugles.
L'heure tournait et Willem Wyndham finissait les préparatifs de son prochain cours et ça n'était pas faute d’avoir été prévoyant. Il venait tout juste de ramener le dernier spécimen dans le bassin qui servait de refuge à son groupe de Lotharans. Pas que ledit spécimen se soit enfui, le Lotharan était plutôt léthargique de nature. Mais, certaines créatures de la forêt interdite - les farfadets d'Ecosse, pour ne pas les citer - leur trouvaient un certain charme comique et s'empressaient d'en subtiliser pour leur loisir personnel. Le Gallois aurait laissé courir si seulement le nombre de Lotharans n'était pas exactement proportionnel au nombre d'élèves.

Il occupa le quart d'heure restant avant onze heures pour passer en revue l'état de santé de ses petits protégés. Le Lotharan était une petite créature fragile qui demandait beaucoup de soins. Il s'attendait à quelques morts prématurées dans le lot. Le Gallois se consolait en songeant que c'était dans un but cognitif. Le décès de ces petits animaux permettrait peut-être à un ou deux élèves d'en apprendre un peu plus long et, surtout, de se coucher moins idiots et naïfs le soir même.

Enfin, alors que les premières silhouettes estudiantines se dessinaient à l'orée du château, Wyndham se releva et regagna son muret préféré pour faire face à l'arrivée de ses élèves. Comme à son habitude, son regard était perdu dans le lointain et sa mine était sévère. Ce qui ne l'empêchait pas de ne pas perdre une miette de ce qui se déroulait sous ses yeux. Il surprendrait le moindre mouvement de surprise, la moindre humeur. Il guettait surtout le petit frisson de curiosité qui éclairerait, avec un peu d'espoir, le regard de l'un ou l'autre des nouveaux venus. Mais de toutes ces informations, pas une seule n'affecterait le masque de son visage.
Sur son muret, donc, il accueillit les premiers venus dans un silence relatif. Derrière lui, à sa droite, le bassin, dont le sol était recouvert de feuilles de chaponce, était rempli par ses Lotharans. Il s'agissait de petites créatures ressemblant aux pieuvres des fonds matins, à ceci près qu'elles arboraient une belle teinte d'un bleu clair, mesuraient une quinzaine de centimètres, possédaient uniquement cinq tentacules et avaient la peau sèche.



Elles bruissaient doucement. La sonorité évoquait le murmure et on n'était pas si loin du compte.
Elles étaient inconnues pour la plupart des élèves (hormis peut-être les passionnés qui se révélaient si peu nombreux) pour la bonne raison qu'elles ne figuraient pas dans le listing réalisé par Newt Scamander. Une regrettable erreur. Mais au terme de ces deux heures, il aurait remédié à cela et les élèves de Poudlard repartiraient un peu moins ignorants.
Il ne fallait pas se faire d'illusion.




Comme d'habitude, postez votre entrée, à votre guise. Profitez-en pour faire le point sur votre début d'année et votre positionnement général. Vous pouvez faire mention des cours précédent (le premier à poster aura bien évidemment raison, aux suivants de s'adapter) ou de tout autre détail qui vous paraît important ou que vous avez envie d'évoquer.
Nous aborderons la véritable nature du Lotharan dans quelques jours.
D'ici-là, à vos claviers...


__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meghan Cameron
Préfète
avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 26

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Ven 1 Oct - 16:41:45

Un malheur ne venait jamais seul.
Redoubler était une chose. Devoir participer aux cours de SACM tenus par le professeur Wyndham une année supplémentaire en était une autre. Surtout quand, comme Meghan ce matin-là, on était en retard. Or, Wyndham avait horreur du retard. A tous les coups, elle était bonne pour une nouvelle retenue. Son humeur ayant chuté de "neutre" à "mauvaise" n'arrangerait certainement pas les choses. Il y avait en effet tout à parier que l'annonce de sa retenue s'accompagnerait d'une petite remarque sarcastique dont leur enseignant avait le secret. Et Meghan avait peur de ne pas être en mesure de se taire. Or, et elle ne le savait que trop bien, il était vain d'espérer avoir le dernier mot avec lui.
Sans compter que la rumeur disait qu'il avait de plus en plus d'influence dans la vie du château. Et elle n'avait vraiment pas les moyens de se mettre à dos quelqu'un comme lui. Le Professeur Willow avait gentiment (et un tant soit peu naïvement) accepté de la réintégrer, même après le début de l'année. Et, malgré son statut de directeur de Poudlard, elle n'était pas certaine que sa décision ferait le poids face à l'obstination de Willem Wyndham. Elle n'avait jamais fait partie de ses élèves préférées, se classant elle-même parmi ses têtes noires. Elle n'avait plus qu'à faire le dos rond et concentrer ses pensées sur quelque chose d'autre, quitte à se donner l'air niais et absent que leur professeur semblait attendre d'elle.

A quelques mètres du petit groupe d'élèves, elle finit par choisir la théorie compliquée exposée par le professeur de Potions, la veille, lors du dernier cours. Elle en était certaine, elle avait déjà étudié le sujet l'en passé mais le tout lui semblait aussi obscur que le fond de son chaudron par une nuit sans lune.
Tentant de se faire la plus discrète possible, elle se glissa au milieu des élèves du dernier rang qui, soit par compassion, soit parce qu'elle faisait vraiment peur à voir, se poussèrent pour lui faire une petite place. Au bout d'un court moment, histoire de ne pas se faire remarquer pour cause d'absence d'attention évidente, elle porta ses yeux sur ce qui apparaissait être le sujet du cours de ce jour.


'Erk.'

Pourvu qu'on ne lui demande pas de toucher à cette chose. C'était peut-être très mignon, avec beaucoup d'imagination et vu de loin, mais le contact devait être répugnant. Il y avait quelque chose dans les yeux de cette créature qui la révulsait.

__________________
Gryffondor .18 ans - 7ème année
Craving for him...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bell Miller
Elève
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Mar 5 Oct - 20:11:24

D'un coup de plume, Bell ratura le nom de sa cousine dont elle avait récupéré le manuel de Soin aux Créatures Magiques et le remplaça par le sien . Nombre de pages comportaient des notes ou étaient cornée. La couverture était souillé par les tâches d'encre.

-"Ce serait bien qu'on étudie des dragons!"
-" Des dragons? Mais c'est trop dangereux! Les licornes c'est mieux!"
-"Bien un truc de fille ça!"

La table des Gryffondor était animée, excitée à l'idée de vivre son premier cours de Soin au Créatures magiques.

"Pour ma part, j'adorerais voir un Hippogriffe. Ça a l'air vraiment impressionnant comme animal!"

L'une des créatures sur lesquelles s'était arrêtée Bell en feuilletant rapidement son manuel de SACM était l'hippogriffe. Elle avait trouvé qu'il était la plus belle des créatures du manuel. Certes, quelques autres étaient aussi fort impressionnantes, avec des photographies ou des croquis sublimes... Mais Bell avait manifestement jeté son dévolu sur l'hippogriffe.

"En tout cas, ça risque d'être super impressionnant!"

Sur ces mots, le groupe de quatre, en robe noire, arriva à la salle où avait lieu de cours de SACM. Il y avait déjà du monde dans la salle. Le professeur se tenait au fond de la salle, le visage figé et austère. Il avait l'air au moins dépressif et son cours s'annonçait plombant pour les quatre Gryffondor. Ils se regardèrent d'un air à la fois surpris et de toute évidence déçu. Ils s'attendaient sans doute à être reçus par un professeur jovial, souriant, un peu comme leur exubérante professeur de potions.
Le groupe alla rapidement rejoindre les autres élèves.
Bell porta alors son attention sur le professeur de SACM, attendant une réaction, un moindre mouvement qui annoncerait le début du cours. Mais elle fut surprise par un coup dans son épaule gauche. Sa camarade lui désigna un du regard un grand bassin auquel Bell n'avait pas fait attention en entrant, absorbée par son nouveau professeur. Elle vit, flottant à l'intérieur, de minuscules créatures à l'allure étrange. Elles bougeaient à peine, ce qui créait une ressemblance étrange entre elles et le professeur.

"C'est ce truc qu'on va étudier?"
Son ton exprimait une certaine amertume. Sa voisine de gauche acquiesça d'un mouvement de tête.
Il était clair que ces machins n'étaient pas aussi impressionnants que des hippogriffes ou des dragons. Ils étaient ridiculement petits et laids. On aurait dit cinq petits serpents qui se partageaient une seule et unique tête. Bell se dit qu'une telle créature avec un seul cerveau pour cinq ne devait pas être fort intelligente.
"À ce moment on aurait aussi pu étudier des Veracrasse!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loevi Leroy
Préfète
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2009
Age : 33
Habitation : Poudlard

Who I am ?
Maison: Poufsouffle
Age: 19
Links:

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Dim 10 Oct - 21:07:56

Si elle était encore là cette année, c'était bien à lui qu'elle le devait. Alors, bon gré mal gré, elle lui devait bien d'assister consciencieusement à son cours. D'un autre côté, il avait pour lui d'enseigner la matière qu'elle préférait - et où elle avait toujours causé le moins de catastrophe, juste derrière la Botanique. Et puis, comble de tout, elle avait découvert à leur dernière entrevue, juste avant la rentrée, qu'elle l'appréciait. Mais ça, elle le garderait pour elle. Il n'était pas toujours bon d'afficher tant d'estime envers un prof, surtout quand, comme elle, on entamait pour la troisième fois consécutive une septième année. Et elle tenait à cette toute nouvelle place d'aînée sympathique qu'elle venait curieusement d'acquérir avec ses cours du soir improvisés.

Alors qu'elle s'approchait de la clairière où devait se dérouler le cours, elle aperçut la silhouette de Wyndham, perchée sur un muret. Elle s'imagina d'avance la mine rébarbative qu'il ne manquerait pas d'arborer, et sourit à cette idée. C'était exactement comme l'année précédente, à ce cours cataclysmique où il les avait jetés tous en pâture à la Forêt. C'était exactement comme toutes les autres fois. A croire que le grand Willy ne voulait pas être aimé de ses élèves. Ou qu'il ne les aimait pas - c'était la rumeur, mais Loevi n'y croyait pas, non, pas après ce qu'il avait fait pour elle. Peut-être qu'elle lui demanderait, un jour. Mais elle doutait qu'il fut un jour d'humeur suffisamment bonne pour lui donner envie d'essayer.

Elle salua de la tête deux pauvres Poufsouffle visiblement intimidés par leur professeur, leur adressant également pour l'occasion un sourire rassurant, et se faufila vers le premier rang, non par flagornerie mais pour profiter du cours aux premières loges et, surtout, lancer à Wyndham un invisible sourire agrémenté d'un
"Bonjour, prof" qui contrastait étrangement avec ses précédentes préoccupations. Puis elle jeta un coup d'œil à la grande bassine d'où s'échappait un chuchotement ininterrompu. Et haussa un sourcil.

Ces bestioles lui disaient quelque chose, c'était certain. Mais elle avait rangé ses livres depuis quelques années déjà et une partie de ce qu'elle y avait appris - un surplus d'informations du genre dont seuls les Serdaigle s'embarrassent d'ordinaire - s'était semblait-il perdu avec le temps et les emmerdes. Mais bon, elle savait qu'elle devrait attendre que tout le monde soit arrivé pour qu'il daigne leur donner le nom de ces créatures, et elle pressentait, malgré ses efforts, qu'elle n'arriverait pas à se souvenir d'elle-même. C'était décidé, à la première occasion, elle se jetterait à nouveau dans ses livres.

Si elle s'en laissait le temps.

__________________
Poufsouffle
19 ans - 7ème année forever

Fugueuse multi-récidiviste...

Parce qu'il n'y a que ça de vrai

* J'veux mon diplôôôme !!! *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Dim 17 Oct - 19:33:18

"À ce moment on aurait aussi pu étudier des Veracrasse!"

Le très grand avantage du silence intérieur et de la concentration était que l'oreille s'affinait et que l'attention pouvait se diriger vers n'importe lequel des détails dont son cours se faisait le théâtre. L'air préoccupé et suprêmement désintéressé de Wyndham en avait trompé plus d'un. Aujourd'hui, c'était au tour ce cette petite jeune fille de première année d'en faire les frais.

- Les veracrasses, élève Miller, sont totalement dépourvues d'intérêt.

Contrastant avec son immobilité présente, le ton du professeur sembla claquer dans l'espace vacant devant lui. L'attention de la plupart des élèves lui revint. Pour le moment, celle des élèves qui l'avaient fréquenté l'an passé et qui savaient les risques qu'ils prenaient à se montrer distraits ou indisciplinés. Bien tenir ses classes était le strict minimum, quand on avait choisi (ou n'avait pas choisi du tout, dans son cas) d'enseigner. Beaucoup de ses collègues feraient bien de s'en souvenir.

Les Veracrasses dépourvues d'intérêt. Pour que Willem Wyndham dénigre une seule de ses précieuses créatures magiques, il fallait vraiment que celle-ci soit effectivement d'une banalité et d'un désintérêt magistraux.


- Ce qui n'est assurément pas le cas des Lotharans, ici présent. Je crois que vous risquez de regretter vos paroles sous peu, jeune fille. Et pas seulement à cause des cinq points que vous venez de faire perdre à votre maison.

Bien.
Désormais, le cours à proprement parler pouvait commencer.


- Je ne vous ferais pas l'affront de vous demander des précisions sur ces créatures. A moins d'être d'un naturel curieux et d'avoir parcouru quelques ouvrages de références méconnus du grand public, vous ignorez tout de la nature du Lotharan. Aussi, je vous conseille d'être particulièrement attentives et attentifs car je ne me répéterai pas deux fois et les informations que vous allez glaner pourraient se révéler déterminantes pour la suite.

Dans son langage, cela signifiait: emparez-vous donc de votre plume et de parchemin, jeunes gens, e prenez en note ce qui suit.
Là-dessus, le Gallois plongea une main dans la masse grouillante des petites créatures... et attendit. Au bout d'un laps de temps relativement raisonnable, un des Lotharans commença à gravir son bras en rampant. Il le laissa monter jusqu'à son épaule sans le moindre commentaire. Ou le moindre frisson.


- Règle numéro Une: n'imaginez pas pouvoir faire plier un Lotharan à votre volonté. Il s'agit d'une créature libre et farouche. Vous vous mordrez amèrement les doigts si vous tentez de le forcer à quoi que ce soit.

De s la pointe de ses tentacules, le Lotharan semblait tâter du terrain. La joue de l'enseignant, en l'occurence.

- Les capacités du Lotharan sont d'ordre psychiques. Ils sont inoffensifs... généralement. Une fois que le Lotharan vous a accepté, il se crée une sorte de symbiose entre son esprit et le votre. Délicat et discret, au départ. Il lui faut du temps pour se laisser apprivoiser. Ou pour se laisser apprivoiser.

Le Gallois se tut. Longtemps. Il attendait que l'intérêt des élèves s'éveille et que les plus curieux posent des questions. Pendant que tous les autres réagiraient, à leur manière.

Son regard se porta sur l'élève Cameron qui était un véritable cas d'école. Il avait entendu parler de ses déboires. Il faudrait qu'il l'invite à rester après le cours. La discussion pourrait se révéler intéressante.
Ses yeux se posèrent ensuite sur l'élève Leroy. Là non plus, il ne réagit pas. Ce qui ne l'empêcha pas de ramener à sa mémoire les derniers jalons de leur histoire commune.

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ehlana Kalten
Préfète
avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 29/07/2009
Age : 29
Habitation : Hastings

Who I am ?
Maison: Serdaigle
Age: 16 ans
Links:

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Lun 18 Oct - 9:52:00

Oui, vraiment, rien ne changeait à Poudlard. Pauvre première année, elle ne connaissait pas encore les drôles de phénomènes qui peuplaient les couloirs du château ou les terrains avoisinant, mais Ehlana ne doutait pas maintenant qu'elle allait réfléchir à deux fois avant de faire un commentaire en présence de Wyndham. C'était bien le seul avec qui les débuts de cours étaient d'un silence de mort, où personne n'osait parler, pas même chuchoter, sauf si il ou elle avait décidé de plomber le sablier des points de sa Maison.

Il aurait fallu plus d'une vie pour lire tous les ouvrages existants, dans toutes les disciplines possibles et inimaginables, dont ceux qu'avait cité Wyndham, sans donné de référence concrète. Mais ce n'était pas encore vraiment le moment de poser des questions de ce genre, la démonstration avait pris la place aux remontrances et le prof faisait déjà étalage de ses connaissances en la matière. Il n'eut pas besoin de préciser de prendre de quoi noter à la Serdaigle, qui était déjà prête depuis un petit moment (pas de temps à perdre !).

Ehlana gribouilla sur son parchemin qu'on ne pouvait pas forcer la volonté d'un Lotharan (avec une grande accolade à côté pour ne pas l'oublier), alors qu'elle penchait la tête pour mieux voir la petite bête escalader comme si de rien n'était le bras de Wyndham, puis monter encore jusqu'à se stabiliser au niveau du visage de celui-ci. La Serdaigle reprit ses notes où elle les avait laissé, ajoutant cette fois quelques mots qu'elle mettrait en forme plus tard, puis leva la main pour poser la question qui lui brûlait les lèvres :

- Quels sont les références des livres dans lesquels il est question de Lotharans ?

Quelques têtes se tournèrent vers elle, mais Ehlana haussa vaguement les épaules.

*Bah quoi ? C'est important non ?*

Bon, ce n'était certainement pas le genre de question auquel on s'attendait en premier lieu et la jeune fille continua sur sa lancée, maintenant qu'elle avait la parole.

- Vous avez précisé qu'il se créait un lien psychique entre le Lotharan et l'hôte, mais... c'est à dire ? Les deux esprits ne font donc plus qu'un ? On ne peut plus différencier celui du Lotharan du nôtre ? En quoi est-ce... utile ?

Herm, la dernière question aurait certainement mérité d'être formulée d'une autre façon, à bien y réfléchir.

__________________
Serdaigle
Serdaigle - 7ème année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://soleilsanglant.surmonde.net
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Mer 3 Nov - 13:08:06

Un autre que Willem Wyndham aurait souri à l'intervention de l'élève Kalten (preuve qu'elle, à tout le moins, était attentive à son petit discours). Lui se contenta de l'observer brièvement mais intensément. Quelque part, cette nouvelle information s'archivait dans son dossier "Ehlana Kalten". Il était ainsi fait. Chaque bribe récoltée était recensée dans une partie de son cerveau qu'il convoquait lorsque le besoin se faisait sentir. De cette façon, ce qui pouvait paraître surprenant pour certains, il agissait toujours vis-à-vis d'un individu en toute connaissance de cause. Jamais on ne l'aurait surpris à faire du favoritisme ou de la discrimination, précisément pour cette raison-ci. Froid et distant, il tenait à sa réputation d'homme sévère mais juste.

- Vous pourrez trouver mention des Lotharans dans Créatures oubliées de Grande-Bretagne de Pier Bonsail, bien entendu. Mais le texte sur le sujet le plus intéressant, à mon sens, se trouver dans Des créatures du psychisme de Mary McKonagh. Demandez donc à notre bibliothécaire. Je suis sûr que ces livres n'ont pas senti la main d'un étudiant depuis des années.

Le reproche était à peine voilé. Qu'avaient donc fait et enseigné ses prédécesseurs pour que de tels bijoux littéraires tombent dans l'oubli? Et où était passée la curiosité toute naturelle dont n'importe quel adolescent aurait dû faire preuve?
Au lieu de se laisser aller à de sombres regrets, l'enseignant enchaîna:


- Je n'irai pas jusque-là, élève Kalten, bien que votre remarque soit pertinente. Etre humain comme créature, chacun garde sa propre subjectivité. Je verrais plutôt ceci comme un échange. Vous avez tous dû, un jour, je l'espère, avoir ce genre de conversation profonde où chacun s'enrichit de ce que l'autre lui apporte. Savoir, anecdote ou simplement expérience. Considérez ce que vous vivrez avec le Lotharan comme quelque chose de cet ordre mais en plus poussé. La barrière de la parole s'évanouit et c'est véritablement une connexion d'esprit à esprit qui s'opère. Vous captez ses pensées et il capte les vôtres.

L'expérience était difficile à traduire dans un discours. Comme tant de choses, il fallait l'avoir vécu pour prendre pleinement conscience du phénomène. Mais les adolescents étaient allergiques à la phrase "Quand vous aurez de l'expérience..." ou "Quand vous aurez vécu ce que j'ai vécu...". Il s'abstint donc d'en rajouté une couche et conclut:

- Comme rencontre, il faut laisser le temps à chacun de s'apprivoiser, de se familiariser avec le mode de pensées de l'autre. Certains Lotharans sont spontanés et directs, d'autres plus réservés. Certains feront preuve de machiavélisme, d'humour ou de sérieux, par le biais d'images mentales, de sons... que sais-je. Je vous le disais, c'est quelque chose qui se vit et que vous allez découvrir... sous peu. A moins que vous n'ayez d'autres questions?

Quelques élèves s'agitèrent, visiblement mal à l'aise. Wyndham savait le dilemme qui s'était emparé d'eux. Se taire et devoir affronter l'inconnu? Ou prétexter une question au risque de se faire rabrouer par le professeur de SACM?

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meghan Cameron
Préfète
avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 26

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Sam 13 Nov - 20:23:55

Meghan observait les petites créatures avec un effroi grandissant. Comment le professeur Wyndham pouvait-il les mettre en contact avec de telles choses...?
Depuis son aventure dans la Forêt Interdite, la Gryffondor supportait mal tout ce qui avait trait de près ou de loin au psychisme et à la manipulation mentale. Que le sujet du jour soit précisément des animaux à même de percer les maigres barrières qu'elle avait érigé avec peine la rendait presque malade.

Elle qui aurait conservé le silence il n'y avait pas si longtemps, ne put s'empêcher de prendre la parole. Et ce, sans même lever la main:


"Vous voulez dire que vous allez nous obliger à ..."

Son effarement n'avait d'égale que sa répulsion.

"Est-ce que... est-ce que vous avez le moindre contrôle sur ces..." Elle avala le terme qui lui venait aux lèvres à grand peine. Elle avait peut-être perdu de sa réserve mais pas toute sa tête par la même occasion. Provoquer Willem Wyndham n'avait jamais présagé rien de bon, et elle n'avait vraiment pas besoin d'ennuis supplémentaires." créatures?"

Comme fascinée, elle ne parvenait pourtant qu'à grand peine à détacher son regard de l'amas grouillant de petites pieuvres. Pouvait-on refuser leur contact? Inventer une allergie quelconque? Prétexter un malaise et se réfugier à l'infirmerie? Pour la énième fois depuis sa troisième année, Meghan se fustigea d'avoir choisi Soins aux Créatures Magiques comme option principale. Il était trop tard et elle était désormais trop fière pour remédier à cet état de fait.

Elle posa une dernière question:


"Est-ce que l'occlumancie a une quelconque efficacité sur les Lotharans? Peut-on leur opposer une résistance?"

Refuser une collaboration, voilà qui n'allait pas plaire à leur enseignant. Mais la Gryffondor avait pour habitude d'être sur la liste noir de leur professeur. Au moins, cette fois-ci, c'était volontaire.

__________________
Gryffondor .18 ans - 7ème année
Craving for him...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loevi Leroy
Préfète
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2009
Age : 33
Habitation : Poudlard

Who I am ?
Maison: Poufsouffle
Age: 19
Links:

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Dim 21 Nov - 20:09:22

Les Lotharans, voilà. Loevi était certaine d'avoir lu quelque chose à leur sujet - quand on a un niveau technique proche des Bubobulbes, on apprend vite à s'enfermer à la bibliothèque pour rattraper le désastre - mais quant à se rappeler des détails, eh bien... une chose était sûre, elle aurait préféré rester dans l'ignorance. Elle ne se souvenait peut-être pas de ses lectures mais, pour ce qui était des piqûres de rappel, ça, elle pouvait compter sur Wyndham. Après tout, il était là pour ça. La Poufsouffle prit consciencieusement ses notes, tout en grimaçant à l'idée de ce que pourrait bien avoir en tête le professeur - il n'allait quand même pas leur demanderça ?

Voir la bestiole grimper sur le bras de Wyndham ne lui avait posé aucun problème ; en bonne élève aimant les cours de SACM, elle en avait vu d'autres, et était prête à en voir de toutes les couleurs. Enfin presque. Ce n'était pas tant l'allure de la créature en question que ses capacités qui la dérangeaient. Une symbiose ? Entre le Lotharan et elle ? La question d'Ehlana (une jeune Serdaigle avec qui elle s'était organisé sur le pouce une mini-fugue hors du château, autrefois, semblait-il) lui tira un irrépressible frisson d'horreur. Rien que cette pensée la dégoûtait - non, la terrifiait. Partager son esprit avec un autre était déjà terrible en soi mais, se fondre l'un dans l'autre... ?

Il y avait de nombreux secrets dans sa tête, de nombreux souvenirs, de nombreuses images qu'elle ne voulait partager avec personne, et moins encore avec une espèce de créature inconnue qui pouvait lui extraire tout le malheur qu'elle dissimulait au fond d'elle-même. Oui, elle avait abordé beaucoup de sujets difficiles avec O'Brian, parmi les plus insupportables secrets, mais elle l'avait choisi, lui, elle lui avait donné sa confiance, en toute connaissance de cause, ou presque. Mais là, comme ça, avec une créature magique et de cette façon ? Non, jamais. Elle ne pourrait pas. C'était au-dessus de ses forces - Wyndham n'imaginait sans doute pas à quel point.

Elle lui lança un regard implorant comme pour le supplier de ne pas lui imposer une telle épreuve, mais il ne la regardait pas. Et même s'il l'avait fait, il y avait fort à parier qu'il n'en aurait pas fait grand cas - pire, il avait toutes les raisons du monde de faire exactement ce qu'elle redoutait. Savoir qu'elle n'étais pas la seule à craindre ce contact impromptu et indésiré ne la réconfortait pas du tout. Mais en toute bonne élève qu'elle était, et surtout aussi effrayée qu'elle soit, les questions de la jeune fille lui en amenaient une autre en tête.


-Même sans parler d'Occlumencie, ou de volonté... demanda-t-elle d'une petite voix rendue mal assurée aussi bien par l'appréhension que par le doute quant à l'oreille que risquait de lui prêter un homme trahi par une promesse non tenue, est-il possible que deux esprits soient totalement incompatibles ? Qu'ils se rejettent ?

Si tel était le cas, elle espérait qu'elle faisait partie de ces exceptions. Non, elle était sûre d'en faire partie.

__________________
Poufsouffle
19 ans - 7ème année forever

Fugueuse multi-récidiviste...

Parce qu'il n'y a que ça de vrai

* J'veux mon diplôôôme !!! *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bell Miller
Elève
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Lun 22 Nov - 15:23:04

Piquée à vif. Il n'aurait pas fallu beaucoup de temps pour faire sortir Bell Miller de ses gonds.

À cette heure, Wyndham était pour Bell la pire ordure de la Terre. Elle s'imaginait d'un un instant de fureur à lui écrabouiller la tête à coup de chaudron. Faire perdre cinq points à sa maison parce qu'étudier les Veracrasse lui aurait semblé tout aussi (peu) intéressant... C'était de l'abus de pouvoir.
Et si j'aimais les Veracrasse en fait?
Les joues de Bell rosirent.
Elle s'apprêtait à donner son avis sur la punition excessive que lui avait donné Wyndham, mais une pression sur son bras la retint. Sa voisine, de Gryffondor elle aussi, la regardait avec un air réprobateur. Il est vrai qu'elle risquait d'aggraver le cas de sa maison si elle ne baissait pas la tête. Et son propre cas par la même occasion. Elle aurait finit en colle, puis molestée par les élèves de sa propre maison.
De toute manière, elle n'eut pas le temps de répondre. Wyndham continua sur sa lancée en blablatant sur les créatures qui se trouvaient à ses côté. La plupart des élèves prenaient note de ce qui était dit, mais Bell n'accordait plus aucune importance au cours et affichait volontairement une mine désinvolte. Elle avait décréter qu'il n'y aurait rien d'intéressant à tirer de ce cours.
Une bestiole qui fait de la télépathie. Ouais... ben cool.

Le cours devenait de plus en plus ennuyeux, et une seule solution se profilait: fuir.
Et là il y avait deux choix. La première et la plus facile: simuler une douleur pour se retrouver à l'infirmerie. La plus sage des décisions puisqu'on ne peut pas écoper d'une punition. La deuxième, bien plus idiote mais Ô combien plus drôle: partir comme un voleur.
Ni d'une, ni de deux, Bell ne prit pas le temps de réfléchir plus longtemps. Elle pointa du doigt une chose qui semblait se trouver derrière Wyndham.

"Attention! Un Scrout à pétards volant qui fait des étincelles!"

Puis elle prit ses jambes à son cou, espérant que les autres élèves et le professeur, perturbés par son effet ne ferait pas attention à sa fuite.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pr. Willem Wyndham
Professeur
avatar

Messages : 94
Date d'inscription : 30/07/2009

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Mar 23 Nov - 19:58:26

Un Scroutt à pétard volant ...
Malgré lui, répondant au mouvement de masse des têtes se tournant à sa toute gauche, Wyndham détourna les yeux de la foule des élèves pour jeter un bref regard derrière lui. En parallèle, son moi conscient critiquait d'ores et déjà ce mouvement. Un scrout à pétard volant... Son inattention ne fut pas assez longue pour profiter à...

- Elève Bell?

En un tournemain, il agita sa baguette dans la direction de la fuyarde et elle se retrouva chevilles en l'air et tête en bas. Voilà qui lui remettrait sans aucun doute les idées en place. Il n'ajouta rien, la laissant flotter là et défiant quiconque de se porter à son secours. Ceci fait...

- Elève Cameron...

Sa voix plana un instant comme une sentence, à l'instar d'une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête de la jeune fille. La Gryffondor avait toujours fait partie de ses bêtes noires, ça n'était un secret pour personne. Il était seulement le premier étonné de l'entendre prendre la parole, d'autant plus avec ce ton presque mordant.
Haussant un sourcil, il la considéra un instant en silence, songeur. Cela ne ressemblait pas à la Cameron qu'il connaissait. Devait-il flairer un piège?
Mais après tout, l'élève était encore la plus à plaindre... Qu'avait-elle donc retenu des années précédents?

- Opposeriez-vous une résistance à un être doué d'un intellect égal au vôtre?

Le tout déclaré comme s'il doutait qu'on puisse mettre sur une même balance les facultés mentales d'un élève et d'un Lotharan.

- Avez-vous déjà eu un chien, miss Cameron? Ou un kneazle? Si oui, auriez-vous refuser la balle qu'il serait allé chercher pour vous? Les Lotharans sont à cette image. Ce sont des êtres sensibles, qui acceptent de s'ouvrir à l'espèce humaine mais qui prendront comme un affront, comme un rejet, ce genre de résistance.

Les plus timides se refermeraient sur eux-mêmes mais les plus téméraires... De par son expérience, il n'avait jamais connu de cas ayant refusé le contact. Il ne tenait pas à voir cela. Il y avait fort à parier que s'engagerait une sorte de combat mental où il s'agirait de faire abdiquer l'autre. Nul doute que Cameron ne soit pas à la hauteur de ce genre de challenge.
Néanmoins, il s'entendit répondre:

- Mais je contrôle la situation. Je suis professeur ici depuis deux ans. Avez-vous eu à déplorer un accident déplorable au cours de ces deux années? Il ajouta à voix basse: Un accident dont vous auriez été la victime, évidemment.

Tellement d'élèves lui abîmaient ses précieuses créatures sans état d'âme.

- Bien., conclut-il face à son silence. Il ne lui restait plus que...

- Elève Leroy. Judicieuse question.

A n'en pas douter, il faudrait qu'il tempère ses approbations. Mais était-ce sa faute si elle avait le don de nuancer pertinemment les questions posées par certains éléments plus... faibles?

- Je faisais la comparaison avec un familier. Encore une fois, tout est une question de caractère. A n'en pas douter, certains se découvriront des affinités avec leur créature tandis que d'autres garderont des distances prudentes. On peut donc imaginer qu'à de très faibles probabilités, deux esprits soient incompatibles. Mais ce serait dommage. Vous ne devriez pas craindre cette "rencontre"., continua-t-il, s'adressant à l'ensemble du groupe. Il fronçait légèrement les sourcils, seul signe extérieur de sa stupéfaction voire même de sa frustration à voir ses élèves réagir ainsi. S'inquiéter d'entrer en contact avec une espèce telle que les Lotharans, tandis que certains frayaient avec les premiers imbéciles venus? L'espèce humain était définitivement la plus étrange. Voyez cet exercice comme une possibilité d'explorer le relationnel avec une espèce autre que l'être humain. Agissez en fonction de votre personnalité et le Lotharan agira de même. faites preuve de respect et il vous respectera à son tour. C'est la base de tout échange, en théorie.

Il en voyait pas quoi ajouter à ce petit laïus. Oui, tous les élèves devaient participer à l'exercice et non, il n'y avait pas de danger véritable. Après tout, ils attentaient plus facilement à leur vie en préparant une mixture en cours de potion.
W. agita sa baguette et une liasse de parchemins, soumis au sortilège protéiforme, s'envola pour se distribuer à chaque élève présent. Même Miss Bell et sa tête à l'envers. Y était rédigé un résumé des informations essentielles sur les Lotharans.

- Bien. Nous allons maintenant passer à la partie pratique. Chacun et chacune d'entre vous va choisir une créature, s'en faire accepter, l'apprivoiser et ensuite, nous profiterons de vos capacités ainsi mises en commune pour effectuer une petite épreuve d'orientation au sein du parc.

Là-dessus, Wyndham croisa les bras et attendit. Que les plus courageux s'avancent les premiers.




HJ:
Ce parchemin recense ce que nous avons vu pendant le cours. Si vous avez besoin de précisions, posez vos questions dans le sujet prévu à cet effet que je vais ouvrir sous peu.
Bien. Nous avons d'ores et déjà accumulé un certain retard. La fin du cours va donc se dérouler en deux one-shots successifs. Le premier aura pour thème cette première prise de contact avec votre animal. Le second portera sur cette fameuse course d'orientation. Vous aurez plus de détails en temps voulu.
Vous avez une semaine à compter de ce soit pour rédiger votre post. Passé ce délai, vous serez tout bonnement en retard. Je vous donne donc rendez-vous pour la suite le mercredi 1er décembre. Bonne semaine.

__________________
Hogwarts
41 ans
Directeur adjoint
Responsable des Serdaigle
Professeur de Soins aux Créatures Magiques


Dernière édition par Pr. Willem Wyndham le Jeu 2 Déc - 13:15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loevi Leroy
Préfète
avatar

Messages : 281
Date d'inscription : 16/10/2009
Age : 33
Habitation : Poudlard

Who I am ?
Maison: Poufsouffle
Age: 19
Links:

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Dim 28 Nov - 12:18:36

Non. Non ! Il allait réellement l'obliger à se plier à ce... à cette affreuse mascarade ? Walou ! Sous le choc, Loevi écarquilla les yeux, trop abasourdie pour même l'accuser du regard. Avait-il seulement conscience de ce qu'il demandait à ses élèves, ce wisigoth, ou alors était-il trop obnubilé - pour ne pas dire obsédé - par ses précieuses créatures pour se rendre compte de l'indélicatesse, de l'inconvenance, de la muflerie d'une telle requête ? C'était comme s'il cautionnait un viol - un viol de conscience, un viol de pensée. Ce n'était pas parce que les adolescents étaient ce qu'ils étaient - des adolescents - qu'ils n'avaient pas des secrets à cacher. De lourds secrets. Ou simplement une intimité, un walhalla intérieur à préserver contre la rudesse du monde extérieur.

Mais elle-même n'était plus une ado. Et elle avait déjà commencé à répandre sa vérité comme autant de coups de winchester.

Prenant son courage à deux mains, elle se dirigea donc vers les créatures, incapable de se défiler - c'était lui qui lui avait permis de reprendre ses cours cette année, alors, quoi qu'il demande, elle était bien obligée de suivre les wagons. Elle ne se sentait pas vraiment l'âme d'une walkyrie, mais elle n'avait guère le choix, en vérité. Et puis... Quelque part, elle ne pouvait pas s'empêcher de vouloir lui faire confiance malgré tout. Il avait déjà été à l'origine de tout un tas de cours désastreux, certes, mais c'était chaque fois uniquement la faute des élèves si tout était allé de travers - ce wookie savait foutrement ce qu'il faisait, de manière générale.

Elle était la première à s'avancer, et elle se demandait bien quel Botruc l'avait pincée pour qu'elle le fasse ; bon, il était trop tard pour tergiverser. Tendant un bras pas très rassuré dans le vivarium à Lotharans, elle en effleura un du bout des doigts, fort peu rassurée à l'idée de ce qui allait suivre et déjà prête à s'enfuir. Pire, repensant aux bêtises d'une première année rapidement rattrapée par Wyndham - un Scroutt volant, sérieusement... - elle songea invoquer une raison tout aussi stupide pour s'éclipser ; un besoin pressant de se rendre aux w.-c., par exemple, rien que pour y vomir ses tripes qui grondaient d'appréhension. Trêve de plaisanterie - elle aurait bien eu besoin d'une rasade de Whisky Pur Feu, histoire d'avoir moins peur.

La créature parut hésiter et Loevi espéra de tout cœur qu'elle allait fuir à sa place, trop effrayée par ce grand bout de femme tremblant qui prétendait vouloir l'apprivoiser. Manque de bol - le Lotharan s'enroula lentement autour du bras de la Poufsouffle, visiblement aussi peu rassuré qu'elle, et remonta tout aussi lentement jusqu'à son épaule. *Allez, un peu de cœur au ventre,* se dit la jeune fille. *Ce n'est rien de plus qu'une petite partie de whist, un peu corsée peut-être, mais rien de méchant...* Difficile pourtant de s'en convaincre, avec cette chose malheureusement identifiée autour des épaules.

Aha, drôle de wistiti qu'elle avait perché là. Sans commentaire.

Elle s'éloigna du vivarium d'un pas mal assuré, tremblant presque comme une feuille à l'idée de ce qui allait se passer elle ne savait trop quand - dans les minutes qui allaient suivre, ça c'était une certitude. Elle lança un regard désespéré à Wyndham, sans grand espoir - et, de fait, il ne la regardait toujours pas ; l'avait-il seulement fait quand elle s'était approchée ? - et alla se poser un peu à l'écart sur un rocher de willemite glacé qui lui brûla aussitôt les fesses. Pour cette épreuve, il fallait qu'elle s'assoit. Ses jambes déjà flageolantes ne la porteraient certes pas plus longtemps.

En tout cas, la bestiole attendit patiemment que Loevi se soit mise à l'écart mais, même là, il ne fit rien, pas le plus petit mouvement. Intriguée, la jeune fille se rendit enfin compte que, tout comme elle... la créature tremblait. Elle haussa un sourcil plus que surpris, et osa enfin tourner la tête vers son nouveau compagnon. Soudain, le Lotharan lui apparut tel qu'il était réellement : tout petit, et au moins aussi effrayé qu'elle à l'idée d'établir un contact avec une créature étrangère. Et alors, étrangement, Loevi eut moins peur. Parce que, après tout, elle n'était pas la seule que le professeur avait décidé de terrifier aujourd'hui, qu'elle n'était pas la seule à redouter cet échange précis, et...

Et qu'elle se sentait à présent l'envie de rassurer avant d'être rassurée.

Lentement, elle leva la main et l'approcha du Lotharan, désormais plus inquiète de lui faire peur que de lui confier une part de son esprit. Elle regretta un instant de ne pas avoir sous la main l'un de ces walkman qu'elle était parvenue à s'offrir durant son séjour chez les Moldus en France, malheureusement tous fracassés de l'intérieur par sa magie autrefois défectueuse, afin de pouvoir le tranquilliser avec quelques notes de... de qui déjà ? Ah oui, Wagner. Elle en tout cas, elle, ça l'avait calmée - le temps que l'objet détraqué rende l'âme dans d'atroces grésillements d'agonie.

Finalement, les doigts de Loevi rencontrèrent la peau bleutée de la créature et celle-ci frémit, mais ne recula pas. Un frisson parcourut également la Poufsouffle, et elle se surprit à sourire. La peau était douce, un peu comme sa peau à elle quand il lui prenait la rare fantaisie d'y faire attention. Doux comme du wison, avait-elle presque envie de dire ; oui, elle en avait déjà caressé, il y avait longtemps, quand sa mère portait encore des fourrures - et qu'elle la laissait y toucher, ce qui remontait à encore plus longtemps. Rien à voir avec la peau waterproof du calamar du lac. La créature plissa les yeux, comme faisait Muguet quand il se faisait cajoler, et le sourire de la jeune fille s'accentua.

Jusque-là, tout se passait plutôt bien...

C'était même plutôt bizarre. Elle avait cette chose sur l'épaule, un contact physique s'était établi entre eux, mais rien ne se produisait. Jusque-là, c'était plutôt ordinaire - rien de très différent de ce qu'elle pouvait partager avec son chat - son kneacat, pardon. Cela semblait certes assez difficile, le Lotharan se montrant bien plus craintif qu'elle-même, mais, pour l'instant, il n'y avait rien d'autre. Pas d'esprit dans le sien, pas de pensée parasite, rien d'extraordinaire. Wyndhy se serait-il moqué d'elle - d'eux ? Ou bien, comme elle l'avait prévu - espéré - le lien mental ne pouvait-il se faire sur elle ? Quelque part, il n'aurait guère été étonnant qu'en plus de brider sa magie, cette dynastie de bouse ait également posé une espèce de protection sur son esprit. Pas forcément très logique, mais elle n'avait jamais réellement compris la logique particulière de cette famille.

Bref, il semblait que, dans un premier temps, avant de s'ouvrir l'un à l'autre, une phase d'apprivoisement soit nécessaire. Etrange, Wyndham n'avait pas parlé de ça. Pas avant que le contact soit établi, en tout cas. Considérait-il que c'était à ses élèves de le découvrir ? Ça n'aurait rien eu de très étonnant - il était du genre à militer pour l'apprentissage par l'expérience, avec un minimum d'indications, juste ce qu'il fallait pour éviter les inévitables accidents. Et Merlin savait qu'il y en avait, dans ses cours.

Bien, qu'à cela ne tienne. Parce que Loevi avait tant besoin de se sentir acceptée, que ce soit pas Wyndham, par ses camarades d'école ou même par une créature magique, elle oublia ses réticences, elle oublia même qu'elle avait été réticente, et elle tâcha de son mieux de montrer que le Lotharan n'avait pas à avoir peur d'elle. Après tout, si un kneacat l'avait adoptée et même ré-adoptée - après avoir tout de même été abandonné une année durant en pleine Forêt Interdite, rappelons-le - c'était bien qu'on pouvait avoir confiance en elle... non ?


-Allez, ne t'inquiète pas, tout va bien, lui murmura-t-elle en lui caressant doucement la tête. Je ne suis pas méchante, tu vois ?

Vu la tête de chat ronronnant qu'il faisait, visiblement, il le voyait bien, très bien même. Il commença à agiter ses tentacules, tout doucement, comme des ondulations sur le lac par jour de vent.

-Voilà, tout va bien. On est pas obligés de s'écouter dans la tête, tu sais. On peut juste rester comme ça, c'est aussi bien. En plus prof n'en saura rien, je dirai rien, promis.

Il n'avait probablement pas compris un traître mot de ce qu'elle disait mais, au moins, sa voix devait fortement contribuer à le rassurer. Après tout, elle avait une jolie voix, même s'il lui arrivait de chanter faux. Il leva une de ses tentacules qu'il glissa le long du poignet de Loevi avant d'essayer de s'y enrouler, et elle se mit à rire un peu. Prenant confiance, elle voulut le chatouiller ; il tressauta un peu, comme un gamin qui éclate de rire parce que ça chatouille décidément trop, mais il paraissait apprécier. Finalement, ils arrivaient à bien s'entendre... Même sans échange psychique, prof serait sûrement ravi du résultat, à voir les appréhensions premières de la jeune fille. Peut-être.

S'il se souciait jamais de nouveau d'elle un jour.

Son sourire envolé, elle fit une moue triste en songeant à tout ce qu'elle devait se faire pardonner. Elle n'avait pas le cran d'aller le voir pour s'excuser de ce qu'elle avait fait. Pourtant, si elle était là, c'était bien grâce à lui... Elle sursauta brusquement comme une vague de chaleur semblait la traverser - de l'intérieur, dans sa tête. La chaleur se retira tout aussi vite et Loevi releva vivement la tête vers le Lotharan ; qui se reculait, l'air effrayé. Bouse alors... Si c'était pas original, ça... Il avait tenté de la consoler, et voilà qu'elle lui avait fait peur... Il avait tenté de la consoler !

C'était dingue. C'était... Waouh. Si elle avait pensé une seconde...


-Hey, t'inquiète pas, tout va bien, souffla-t-elle. Désolée de t'avoir fait peur, j'ai juste été surprise... C'est rien, tout va bien...

Elle recommença ses caresses, dans l'espoir de le calmer, de lui montrer qu'il n'y avait définitivement rien à craindre. Pas gagné, mais elle y parvint... Une nouvelle vague de chaleur l'envahit, vacillante, comme s'il hésitait, mais... maintenant que le contact était établi, il y avait comme... quelque chose de changé. C'était difficile à décrire, et Loevi n'était pas sûre des sensations qu'elle éprouvait. C'était comme si de nouvelles émotions naissaient lentement en elle, en reflet des siennes, ou peut-être en superposition. Elle en prenait conscience sans vraiment s'en rendre compte, sachant seulement que quelque chose se produisait. Il... lui donnait quelque chose. Un soutien. Une compassion.

Pourtant, elle percevait aussi ses peurs, comme une copie un peu éthérée des siennes. Son chagrin, aussi. Chagrin ? Oui, un écho des souffrances que Loevi avait elle-même éprouvées, dans son cœur, à de si nombreuses reprises. Etait-ce vraiment lui qui lui insufflait tout cela ? Ou était-ce au contraire une façon pour elle de se rendre compte de ce qu'il parvenait à lire en elle ? Elle en fut soudain horrifiée, et la présence reflua ; sans partir tout à fait. Pourquoi ? Facile : malgré le dégoût que tout cela lui inspirait, elle n'avait pas envie de se retrouver seule dans sa tête - pas maintenant. Il devait le ressentir. Ce besoin d'être soutenue. D'être aimée, aussi.

Et, oui. Il ressentait exactement la même chose.


-D'accord, murmura-t-elle, troublée. D'accord. On... On se ressemble plus que je le croyais, hein ? Pauvre petite chose...

Elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais c'était comme ça. Cette petite créature haute comme deux pommes avait autant besoin qu'elle d'amour - et Loevi lui en donnait déjà, bien avant d'en avoir conscience. Peut-être n'en aurait-elle pas conscience avant la fin du cours, peut-être pas avant le week-end, peut-être longtemps après.

Alors, elle décida de lui donner autre chose, consciemment, cette fois. Peut-être un peu de ses propres douleurs, pour lui montrer qu'ils partageaient bien plus que leur esprit ? Ou un peu de cette chaleur qu'elle ressentait à son contact. Oui, ça, elle pouvait le faire. Elle pencha légèrement la tête vers lui, jusqu'à l'effleurer simplement.


-Hey ! fit-elle tout d'un coup.

Apparemment convaincue qu'elle n'avait rien à craindre, la créature s'était permis une petite incursion en territoire inconnu ; le changement d'attitude avait créé comme une espèce de faible électrocution de quelques watts à peine, ou comme une bonne pincée de wasabi avalée nature... C'était assez déstabilisant. Plus déstabilisant encore la conscience qu'elle avait de la curiosité du Lotharan, de ce qu'il cherchait à savoir. Avec prudence, la Poufsouffle lui déverrouilla l'accès à certaines images, certaines scènes. Déverrouiller, oui - il n'y avait pas d'autre terme. C'était trop inhabituel pour être décrit, et c'était là le seul mot qui lui venait à l'esprit, alors qu'elle s'imaginait donner un coup de clé dans quelques épais cadenas bien choisis.

Le Lotharan était insatiable. Il voulait tout savoir ; non pas tellement sur sa vie, mais plutôt sur les personnes de sa vie. Tous les liens qu'elle avait pu forger autour d'elle, de quelle sorte, ce qu'elle y offrait et ce qu'elle en tirait en retour. Quel genre de personnes elle avait rencontrées, le bien et le mal qu'elles lui avaient apporté - à cela, Loevi n'ouvrit que les serrures du "bien", et non celles du "mal", si douloureuses pour elle-même qu'elles ne pourraient que blesser une âme aussi sensible que celle de son nouveau compagnon. Le Lotharan dans les champs de ses déboires, ce serait comme Napoléon à Waterloo, elle en avait la certitude. Autant lui éviter ça.

Elle lui ouvrit la porte d'Eleanor, le seul membre de sa famille à qui elle vouait un amour, une admiration et une loyauté sans limites. Elle lui révéla O'Brian, le triplé sans prénom qui avait su lui faire avouer tous ses secrets - sans trop insister, cela étant dit - qui avait transformé l'incertitude quant à sa réelle identité et tout le reste de leurs échanges en jeu. Elle lui permis un aperçu sur les serments qui la liait à Wyndham, sans en révéler la teneur. Elle évoqua brièvement la perte de son cousin Mark, quelques années plus tôt, mais ne s'y appesantit pas ; elle voulait seulement lui montrer pourquoi sa douleur était identique, sans avouer quel genre de woorali cela faisait couler dans ses veines.

Le western de sa vie, moins les combats et les duels. Pas d'indien ni de cow-boy belliqueux dans l'histoire tronquée qu'elle lui contait. Et, tout à son récit inarticulé, elle oubliait complètement ce qui l'entourait, cours, élèves, forêt... Seul Wyndham tenait une petite place dans un coin de son esprit, mais elle ne savait plus trop quoi en penser. Mais l'homme était comme un petit wrightia qui fleurissait dans son esprit.





Décompte & Définitions:
 

__________________
Poufsouffle
19 ans - 7ème année forever

Fugueuse multi-récidiviste...

Parce qu'il n'y a que ça de vrai

* J'veux mon diplôôôme !!! *
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meghan Cameron
Préfète
avatar

Messages : 118
Date d'inscription : 31/07/2009
Age : 26

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Dim 5 Déc - 20:41:22

Non. Elle n'avait jamais eu de chien. Ni de kneazle. Son seul animal familier avait été et était Lady J., sa petite grenouille albinos. Même caractère craintif, même timidité, même discrétion. Et surtout, même mutisme. Lady J. s'exprimait rarement et, lorsqu’elle le faisait, c'était toujours à mi-croassement. Jamais au grand jamais leur relation n'avait versé dans quoi que ce soit de psychique, même si ceux qui connaissaient Meghan et sa grenouille tendaient à reconnaître qu'un drôle de lien les unissait. Elles semblaient partager leurs émotions. Ou, plutôt, le batracien semblait dotée d'une empathie immense qui la faisait vibrer au même tempo que sa maîtresse. Hormis cela, rien de notable.
Meghan ne refusait jamais à Lady J. de dormir sur son oreiller ou de partager la douceur du fond de sa poche. Elles s'aidaient et se respectaient mutuellement. Nul besoin, pour ce faire, de partager l'intimité de leur tête.

Le Professeur Wyndham ne comprenait-il donc pas...?
Sans doute l'histoire n'avait-elle pas fait le tour du château. James et le nouveau directeur Wonka l'avaient tirée d'affaire... et avaient gardé l'affaire sous le couvert d'un motus? Elle ignorait si elle devait s'en réjouir ou le regretter. Elle n'avait pas envie que cette histoire se répande, mais, pour autant, elle aurait aimé que certains
enseignants montrent un peu de compassion au vu de sa situation. Avoir passé plusieurs longues et interminables semaines sous le joug mental d'une créature de la forêt avait de quoi refroidir même la plus aguerrie des Gryffondor. Ce qu'elle n'avait jamais été. Peut-être, en définitive, aurait-elle dû accepter de passer à l'infirmerie, ce jour-là, au lieu de faire la fière et de partir se réfugier dans un endroit tranquille pour renouer avec la réalité et la sécurité tangible offerte par le château.

Devait-elle pour autant aller trouver leur professeur et lui expliquer que sa couardise apparente n'avait rien à voir avec sa timidité des années passées mais avec une expérience passablement traumatisante? Accepterait-il seulement de l'écouter? Elle en doutait. Ils n'avaient jamais été en bons termes et, malgré une confiance en elle qu'elle n'avait jamais espéré acquérir (on était, malgré tout, encore assez loin du quota correspondant à la moyenne nationale), elle ne s'en sentait pas. Elle conservait une crainte vis-à-vis de lui que beaucoup, parmi les autres élèves, partageaient.

La Gryffondor attendit donc que les premiers élèves, puis la vague suivante, puis encore la dernière soient passés choisir (ou se faire choisir par) un Lotharan, avant de s'avancer à son tour. Le temps passé à attendre en était autant de perdu pour pratiquer l'exercice. Moins elle aurait de contacts avec cette chose, mieux elle se porterait.
Refusant de laisser le libre-arbitre à ces minis-pieuvres, Meghan tendit le bras vers un des spécimens qui se tenait à l'écart des autres, sans vraiment être consciente du choix qu'elle opérait. Sans doute s'était-elle identifiée à cette petite chose.

'Enfin, plus ou moins...'

Elle s'en saisit délicatement. Son expérience dans la forêt n'en avait pas pour autant fait une barbare. Le contact lui rappelait un peu celui, froid et humide, de Lady J.. Cela aurait dû être rassurant mais Meghan ne parvenait pas à se dessaisir de son appréhension. Vite, vite, vite, elle lâcha l'animal sur la manche de son pull d'uniforme. Elle le mettrait au lavage ce soir. En aucun cas elle ne voulais garder trace du passage du Lotharan dans sa vie.

Rien ne se passa.

La créature restait immobile sur le tissu, comme si, par un quelconque prodige, elle avait senti l'hostilité de Meghan.

Un long moment passa, durant lequel la jeune fille tenta d'ignorer ce qui se passait.
Ou ce qui ne se passait pas.

Finalement, l’ancienne Meghan reprit le dessus, et, avec elle, sa compassion innée. Elle trouvait un air chétif et pitoyable à cette tête plantée sur cinq bras visqueux.


to be continued

Spoiler:
 

__________________
Gryffondor .18 ans - 7ème année
Craving for him...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bell Miller
Elève
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 24/08/2010

MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    Jeu 9 Déc - 13:29:20

Bell s'était retrouvée à manger et recracher ses cheveux qui tombaient sur son visage et balayaient le sol, les pieds en l'air et la tête en bas .Ses camarades de Gryffondor avaient l'air de lui en vouloir pour son coup d'éclat. La plupart d'entre eux lui jetèrent des regards noirs, avant de se diriger à l'avant de la cabane, là ou se trouvaient les Lotharans. D'autres lui lançaient des sourires moqueurs. C'était assez gênant. Elle essaya de se dégager de l'emprise du sortilège lancé par son professeur en gigotant, mais ce fut vain. Ainsi, ce fut la tête en bas et au comble de l'agacement qu'elle put admirer le spectacle de ses camarades, tenter un à un de sympathiser avec les bestioles. Ce spectacle n'avait rien de très palpitant il faut dire, les Lotharans remuaient quelques tentacules, au mieux. Ça avait l'air aussi palpitant que de parler à un poisson rouge. Soporifique. Y avait-il pire torture que d'assister à ce cours? Si elle n'était pas pendue les pieds en l'air, Bell aurait sans doute eu du mal à résister à l'appel du sommeil. Jusqu'à ce que...

"Aouch!"

Bell fit une chute assez lourde et assez douloureuse pour son postérieur.
Le professeur avait du faire cesser l'effet de son sortilège. Et comme ça, sans prévenir. Elle ne pouvait dès lors plus douter de son incroyable cruauté et se son sadisme sans limites. Elle se releva avec difficulté, les mains soutenant ce qu'il lui restait de fesses.
C'était assez étrange de voir de nouveau les choses dans le bon sens. Bell s'était habituée à tout voir à l'envers. Elle ramassa sa baguette qui s'était échappée de sa poche pour la remettre à sa place dans sa poche, ainsi que la feuille que Wyndham leur avait distribué. Elle ne la lu que vaguement et la fourra négligemment dans sa poche. Certes, les Lotharans avaient des pouvoirs psychiques, gnagnagna... Mais ce n'était pas non plus un exploit de pouvoir approcher ces machins dont la seule faculté qui lui était apparue jusqu'à lors était de remuer vaguement.

Puis, lorsque plus personne ne sembla s'avancer.

Tout le monde est passé?

Ça devait donc être son tour.
Bell alla à la rencontre d'une des créatures. Sans trop d'appréhensions, ni réelle motivation. Elle avait eu tout le temps de voir (même à l'envers) qu'aucune d'entre elles n'était particulièrement dangereuse (ni particulièrement active). Du moins, il n'y avait eu aucun accident notable jusqu'à lors.
Alors elle s'approcha, en toucha une du bout du doigt et, à son étonnement, put constater qu'il n'était absolument pas flasque, comme elle se l'imaginait. Il ne collait pas au doigt. Mais à peine se fit-elle cette réflexion qu'elle ressenti quelque chose de très désagréable. C'était comme si sa colonne vertébrale s'était mise à grincer. Comme si elle avait un bruit de crissement de craie sur un tableau qui résonnait en elle. Elle eut aussitôt un mouvement de recul.
Elle jeta un coup d'œil en arrière pour voir si les autres avaient aussi ressenti cette affreuse sensation, mais aucun des élèves, ni son professeur n'avaient l'air troublés.
Le Lotharan, quant à lui, demeurait parfaitement immobile.

C'est ce truc qui a fait ça?

Il n'avait pourtant pas l'air bien féroce. Bell n'osa rien demander à Wyndham. Après tout, il était presque évident qu'un telle chose, un Lotharan, ne pouvait faire ressentir une sensation aussi forte et aussi désagréable alors qu'elle ne l'avait touchée qu'une poignée de secondes.
Mais elle voulait quand même vérifier. Puis après tout, si tous les élèves s'en était sortis indemnes, il n'y avait aucune raison pour que ce ne soit pas son cas à elle aussi.

Bell rapprocha donc sa main une seconde fois. Mais cette fois-ci, elle n'eut pas le temps de le toucher qu'elle ressenti une vague de froid et un frisson dans tout le corps. Une sensation de malaise l'envahit cette fois-ci. Et elle avait beau tenter de le nier, intimement, elle savait pertinemment qu'il s'agissait de l'œuvre du Lotharan.

Elle l'observa encore trente bonnes secondes, immobile et stupéfaite avant de se lever et de rejoindre le groupe d'un pas nerveux.

Elle n'avait aucune envie de faire perdurer cette expérience. Elle se sentait mal. Mais elle garderait sa bonne mine et son air fier.
Puis, s'adressant à Wyndham.

« Monsieur, comment fait-on pour neutraliser un Lotharan? Dans le cas où un Lotharan deviendrait dangereux, Meghan parlait d'occlumancie... Mais est-ce qu'un sorcier non occlumens peut s'opposer à lui avec des sorts habituels ?»

Sans doute. Ils n'avaient pas l'air bien costauds physiquement... Mais quand même. Ces machins cachaient bien leur jeu. Ils étaient vicieux, bien le genre de trucs que Wyndham pouvaient affectionner...




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [SACM - cours un] Les Lotharans    

Revenir en haut Aller en bas
 
[SACM - cours un] Les Lotharans
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» cours de latin
» Cours informatique
» Amphi pour les cours de Ninjutsu
» Faut-il un cours de littérature ou un cours de Français !
» cours de dysenterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Back to Hogwarts :: 

A l'ombre du château ~ outside

 :: Parc du château :: Cabane d'Hagrid
-
Sauter vers: